Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 23:00

 

    Je me mis en marche au moment du soir et lorsque j'atteignis Peten, le jour se leva. Je fis halte sur l'île de la Grande noire (= lac Timsah). C'est alors que la soif m'assaillit de sorte que j'étais desséché et ma gorge était comme de la poussière. Je dis : ceci est le goût de la mort. Je relevai mon coeur et rassemblai mes membres après que j'eus entendu le bruit du mugissement d'un troupeau.

 

     J'aperçus les Asiatiques (= Bédouins). Un cheik local me reconnut : il s'était rendu par le passé en Egypte. Alors, il me donna de l'eau et du lait fut cuit pour moi. Puis je marchai avec lui jusqu'à sa tribu où je fus bien traité ...

 

 

  Roman de Sinouhé

 

Extrait du

Papyrus de Berlin 10499,

provenant du Ramesseum

(R 46-51)

 

 

 

     Extrêmement populaire en Égypte antique, ce "classique" de la littérature que tout impétrant s'étant frotté à l'apprentissage de l'écriture hiéroglyphique se dut un jour de traduire, met en scène un courtisan de l'époque d'Amenemhat Ier (XIIème dynastie) qui, à la mort du souverain, s'en fut à l'aventure en terres étrangères.

 

     Après avoir erré de pays en pays, l'Égyptien s'établit dans une tribu de Bédouins où il fut accueilli de manière extrêmement bienveillante : c'est le passage que j'ai placé en exergue de mon intervention d'aujourd'hui, repris de l'exercice de traduction que j'avais réalisé voici bien des années, sous la direction du Professeur M. Malaise, à l'Université de Liège.

 

     Un peu plus loin, dans la même narration, ayant épousé la fille aînée du cheikh, Sinouhé fournit quelques précisions quant à ses nouvelles conditions de vie, notamment, pour ce qui concerne sa nourriture :

 

   Il me fit chef d'une tribu parmi la meilleure de son pays. Il fit faire pour moi des provisions chaque jour avec du vin, de la viande bouillie, de la volaille rôtie, indépendamment du petit gibier sauvage du désert que l'on prenait au piège pour moi, que l'on déposait pour moi, sans tenir compte des apports de mes chiens. On faisait pour moi de nombreuses douceurs (= de la pâtisserie) et il y avait du lait dans tout ce qui était cuit.

 

 

     Avez-vous pris attention, amis visiteurs, au détail que, dans les deux extraits de ce roman historique que j'ai épinglés pour vous ce matin, le héros tint à chaque fois préciser que le lait faisait bien partie de son alimentation quotidienne ? Ne va-t-il pas jusqu'à indiquer, croyant sa mort proche, que ce furent les mugissements de bovidés qui lui rendirent espoir ?

 

     Si à ce récit vous associez en outre les scènes dans les tombes évoquant l'élevage de bovins, celles concernant la traite des vaches dont nous avons vu un exemplaire ici, la semaine dernière, dans la vitrine 4 ² de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, 

 

  29. Fragments E 25515 - E 25532 et E 25511 (Louvre)

 

vous aurez aisément compris combien cet animal et surtout son lait nourricier eurent grande importance en Égypte ancienne et ce, à toutes les époques de son histoire plurimillénaire.

 

     Ainsi peut-on lire, sur le Papyrus Louvre N 3154, palimpseste au nom de Hor, Père divin et Prophète d'Amonrasonther, datant pourtant de la XXXème dynastie, c'est-à-dire de l'extrême fin des temps proprement égyptiens, vers 340 avant l'ère commune, ces paroles d'adoration :

 

     Proscynème royal pour Osiris qui est à la tête des Occidentaux, dieu grand, maître d'Abydos, pour qu'il accorde une offrande-d'invocation en pain, bière, viande, volailles, vin et lait, offrandes et nourritures, toutes choses bonnes et pures, au Ka de l'Osiris N.


(N =  le nom du défunt à indiquer par la suite sur le document.)

 

     Vous remarquerez qu'à l'instar du pain et de la bière, même s'il n'est pas cité en première position dans les formules d'offrandes, le lait intervint dans les repas des vivants, des défunts mais aussi des dieux : nombreuses représentations dans les temples nous montrent effectivement un roi qui, lui souhaitant d'en boire tous les jours, l'offre à une divinité dans deux récipients prévus à cet effet, que l'on dirait d'ailleurs surmontés d'une paille ou d'une tétine allongée, comme sur le déterminatif du terme lui-même, le dernier des cinq hiéroglyphes ci-après.  

        

     

 LAIT.png

 

    Translittérez  jrT.t  ; prononcez (approximativement) irtchet, et vous avez le vocable égyptien que nous traduisons par "lait". Auquel étaient éventuellement accolées trois précisions pour signifier qu'il provenait soit du gros bétail : la vache, en l'occurrence ; soit du petit bétail : la gazelle, la chèvre, la brebis ou l'ânesse ; soit, évidemment, de la femme (lait humain, comme le définissaient simplement les Égyptiens).

 

     Quand il s'agissait des vaches, ils établissaient une distinction supplémentaire entre le lait des bêtes astreintes à des travaux pesants tels les labours ou, lors de funérailles, le halage du traîneau sur lequel était déposé le sarcophage, et celui des laitières dont le seul rôle consistait à ruminer dans les prairies en attendant que l'on vînt les traire.  

 

     Concomitamment à sa valeur nutritive, le lait connut, d'après les papyri médicaux, nombre d'incidences prophylactiques et thérapeutiques : de ces dernières, il me plairait de vous entretenir lors de notre rencontre du 15 mai prochain. Dans une semaine, donc, puisque, souvenez-vous, je vous ai hier adressé une "newsletter" aux fins de vous indiquer qu'à partir d'aujourd'hui, nos rendez-vous redeviendraient hebdomadaires, comme aux premiers temps de ce blog.

 

     A mardi ?   

 

 

 

(Cauville : 2011, 52-5 ; Corteggiani : 2007, 279 ; Desroches Noblecourt : 1952, 49-67 ; Goyon : 2004, 223 ; Lefebvre : 1960, 59-65)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

JA 13/05/2012 17:52

Le lait est un aliment très complet et son histoire est passionnante
Dans les années 1960 il était distribué gratuitement dans les écoles françaises
A bientôt
JA

Richard LEJEUNE 14/05/2012 07:05



     Loin de moi, ici, l'idée de brosser l'histoire du lait à travers les âges !


 


     Ma seule prétention, Jocelyne, se limitera à tenter de vous en démontrer l'importance aux yeux des Égyptiens. Et cela, déjà, nous réunira
chaque mardi jusqu'à la fin du mois de juin.


 


     A demain, donc ... 



Christiana 10/05/2012 19:53

Et bien, prenez donc avec nous une cure de jouvence...

Richard LEJEUNE 11/05/2012 07:21



J'y songe ...



Christiana 10/05/2012 14:34

Ce serait super!

Richard LEJEUNE 10/05/2012 17:04



     Peut-être bien, oui ...


Cela raviverait nombre de bons souvenirs ... et me replongerait un quart de siècle en arrière.


 


     J'étais à l'époque - et le suis resté - en admiration devant le Profeseur M. Malaise qui accompagnait nos premiers pas de déchiffreurs à J.
P., mon aîné de 20 ans, maintenant disparu ; à Dimitri Laboury - devenu depuis l'égyptologue que l'on sait -, mon cadet des mêmes 20 ans et à moi-même, au mitan des deux ; et qui nous permit,
cinq années durant, - c'est à mes yeux le plus exatraordinaire - d'entrer de plain-pied dans la pensée d'une civilisation, dans sa façon de s'exprimer, dans ses peurs et ses joies  par
rapport au quotidien, par rapport à la mort, par rapport au cosmos ...


 


     Moments inoubliables aussi ceux qui nous amenaient, J.P. et moi, à passer quelques heures, de chaque côté d'une table au moins une soirée
par semaine - nous habitions lui Verviers, moi Pepinster à quelques kilomètres l'un de l'autre - grammaires et dictionnaires d'égyptien entre nous pour discuter sur le sens à donner à un mot, une
expression, une phrase entière de l'exercice de traduction - monument gravé, le plus souvent ou, les années passant, texte littéraire de plus en plus difficile - que notre Professeur nous avait
donné à réaliser pour le mercredi suivant ... 


 



Christiana 10/05/2012 09:02

On aurait envie de continuer plus loin le roman de Sinouhé...

Je constate que douceurs (= de la pâtisserie)exactement comme en italien, dolce.

Richard LEJEUNE 10/05/2012 12:55



     Vous me donnez une idée, là, Christiana : sachant que, pendant les vacances d'été, chaque année, nous quittons le Louvre pour nous pencher
sur l'une ou l'autre oeuvre d'écrivain traitant de l'Egypte - sauf l'année dernière où pendant deux mois j'ai donné la parole à François pour qu'il nous narre son séjour à Louxor, en mars,
immédiatement donc après la "Révolution de Janvier" ; sachant que j'avais envie pendant juillet et août prochains, d'évoquer succinctement l'Histoire littéraire égyptienne dans une
perspective chronologique, je pourrais peut-être plutôt envisager de ne publier que le Roman de Sinouhé sur lequel, en son temps, j'avais abondamment sué sang et eau ...


 


     Je vais y réfléchir ...



FAN 08/05/2012 17:41

Comment, je n'étais pas inscrite à la newsletter?? entendu, c'est fois, c'est fait!! Donc, cher Richard, à Mardi 15 Mai!! Avec le post de ce jour, je constate que le lait fut de tous les temps, un
breuvage estimé, tant par son goût que par ses vertus alimentaires!! Bravo pour le déchiffrage du papyrus!!rude mais passionnant exercice!!BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 08/05/2012 18:11



     Vous, Fan, pas inscrite ??? C'est presque impossible à concevoir : avec quelques-unes et quelques-uns de mes lecteurs, vous êtes la fidélité
même ...


Comment faisiez-vous donc pour venir me lire avec autant de régularité et me laisser à chaque fois un commentaire, voire un questionnement prouvant votre envie
d'approfondissement des sujets évoqués, si vous n'aviez pas reçu notification de la publication de mes billets ??


 


     Effectivement, dès les premiers temps de l'Homme, le lait fut de grande utilité alimentaire.


 


     En outre, - et là réside l'objectif des nombreux articles que je lui consacrerai jusqu'à la fin du mois de juin -, vous comprendrez que ce
n'est pas que dans le domaine du quotidien alimentaire qu'il joua, chez les Égyptiens, un rôle primordial !


 


     Patience, donc ...


 


 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages