Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 00:00

 

    Qu'elle soit de vigne ou de papier, la feuille est une promesse.

Pour l'une la promesse du raisin et du vin, pour l'autre la promesse des mots et du texte.

Toutes les deux requièrent de l'homme beaucoup de travail. Toutes les deux annoncent des plaisirs : boire et lire.

De la feuille de vigne naissent les caves et les oenothèques ; de la feuille de papier, les librairies et les bibliothèques.

 

 

Bernard  PIVOT 

 

Dictionnaire amoureux du vin

 

Paris, Plon, 2006

p. 187

 

 

 

 

 

     Telle celle de l'artiste peintre égyptien antique, - le Sesh kedout, le Scribe des contours comme le nomment la plupart des égyptologues, le Scribe des formes comme préfère le traduire le Professeur Laboury -, qui, quand il souhaitait différencier la gent féminine de la masculine, choisissait parmi ses cupules d'ocres aux tonalités chaudes pour en préciser la carnation, la palette de la Nature en Côte d'Or se révéla des plus éblouissantes les quelques jours si abondamment ensoleillés que nous y passâmes pendant le récent congé scolaire de Toussaint.

 

     Un océan de vignes déferlait depuis Gevrey-Chambertin,

 

-29-10-2013--022.jpg

 

déroulant jusqu'à Saint-Aubin,

 

-01-11-2013--128.jpg

 

en passant par le Clos de Vougeot

 

-31-10-2013--096.jpg

 

et les coteaux murisaltiens,

 

-29-10-2013--025.jpg

 

puis pulignaciens,

 

-31-10-2013--092.jpg

 

 

sur tout cet incroyable terroir, d'inépuisables vagues de rouges,

 

 

-29-10-2013--024.jpg

 

de bruns et de jaunes,

 

-30-10-2013--061.jpg

 

qui, copieusement, nous explosèrent au visage ; à perte de vue.


-31-10-2013--085.jpg

 

 

     Sur ces sols si riches, si superbement nuancés où l'un ou l'autre pampre offrait quelques derniers grains voués à un dépérissement certain ... ou à la délectation d'un heureux "vendangeur-grapilleur" de passage tenté par la générosité pulpeuse du fruit mûr ;

 

(31-10-2013) 102

 

 

dans nombre de ces 1247 "climats" - comme il est d'usage de les nommer en Bourgogne viticole -, qu'il vous est loisible de dénombrer ci-après et qui, depuis 2010, de Marsannay à Santenay, quêtent une reconnaissance officielle de l'Unesco ;

 

 

07.-Les---Climats---exposes-a-Beaune--3-novembre-2010-.jpg

 

 

"climats" aux dénominations parfois délicieusement évocatrices ;

 

 

-31-10-2013--084.jpg

 

 

sur ces parcelles prometteuses souvent délimitées par des murgers,

 

-29-10-2013--035.jpg

 

entendez des murs de hauteurs variables avec ou sans abri-refuge, en pierres sèches grises extirpées jadis des sols caillouteux aux fins d'y planter de nouveaux ceps, ce fut, en nous rendant d'un domaine à un autre, réel plaisir esthétique d'y déambuler, émerveillés, les yeux ébaubis, comme ceux d'enfants qui auraient trop vite grandi ...

 

-31-10-2013--124.jpg

 

mais qui toutefois se souviendraient qu'au troisième chapitre de  Autour de la lune, Jules Verne faisait déjà déguster à ses héros une fine bouteille de Nuits dénichée par Michel Ardan dans le compartiment des provisions (Hachette, reprographie de l'édition Hetzel, pp. 250-1 de mon édition de 1978) et qu'en leur hommage, les astronautes américains de la mission Apollo XV de 1971 enfouirent là-haut, au sein d'un cratère qu'ils crurent évident de baptiser le Saint-Georges, une étiquette de ce prestigieux premier cru.

     

     Pour notre part, il fut hors de question de rester avec eux sur la lune : une seule bouteille ne nous eût point suffi ! Aussi, visitâmes-nous caveaux et encore caveaux - qui n'avaient fort heureusement rien de sépulcral ! -, mais néanmoins destinés à assurer une certaine éternité à des milliers de piqûres n'attendant que l'engagement de notre pouce vigoureux  

 

-03-11-2013--2.jpg

 

 

et autant de goulots à déboucher n'espérant que nos lèvres avides.

 

 

-03-11-2013--1.jpg

 

 

     Je gage que Metchetchi, Tepemânkh et tant d'autres dignitaires égyptiens eussent aimé être conviés à ce voyage autour de grands crus ...

 

     Dans l'une de ces cavernes "alibabesques", une surprise me ramena vers les rives du Nil, vers le Louvre, vers vous, amis visiteurs, que j'avais un temps délaissés.

 

-29-10-2013--015.jpg

 

 

     Avais-je donc déjà vécu quelques attaques en bouche, ce jour-là ; avais-je donc déjà admiré tant de robes dont la transparence m'avait à ce point ému pour que j'interprète le dessin appliqué sur le tonneau comme figurant deux couronnes de Basse-Égypte se faisant vis-à-vis quand mon ami viticulteur, quelque peu dubitatif, n'y voyait qu'un verre à pied stylisé ?

 

     Je ne sais plus ... ou feins de ne plus savoir ...


      Quoi qu'il en soit, ce matin, après avoir illustré la première partie des propos de Bernard Pivot à l'entrée "Feuille" de son Dictionnaire amoureux du vin que j'ai choisis en guise d'exergue à notre rendez-vous, j'aimerais me consacrer à la seconde, à ces feuilles de papier contenant notes et documents photographiques en vue d'évoquer pour vous quelques moments de notre passé et de notre avenir communs.


     Souvenez-vous : ce fut en 2009, plus exactement le 1er septembre que, pour la toute première fois, nous pénétrâmes vous et moi

 

 Entree-Salle-5.jpg

 

dans la salle 5  du présent Département des Antiquités égyptiennes dont nous avions déjà, depuis l'ouverture de ce blog en mars de l'année précédente, arpenté les quatre premières.

 

     La quatrième, je le rappelle au passage, étant entièrement dédiée aux travaux des champs, c'est tout logiquement que depuis la restructuration complète de cette section en 1997, la cinquième, de la dernière partie de laquelle nous nous apprêtons à entamer l'étude, a été dévolue à la présentation d'autres sources d'obtention de nourriture que les produits de la seule agriculture sur les rives du Nil.

 

     Et notamment l'élevage,

 

 

Salle-5---Vitrine-1.jpg

 

 

avec la vitrine 1 sur laquelle nous nous penchâmes à partir du 8 septembre 2009.

 

     En 2010, le 23 février, nous envisageâmes de nous tourner vers le grand mur qui sépare l'espace en deux portions distinctes

 

 

Vitrines-2---3-et-4.jpg

 

 

pour détailler les monuments exposés dans la vitrine 2 encastrée en son centre, célébrant la chasse et la pêche.

 

     Le 21 septembre de la même année, nous entreprîmes l'évocation des animaux familiers des habitants de l'antique Kemet ; cette vitrine 3, vous vous en doutez,

 

 

Salle-5---Vitrine-3.jpg

 

 

constituant la seule exception au thème de l'alimentation qui sous-tend la salle 5.

 

     Enfin Metchetchi vint qui, du 15 mars 2011 au 22 décembre 2012, grâce aux vitrines 4 1 et 4 ² ,

 

 

Vitrines-4.jpg

 

 

monopolisa entièrement notre attention.

 

     Le 15 janvier 2013, nous fîmes la connaissance d'un nouveau guide en la personne de Tepemânkh,

 

Tepemankh---E-25408.jpg

 

 

solitaire dans sa grande vitrine 5 aménagée dans le haut mur de séparation, devant son menu et sa table d'offrandes. 

 

     A présent que nous venons de le quitter, nous pouvons consacrer nos prochains rendez-vous hebdomadaires aux dernières vitrines, quatre en tout, disposées dans cette deuxième moitié de salle.

 

     Celles portant les numéros 7 et 8

 

 

Vitrines-7-et-8.jpg

 

 

devraient parfaire nos connaissances en matière vinicole dans l'Égypte ancienne.

 

     Dans la neuvième, une table vitrée noire,

 

 

 Salle 5 - Vitrine 9

 

 

de petits récipients transparents nous détailleront différents produits comestibles - légumineuses, fruits ou graines, peu ou prou desséchés - déposés dans les tombes aux fins d'assurer la subsistance éternelle des défunts.

 

     Mais avant cela, vous aurez certainement compris, amis visiteurs, que nous commencerons par longuement nous attarder devant la double vitrine 6

 

 

Vitrine-6.jpg

 

 

dévolue, si pas à l'alimentation quotidienne des Égyptiens, à tout le moins, à ce dont ils espéraient bénéficier dans leur éternité post-mortem.


     Si d'aventure le "menu" de Tepemânkh - repas conventionnel tout autant souhaité par les défunts -, vous fit saliver, je gage que nos prochaines rencontres ne seront nullement placées sous le signe de la disette ...

 

     Je vous convie donc à me rejoindre, ici, en salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, bien évidemment devant la vitrine 6, le 12 novembre prochain, pour entamer un nouveau parcours au sein duquel les questions prandiales seront essentielles. 

 

     A mardi.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Christiana 11/11/2013 18:22

Comme les vignobles sont jolis en automne. Je n'y suis jamais allée en cette période. Le vin repose déjà en tonneaux après les vendanges. Tout n'est que calme et volupté.
Nuits-Saint-Georges était le vin préféré de mon père...

Le 1er septembre 2009, je ne me promenais pas encore sur votre blog. J'ai pris le train en marche.

Richard LEJEUNE 12/11/2013 17:29



     La Côte d'Or était particulièrement superbe cette semaine-là car depuis, vents et pluie ont eu raison du feuillage ... et de la luminosité
ambiante.


 


     Si l'un ou l'autre lecteur s'en va, beaucoup arrivent : raison pour laquelle il faut parfois récapituler ... Libre aux nouveaux visiteurs de se
reporter ou non dans les articles anciens. 



Cendrine 08/11/2013 04:03

Enivrée, étourdie de plaisir à vous lire, je laisse caracoler mes pensées dans ces couleurs d'automne gorgées de promesses enchanteresses et je plonge tout de go dans l'infinie palette des saveurs
et des robes du vin! Vous êtes le chantre des douceurs dionysiaques cher Richard! Merci beaucoup...

Que de travail passionnant se rajoute à cette mise en bouche, articles dont le bouquet se révèle au creux des mots.

Bien amicalement

Cendrine

Richard LEJEUNE 08/11/2013 07:59



     Merci Cendrine : il m'est toujours plaisir de découvrir la poésie de vos commentaires : ils valent amplement tous les grands crus de
Bourgogne. 



Louvre-passion 07/11/2013 20:53

De fort belles photos de la "Côte de Nuits" avec des appellations qui font rêver. Évidemment les grands crus sont hors de portée mais fort heureusement il reste de nombreux producteurs qui peuvent
nous régaler pour un prix raisonnable.

Richard LEJEUNE 08/11/2013 07:56



     Tout à fait L.-p. et,  surtout, dans des villages moins connus ou, plutôt, "snobés" au profit d'appellations plus "célèbres" : le plus bel
exemple parmi ceux que je connais est évidemment Saint-Aubin qui, au niveau du terroir, présente le même ensoleillement, le même sol, la même minéralité que les Montrachet tdont ils sont le
prolongement et qui se vendent nettement moins chers que leurs "prestigieux" voisins.   



Bernadette LAMY 07/11/2013 13:00

Je suis “sous le charme” de votre reportage bourguignon : les photos sont éblouissantes ! - Bravo ! Vous êtes un excellent ambassadeur de la “côte d’or “ -
C’est une chance d’être venus la semaine dernière car le vent et la pluie ont fait tomber beaucoup de feuilles les derniers jours.
Et j’ai découvert votre passion et un aperçu de vos connaissances du monde égyptien : je comprends que vous ayez envie de partager votre intérêt avec votre petit fils pour l’Egypte, et vous serez
un guide sûr lorsque vous irez au LOUVRE avec lui.

Merci de m’avoir permis de découvrir votre talent, même si votre modestie souffre un peu !

Bien à vous,
Bernadette Lamy

Richard LEJEUNE 07/11/2013 13:12



     Grand merci à vous, Madame Lamy, pour ce regard bienveillant porté sur mon blog, ainsi que pour votre si aimable commentaire.


 


     Merci aussi pour l'accueil que vous nous avez réservé jeudi dernier aux Louchardes. 


 


     A tout bientôt, au salon de Sart-Jalhay. 


     Richard



 




Alain 06/11/2013 12:06

Où va se nicher la passion de l’Egypte et du vin : dans un verre à pied stylisé dessiné sur un tonneau !
La visite des caves bourguignonnes est à déconseiller pour une vision juste des réalités… sans parler de la vision du compte en banque, car ces vins sont hors de prix.

Richard LEJEUNE 06/11/2013 12:28



     Certains, Alain, sont hors de prix, mais heureusement pas tous.


 


     Le Marsannay sur le tonneau duquel se trouvait le logo en question proposé par le Domaine Derey frères, à Couchey reste tout à fait
abordable.


 


     Je t'avouerai toutefois que je n'ai pas choisi de me présenter au Château de la Romanée-Conti pour une raison évidente : sachant que ne me
seraient proposés que les derniers millésimes, je n'ai plus le temps d'attendre 20 ou 30 ans de vieillissement en cave ! 


Voilà. Tout simplement. 


 


Plus sérieusement : ne fût-ce que goûter un seul verre de ce très grand cru rouge constitue un rêve que je voudrais un jour réaliser, avant que la Camarde décide
seule de mes repas d'éternité.


 


     Nous avons vu, dans un restaurant de Beaune, qu'une bouteille était proposée à 1500 €.


     Je suis toujours en train de réfléchir ... 



PASSION SCULPTURE 06/11/2013 12:03

Et si je suis sur Angers, je serai contente de vous rencontrer VOTRE EPOUSE et vous - bien amicalement

Richard LEJEUNE 06/11/2013 12:06



     Merci, c'est très aimable à vous.



etienne 06/11/2013 01:21

Ah, Richard encore un point commun pour ces douces ou rudes goulées de vins,
je vois que tu as bien visité les caveaux, attention quelquefois les dégustations répétées sont difficiles...

A bientôt pour de nouvelles vitrines et donc des nouvelles aventures et découvertes!

amitiés,

Etienne.

Richard LEJEUNE 06/11/2013 10:12



     J'ignore ce que tu sous-entends réellement par difficiles, Etienne, mais je puis t'assurer qu'en définitive la seule difficulté
existante résulte par la suite de la vision de son compte en banque ... 



PASSION SCULPTURE 05/11/2013 23:18

Il vous suffit de venir dans notre belle région de la douceur Angevine - les couchers de soleil sont magnifiques sur la Loire.
Il ne faut pas oublier la tapisserie de l'Apocalypse dans le château très particulier d'Angers et surtout la galerie DAVID D'ANGERS, bonne soirée et merci de cet échange bien sympathique

Richard LEJEUNE 06/11/2013 10:02



     Ah, chère Madame : la douceur angevine.


     Comme l'autre jour sur votre blog, vous évoquez là, avec cette belle image empruntée à Joachim du Bellay, un autre plaisir de mes études d'antan,
fort heureusement toujours actuel : ma dilection pour la poésie  !


 


     Au temps de mes premières années d'Enseignant, j'étais passé par l'Anjou et par bien d'autres régions "historiques" de France d'ailleurs pour me
constituer un corpus de diapositives d'architecture castrale à projeter à mes Etudiants, les vidéos et autres techniques plus performantes n'ayant alors pas encore été inventées !


Et bien sûr, j'avais visité ce château des ducs dominant la Maine, ceint de ses grosses tours massives qu'illuminaient cet été-là les jardins dans des douves
décorées de multiples teintes joyeuses.  


     Je ne sais si cela existe encore, mais c'était superbe à voir et contrastait évidemment avec la forteresse qu'ils encadraient ! 


Mes diapositives sont au grenier, maintenant, et ne servent plus à rien ni à personne ...


Toutefois, de les évoquer avec vous, m'amène à penser que je pourrais les faire numériser et ainsi en profiter encore sur l'écran de mon ordinateur.


Souvenirs. Souvenirs.


 


  J'avais bien évidemment admiré cette célèbre Tenture de l'Apocalypse à l'origine de laquelle se trouvait un
peintre de chez nous, Jean de Bruges, qui travailla pour je ne sais plus quel souverain français ... 


 


     Quant à la Coulée de Serrant, vous m'avez intrigué. Il va vraiment falloir que je me documente ... ou que nous envisagions l'année prochaine, mon
épouse et moi, un petit séjour dans les châteaux de la Loire.



PASSION SCULPTURE 05/11/2013 21:47

Un vin bio que je vous souhaite de goûter avec délice et dé découvrir ses vignes ; vous ne le regretterez pas. je vous le dis ! c'est MAGIQUE !!!!!!

Richard LEJEUNE 05/11/2013 22:20



     C'est bien trop peu de me le dire. Que ne me le faites-vous goûter ?


 


     Il est des jours et des nuits que j'envie le "pianocktail" de Boris Vian ! 


 


 






J-P.Silvestre 05/11/2013 18:42

Que de noms prestigieux ! Je suppose que vous n'avez pas pu résister à l'attrait des spécialités régionales...

Richard LEJEUNE 05/11/2013 22:17



     Résister, cher Jean-Pierre ? J'ai essayé. Vraiment.


 


     Et c'est dans ces moments-là que je m'aperçois que je suis un faible !



N@N 05/11/2013 15:32

Ah, cher Richard, quel beau périple parmi les vignes !
Superbes photos qui éclairent la grisaille sévissant actuellement sur notre plat pays :-)

Merci pour le partage !
Amitiés et bises,
N@n

Richard LEJEUNE 05/11/2013 22:14



     Semblables paysages nous réconcilient avec la Nature, certes, N@n, mais ne doivent pas nous faire oublier que notre Belgique est belle aussi à
l'automne ... pour autant qu'un peu de soleil vienne l'éclairer !


Ce qui, comme tu le soulignes, n'est malheureusement pas le cas pour l'instant !


Et ne l'est d'ailleurs pas très souvent ...


 


     De sorte que même sans les plaisirs de la table et du palais, notre escapade bourguignonne eût de toute manière été cette année des plus
réussies.   



Monnier 05/11/2013 15:11

Cher Richard,

J'ai bien apprécié cette petite balade parmi les vignes que tu nous as partagée ce matin.
Jolies couleurs teintées de réflexions nostalgiques au détour d'un sentier...

Douce France quand on prend le temps de la regarder...

Amitiés,

Franck

Richard LEJEUNE 05/11/2013 22:04



     J'ai apprécié à sa juste valeur amicale que tu consacres du temps à me lire, Franck et, surtout, à m'écrire
ces quelques mots, toi qui n'en as pas déjà trop pour te pencher sur tes propres recherches égyptologiques.




     Cette semaine bourguignonne constitua, pour mon épouse et pour moi-même, un séjour de rêve tant sur le plan
de la gastronomie et des dégustations que sur celui des déambulations à travers divers vignobles de la Côte d'Or. 



     Pour réapprovisionner notre cave, nous "descendons" en Bourgogne tous les deux ou trois ans. La photo du
panneau des "climats" date d'ailleurs de notre précédent séjour en 2010 : ce grand mur écrit était dressé sur la place devant les Hospices de Beaune car c'était à l'époque la première fois que
les Bourguignons faisaient campagne pour l'inscription de leurs 1247 "climats" au Patrimoine mondial de l'Unesco. 



    Si parfois, c'est en été que nous nous y rendons, en 2010 ce fut également à la Toussaint, mais le temps
nous "obligea" à plus visiter les caveaux qu'à nous promener.


La semaine dernière, exceptionnellement ensoleillée, nous avons pleinement profité de cet océan de teintes mordorées et de la clémence des températures pour nous balader entre les
vignobles. Nous ne reprenions la voiture pour nous rendre dans les domaines viticoles qu'en fin d'après-midi, quand la lumière commençait à être moins belle et quand une certaine fraîcheur
s'installait ...






FAN 05/11/2013 11:35

Merci Richard pour ces superbes photos de nos coteaux dont les feuilles de vignes ont des couleurs aussi chaudes que le jus de leur treilles!! Personnellement, même si un vin de Bourgogne me
réchauffe le cœur et l'âme, j'aime les vins du Bordelais, qui sont plus légers mais le Beaujolais 2013 fera bientôt honneur sur ma table!! En ce qui concerne les repas divins pour la vie de l'Au
Delà, j'ai aperçu quelques jarres qui me font dire qu'il n'y avait pas que de l'eau à l'intérieur!! Au 12 Novembre pour en savoir plus!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 05/11/2013 21:50



     Eh oui, chère Fan, deux vitrines, dans la seconde moitié de cette salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre,
retiendront, en leur temps, toute l'attention de ceux de mes visiteurs qui s'intéressent à la viticulture, fût-elle antique ...


 


     Malheureusement, là, je n'aurai rien à proposer à la dégustation que mes mots pour la dire ...



PASSION SCULPTURE 05/11/2013 00:37

belle découverte que ces crus prestigieux, mais je crois, enfin, je pense qu'il vous reste à déguster nos petites merveilles du bord de Loire (fleuve préféré des rois) comme la Coulée de Serrant,
par ex. vin biologique dans un cadre que vous ne pouvez imaginer et c'est tout près de chez moi. C'est MAGIQUE !!!
Merci de votre passage qui me fait toujours plaisir.

Richard LEJEUNE 05/11/2013 21:35



     Mais certains vins de Loire s'invitent aussi à notre table, chère Madame : Pouilly-Fumé, Sancerre ou Menetou-Salon ; Coteaux du Layon ou Quarts de chaume, notamment, plaisent à toute la famille.


 Sans oublier le Vouvray brut ...


 


     Tout dépend des mets servis, pour les uns, des événements à  célébrer, pour les autres. ...


 


     Ceci posé, je dois néanmoins vous avouer que je n'ai encore jamais goûté cette Coulée de Serrant.



Carole 05/11/2013 00:07

Je vois que vos vacances furent savoureuses et colorées. Après ces nourritures terrestres, les nourritures célestes (qui en sont inspirées) seront bienvenues aussi !

Richard LEJEUNE 05/11/2013 21:17



     Et elles ne tarderont pas, je vous assure ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages