Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 00:00

 

     Je t'apporte l'oryx abattu à la Place d'exécution. L'ennemi de l'oeil est sous ton couteau, tu le vois massacré et tu te réjouis de son anéantissement.

 

 

Discours du roi à Horus

Inscription au temple d'Edfou

 

 

dans Philippe DERCHAIN

  Le sacrifice de l'oryx

 

Rites égyptiens I

Bruxelles, F.E.R.E., 1962

p. 44

 

 

 

 

     A maintes reprises dans mes interventions, j'ai déjà insisté, amis lecteurs, sur l'ambiguë dualité des rapports des Égyptiens avec les animaux : les adorant quand il s'agissait de voir en eux un compagnon, un dieu ou le gibier apprécié de leurs papilles gustatives, les abhorrant quand ils leur attribuaient des pouvoirs maléfiques. Ainsi en fut-il par exemple de l'oie du Nil et du canard, mais aussi de l'antilope et de l'oryx.


 

     Considéré comme le réceptacle des forces du mal, ce dernier, lourd de significations mythologiques, se devait d'être annihilé pour permettre au défunt de jouir pleinement de sa vie post mortem, si la scène était représentée dans une tombe, pour contrecarrer ce qui risquait de menacer l'ordre, partant, la bonne marche de la société, si elle était gravée sur les parois d'un temple. 

 

     Le notable harponnant le poisson et celui lançant son bâton de jet aperçus au sein des tableaux de chasse et de pêche dans les marais nilotiques, n'avaient, souvenez-vous, nulle autre raison d'être : il s'agissait pour eux aussi de tout tenter afin que soient mises hors d'état de nuire les puissances mauvaises susceptibles d'entraver le déroulement harmonieux de sa vie dans l'Au-delà.

 

     Nonobstant, il vous faut rester conscients que tout animal sacrifié parce que censé héberger des forces négatives qu'il demeure primordial de contrer, servait encore par la suite à la nourriture du dieu présidant à la destinée d'un temple. Et de ce fait, considérer que quelles que soient ses interprétations, au rituel du sacrifice de l'oryx sont indissolublement associées des raisons alimentaires. 

 

     Mais qu'avait-elle donc bien pu faire, cette si élégante gazelle blanche, vous interrogiez-vous au terme de notre dernier entretien, pour subir un sort aussi peu amène ?


 

Fragment E 25512 (1er personnage) (2011)

 

     Depuis le 14 février date à laquelle nous avons pour la toute première fois admiré l'élégance des traits d'un oryx sur un des fragments peints du mastaba de Metchetchi, ici, dans la vitrine 4 ² de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, j'ai tenu à préciser pour vous, le mardi immédiatement après le congé de carnaval, les raisons de sa présence dans l'iconologie de l'offrande puis, samedi dernier, les différentes méthodes utilisées par les officiants ritualistes pour l'occire.

 

     Indépendamment d'une raison cynégétique évidente depuis les temps préhistoriques - piéger puis tuer pour se nourrir de l'animal que l'on avait pris soin de préalablement faire défiler devant le défunt -, maints temples d'époque gréco-romaine font état d'un sacrifice ritualisé à connotation franchement mythologique pour le punir d'un acte dont il était accusé. Ainsi, sur la façade est du temple d'Esna :


 

Esna---Sacrifice-oryx---Facade-Est.JPG

      En effet, tout comme le porc de la première vitrine de cette même salle que j'avais naguère également évoqué, il vint un temps à partir duquel il fut, malheureusement pour lui, identifié à Seth, le dieu fratricide, le meurtrier d'Osiris, celui qui un jour ravit l'oeil lunaire d'Horus !

 

     Contrairement à ce qu'avancent maints collègues, l'égyptologue belge d'origine verviétoise Philippe Derchain, s'appuyant essentiellement sur les textes pariétaux des temples d'Edfou et de Denderah, mais aussi de Philae, affirme que ce n'est que tardivement que certains mythes assimilèrent l'oryx à ce dieu hostile.

Mais sûrement pas à l'Ancien Empire, sûrement pas à l'époque de Metchetchi ...

 

     De sorte qu'à la différence du cochon noir, on ne peut décemment imputer à l'aristocratique animal l'origine des souffrances oculaires infligées à Horus. Partant, on ne peut lui attribuer la bien grande responsabilité d'avoir mis en péril l'ordre cosmique jadis institué par les dieux.

 

     Nonobstant, il est pourtant certain qu'on le sacrifia déjà rituellement à l'Ancien Empire : certains passages des Textes des Pyramides en attestent, notamment le 138 c et le 1826 b.

Mais alors, quelle en fut la raison ?

 

     J'ai tué l'oryx avec mon couteau, pour que son corps soit transformé en vêtement pour toi tandis qu'ils fabriquent la barque de Sokaris, peut-on lire dans le temple d'Edfou.

 

     Assertion intéressante qui nous éclaire sur deux points : dès les temps les plus anciens, ce sacrifice codifié  permettait de bénéficier de sa peau et de consacrer l'animal à Sokaris.

 

     Pour ce qui concerne l'utilisation de son cuir au niveau vestimentaire, je pense obvies les raisons et de ce fait n'avoir nul besoin de m'étendre davantage. En revanche, l'allusion à une liturgie inhérente à l'élaboration d'embarcations sacrées mérite que j'y consacre un court instant.

 

     Que la confection d'une barque henou pour Sokaris - dieu des morts à Memphis, à tout le moins avant qu'Osiris l'eût remplacé dans cette fonction -, nécessitât un cérémonial précis au cours duquel l'oryx était décapité aux fins de récupérer sa tête et d'en orner la proue de la barge divine ne fait plus aucun doute.

Usage qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler la tête d'un boeuf qui, à partir du Nouvel Empire toutefois, connut une destination identique pour l'esquif de la même divinité.

 

     Quoi qu'il en soit, même si ne s'explique guère la présence de ce trophée de chasse en guise d'étrave, le rite du sacrifice de l'oryx, les textes le prouvent, fut un de ceux auxquels les rois égyptiens s'adonnèrent en vue d'honorer un de leurs dieux.

 

     Plus tard, au Nouvel Empire, apparemment dès le règne d'Amenhotep III comme je vous l'indiquai déjà samedi dernier, puis, surtout à Basse Epoque, l'iconographie des temples tardifs voulut dénoncer l'acte séthien de destruction de l'oeil lunaire d'Horus : il fallait donc obligatoirement écarter tout ennemi de la lune.

 

     Raison pour laquelle, dans le seul but cette fois de protéger l'autre oeil d'une éventuelle agression, rencontrerez-vous souvent proche de la scène de l'abattage de l'oryx, une seconde, pratiquement semblable, qui décrit l'acte d'immoler ce que notre esprit cartésien considère comme une bien inoffensive tortue, en rapport elle, avec l'oeil solaire du même Horus.

 

     A nouveau, sur la façade est du temple d'Esna :

 

Esna---Sacrifice-tortue---Facade-est.JPG

     


    Pour les Égyptiens, ces gestes rituels fondamentalement apotropaïques permettaient de s'assurer  le parfait fonctionnement des deux astres !

 

     (Immense merci à Martine, conceptrice du blog djeserdjeserou et par ailleurs Présidente de l'Association Papyrus de Lille, de m'avoir permis avec grande aménité d'exporter les deux clichés ci-avant qu'elle a réalisés au temple d'Esna.)

 

 

     Concluons maintenant, voulez-vous, et faisons pour l'occasion preuve d'un nécessaire esprit de synthèse - chassez le naturel de l'Enseignant et il revient au galop ... d'un oryx !

 

     Dès l'époque préhistorique, prédynastique, l'animal, comme tant d'autres vivant aux confins désertiques de l'Égypte, fut piégé, capturé, maintenu un temps en captivité, domestiqué, engraissé au besoin puis finalement sacrifié, prisé qu'il était pour sa chair et son cuir.

 

     A l'Ancien Empire, à tout le moins dès la VIème dynastie puisque les premiers Textes des Pyramides en font état, son sacrifice devint l'objet d'un premier rituel : sa tête devait, pour une raison que l'on ignore encore, orner la proue de la barque du dieu Sokaris.

 

     Par la suite, au Nouvel Empire assurément, mais peut-être un peu avant, il fut assimilé au malveillant Seth et ainsi accusé d'avoir attenté à l'oeil d'Horus, mettant de ce fait l'équilibre du pays en danger. Dès lors, et jusqu'aux époques grecque et romaine, l'oryx fut sacrifié par le souverain non plus pour une raison liturgique mais dans le cadre d'un rite astral. C'est ce que nous démontrent à l'envi scènes et textes gravés dans des temples ptolémaïques comme ceux d'Edfou, de Denderah et de Philae ...  

 

 

(Derchain : 1962, passim)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Carole 08/02/2015 23:48

Est-ce avec leurs longues cornes qu'ils menaçaient l'oeil du dieu, ces beaux oryx ?

Richard LEJEUNE 09/02/2015 20:57



     Il ne faut évidemment pas prendre ces propos au pied de la lettre, Carole : c'est Seth, le frère d'Osiris, qui, selon les récits mythiques que
j'ai déjà eu l'opportunité de narrer ci et là sur mon blog, attenta à un des yeux d'Horus. Et comme l'oryx fut parfois assimilé à ce dieu prédateur, - il était censé éprouver la même aversion
vis-à-vis du soleil et de la lune ! -, l'animal devint tout naturellement lui aussi néfaste.


      Remarquez que, toujours selon les mythes, ce serait la tortue qui s'en prendrait à l'autre oeil d'Horus ! Je me suis toujours demandé avec
quelle partie de son corps, cette inoffensive bestiole pourrait, dans une hypothétique réalité, réussir à l'énucléer ...


 


     Il faut toutefois savoir que, vivant au plus profond du fleuve, elle fut associée aux puissances des ténèbres qui n'avaient évidemment qu'une
idée en tête : éliminer le soleil ; ceci expliquant probablement cela.


     D'autres mythes lui prêtent l'envie d'avaler la crue du Nil pour ainsi faire chavirer la barque du soleil, la barque de Rê ...


 


     Ne trouve-t-on pas toujours de "bonnes raisons" quand il s'agit d'éliminer l'Autre ? 



TIFET 09/03/2012 17:52

Vous avez peu de commentaires cher Richard !! j'espère que ce n'est pas de ma faute !!!!!! j'ai reçu des mails très étranges de personnes qui ont peur que ma démarche soit une "arnaque".......c'est
incroyable maintenant les gens doutent même que ce genre de démarche puisse être faite sincèrement........je crains de ne pas être crédible !!! et de plus Dominique, la présidente de l'Asso, est en
Egypte actuellement et rencontre beaucoup de difficultés avec internet pour diffuser l'info, heureusement que j'ai quelques fidèles amis dont vs faites partie qui n'ont pas hésité à en parler,
merci encore !

Richard LEJEUNE 10/03/2012 08:38



     Ne vous tracassez surtout pas, chère Tifet, pour la quantité de commentaires : il n'est point rare qu'ils soient malheureusement aussi peu
nombreux sur mon blog !


En aucun cas, cette indigence que j'espère passagère ne constitue nullement le reflet du choix que j'ai pris de proposer un lien vers votre vente aux enchères en vue
de venir en aide aux Enfants de Louxor.


 


     De toute manière, comme toujours, j'assume mes choix et personne n'a jamais dicté et ne dictera jamais mes prises de position !


 


     Quant à votre crédibilité en la matière, bien sot serait celui qui oserait la mettre en doute : il prouverait par là qu'il n'a jamais lu vos
billets concernant vos séjours du côté de Gournah ni vu les yeux de ces enfants qui vous entourent quand vous leur rendez visite à l'Association ... 



FAN 06/03/2012 18:06

Que de sacrifices où les animaux en sont les victimes!! Quoiqu'il fut des civilisations où l'être humain servait aussi de rituel (surtout enfant et jeune vierge) Bof, ceci ne me réconcilie pas avec
le genre humain dont j'ai honte de faire partie!!J'espère ne plus être de cette catégorie d'espèce lorsque je reviendrai sur la planète bleue!! Pour Tifet, c'est une bonne initiative, il faut que
la félicite!!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 07/03/2012 07:34



     Vous faites bien, Fan, de soutenir la démarche de Tifet : elle prouve une fois encore qu'il ne faut pas avoir honte de faire partie du genre
humain ...


Il existe partout des personnes d'exception qui nous réconcilient avec l'Humanité ...


 



TIFET 06/03/2012 10:29

Pourquoi donc ce bel animal qu'était l'oryx était-il assimilé au malveillant Seth c'est assez déstabilisant, pourquoi choisir cet animal plutôt qu'un autre, moins sympathique ?

Un immense merci Richard pour avoir insérer dans votre article un petit peu de moi !
Je suis très étonnée des réactions que je reçois, parfois des soutiens d'inconnus et aussi des "silences radio" de certains de mes lecteurs réguliers .........oui pour moi ces enfants représentent
beaucoup mais pour certains c'est un petit problème dans un océan de difficultés......

Richard LEJEUNE 07/03/2012 07:30



     ... Et pourquoi immoler un oryx pour protéger l'oeil lunaire d'Horus ? Et une brave tortue pour sauver son oeil solaire ? Et ...   Et
...


 


     Là réside toute l'ambiguïté des rapports qu'eurent les Égyptiens avec les animaux ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages