Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 23:00

 

     Lors de la séance de rentrée académique, la cent quatre-vingtième que connut ce vendredi 20 septembre l'Université Libre de Bruxelles (ULB), la distinction de Docteur honoris causa fut conjointement attribuée à la philosophe et femme de lettres française - remueuse d'idées, comme elle aime se qualifier - Élisabeth Badinter et à son époux, Robert Badinter dont l'Histoire retiendra que, Garde des Sceaux du Président François Mitterrand, il eut l'immense privilège de faire signer, en septembre 1981, l'abolition de la peine de mort, événement rare dans une vie d'homme, aime-t-il à préciser dans ce très intéressant entretien que je vous propose ici de voir en intégralité (en cliquant sur la vidéo).

 

     Bien que je le regrette, soyez-en assurés amis visiteurs, la "rentrée académique" d'ÉgyptoMusée ne brillera pas de la même aura, ne sera pas placée sous d'aussi exceptionnels auspices mais constituera toutefois, à tout le moins veux-je l'espérer, un retour apprécié vers un personnage que nous avons appris à déjà connaître. 

 

     Souvenez-vous, c'était le 15 janvier 2013.

 

     En la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, devant l'immense mur-vitrine qui sépare cet espace en deux parties,

 

 

Salle 5 - Vitrines 9 et 5

 

 

nous venions de quitter Metchetchi au terme de l'année 2012 et nous nous apprêtions à faire connaissance avec un nouveau cicerone, aussi proche du pouvoir que le fut en son temps Robert Badinter : Tepemânkh, fonctionnaire aulique dans l'Égypte de la fin de la Vème dynastie et du début de la VIème, Prêtre-pur du roi, Directeur des Khentyou-she du palaisDirecteur des autorisations royales pour les deux carrières du palais

 

 

      Le mardi suivant, le 22, nous nous penchâmes plus avant sur le bloc calcaire E 25408 


 

E 25408 - C. Larrieu

 

 

sur lequel il figurait assis à la table de son repas funéraire : notre mentor se muait ainsi en amphitryon pour nous révéler les différents mets qui lui seraient destinés.

  

     Et en effet, le 29 janvier, commensaux privilégiés, nous découvrions la composition de ce "menu",

 

 

E 25408 - ''Menu'' de Tepemankh

 

 

la composition des offrandes alimentaires espérées pour son avenir post-mortem.

 

 

     A notre rendez-vous suivant, le 5 février, Tepemânkh nous présenta sa famille ou, plus précisément, ses quatre fils,

 

 

E 25408 - Quatre fils de Tepemânkh (Cliché - C. Larrieu)

 

 

agenouillés et lui faisant offrande.

 

     C'est le 19 février, après le congé de carnaval, que je souhaitai poser à votre intention les jalons de ce qui deviendrait une étude des critères stylistiques permettant de dater un monument égyptien, grâce à certains détails apparaissant, dans un premier temps, sur le mobilier funéraire.

 

     Ainsi, le 26 du même mois, nous intéressâmes-nous au concept d'une table d'offrandes

 

 

Table d'offrandes de Tepemânkh (gros plan de E 25-copie-1

 

 

pour ensuite, le 5 mars, évoquer la composition du plateau de la sienne et, le mardi suivant, le pied de ce guéridon, ainsi que son environnement.

 

     Cet environnement, à savoir : la formule d'offrandes,

 

 

Formule d'offrandes (2) (E 25408 - Cliché C. Larrieu)

 

 

nous retint deux semaines consécutives dans la mesure où je choisis de la comparer avec celle, extrêmement prolixe, d'un certain Kaaper, gravée sur un linteau de quelque trois mètres

 

 

Linteau Kaaper

 

 

 

exposé à la fondation Martin Bodmer, à Cologny, près de Genève, de manière à vous faire comprendre combien celle de Tepemânkh était concise puisqu'elle se contentait de seulement quatre expressions.

Cette étude comparative, nous la menâmes les 19 et 26 mars, juste avant le congé de printemps.

 

     A notre retour au Louvre, le 16 avril, c'est au siège sur lequel Tepemânkh est assis que je consacrai plus particulièrement mon intervention.

 


Tepemânkh assis sur un siège (Détail de E 25408 - C. La

 

 

 

    Et puis, vous ne l'avez évidemment pas oublié, un événement personnel vint grandement, et pour bien des semaines, bouleverser mes plans initiaux : parce que je fus invité par un ami réalisateur d'une émission de la télévision belge francophone à une conférence de presse organisée pour annoncer l'exposition itinérante Du Nil à Alexandrie. Histoires d'eaux qui se tiendrait cinq mois durant au Musée royal de Mariemont, je décidai de vous emmener avec moi à Morlanwelz.

 


MARIEMONT - Affiche de l'exposition (18-04-2013)

 

 

 

          Au terme de cette intervention de rentrée, piqûre de rappel en table des matières agencée, - cliquez et vous redécouvrirez -, alors que l'exposition mariemontoise ferme définitivement ses portes ce prochain dimanche, je vous propose tout naturellement, amis visiteurs, de rejoindre le département des Antiquités égyptiennes du Musée de Louvre au sein duquel, patient et parce que soucieux encore de nous intéresser, Tepemânkh nous a attendus.

 

     Le 1er octobre, devant la vitrine 5 de la salle 5, je compte sur votre présence pour entamer une suite de trois rendez-vous consacrés à la représentation physique qu'a réalisée de ce haut serviteur royal le lapicide antique.

 

     A mardi ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 01/10/2013 02:22

Vous m'avez remis en bouche, cher professeur, bien des saveurs qui appellent la suite du festin!
Amicalement vôtre
Cendrine

Richard LEJEUNE 01/10/2013 08:39



     C'était bien là l'objectif, Cendrine.


 


     Merci de l'avoir si joliment compris.



Christiana 27/09/2013 00:22

Merci pour cette révision. C'est vrai que cela paraît bien loin... Mais je me souviens -à présent ça me revient- du menu.
J'aime beaucoup Elisabeth Badinter...

Richard LEJEUNE 30/09/2013 07:43



     Il est très souvent bien utile d'ainsi s'offrir un petit rappel de notions déjà évoquées de manière à reprendre le fil d'une conversation un
temps interrompue ...


 


     Dans des domaines fort différents - quoique l'humain constitue le point nodal de leurs écrits -, tous deux ont permis de réfléchir tant sur la
condition de l'homme que celle de la femme non seulement au sein de notre société contemporaine mais également en "fouillant" l'Histoire : je pense notamment à l'ouvrage d'Elisabeth Badinter sur
l'amour maternel, du XVIIème siècle à nos jours qui, en son temps, avait quelque peu mis à mal les idées reçues ... 



FAN 25/09/2013 17:11

Une piqûre de rappel qui nous met les neurones en éveil!! A Mardi cher Richard!!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 26/09/2013 07:58



     C'est bien, chère Fan, que ce rappel éminemment nécessaire à mes yeux, vous mette "les neurones en éveil" car, parfois, dans le chef de
certains de mes Étudiants, ce type d'intervention paraissait totalement superfétatoire  ...



François 25/09/2013 12:10

Voilà une reprise bien amenée, avec les révisions nécessaires des précédentes interventions...
Je suis toujours épaté des multiples développements possibles lorsqu'on se donne, comme tu nous apprends à le faire, la peine de REGARDER tout ce qui peut être signifiant dans un simple (mais
peut-on dès lors user de ce qualificatif !!!) petit relief !
Allez, vivement la suite pour l'étude de Tepemânkh que tu nous proposes !
Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 26/09/2013 07:54



     Comme je l'écrivais en d'autres mots à Carole voici un instant, c'est un passage obligé que ce récapitulatif de manière que tout ceux qui vont
maintenant reprendre le fil de l'histoire ne se sentent pas "perdus" parce qu'à l'époque des précédentes interventions, ils ont été absents de certains de nos rendez-vous ...


 


     Tu le sais parfaitement bien François, et une de tes discussions en cours sur notre Forum le prouve si besoin en était encore : dans l'art -
égyptien ou autre -, le moindre petit détail recèle une importance significative. 



Carole 24/09/2013 23:55

Merci pour ce récapitulatif. A mardi prochain donc !

Richard LEJEUNE 26/09/2013 07:43



     Ce n'est pas à vous que j'apprendrai, Carole, qu'il s'agit d'un principe élémentaire chez tout Enseignant quand il souhaite reprendre
contact avec un sujet - Tepemânkh, ici en l'occurrence -, après autant de mois de "mise en veille" ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages