Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 00:00

     Poudre de dattes.

     (Cela) sera mis dans de l'eau et préparé sous une forme de pâte liquide qui sera battue. Tu auras placé deux poêles sur le feu pour qu'elles chauffent et cette pâte liquide y sera placée et mise sous forme de galette. Une fois qu'elle sera cuite à point, tu devras la préparer sous la forme d'une pâte solide avec du miel et de la graisse de taureau.

 

 

Papyrus Ebers 313

 

dans  Thierry BARDINET

Les papyrus médicaux de l'Égypte pharaonique 

Paris, Arthème Fayard, 1995

p. 299

 

 

 

     Certes, vous allez m'en vouloir !

 

     Pourtant après ces deux semaines d'absence que nous ont permises les congés scolaires, c'est, n'en doutez point amis visiteurs, avec un réel bonheur que, personnellement, je vous retrouve aujourd'hui au Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

 

     Permettez-moi tout de go, dans l'éventualité où certains d'entre vous n'auraient point eu l'opportunité de prendre connaissance de mon message préalablement programmé pour le mardi 31 décembre dernier, et les réponses que j'y ai apportées dès mon retour dans la blogosphère, de vous réitérer mes voeux les plus amicaux pour qu'aux côtés d'ÉgyptoMuséelongtemps encore, vous ayez envie et plaisir de déambuler aux fins que, de conserve, nous éblouissions nos yeux et comblions notre coeur de tous ces grands et petits trésors ici rencontrés. 

 

 

     Ceci posé, pour quelle raison me tiendriez-vous rigueur ?

 

     Simplement parce que ce n'est qu'après cette période en principe festive que je vous propose une recette de galettes de dattes au miel que, peut-être, amateurs de mets venus d'ailleurs, vous auriez testée pour épater vos invités.

     Qu'à cela ne tienne : je me dis qu'il vous sera toujours loisible d'en tenter la préparation un jour prochain ...

 

 

     Lors de notre dernier rendez-vous en salle 5, le mardi 17 décembre, je vous avais indiqué, souvenez-vous, que nous commencerions l'année en évoquant la fabrication du pain en Égypte antique grâce à deux bas-reliefs exposés du côté nord la vitrine 6, judicieusement intitulés "Scène de boulangerie".

 

     C'est en nous approchant de celui du dessus, (E 17499), que je suggère d'entamer nos propos ce matin.   

 

 

E 17499 - Scène de boulangerie

 

 

      Indépendamment des quelques hiéroglyphes qui subsistent et qui nous expliquent que le personnage de gauche est en train de vérifier le four, qu'observons-nous de prime abord ?

 

 

 

E-17499---Personnage-de-gauche--03-07-2012-.jpg

 

 

     Un homme torse nu, cheveux coupés ras, vêtu d'un simple pagne blanc, assis à même le sol, jambes relevées contre la poitrine, - peut-être pour la protéger de la chaleur rayonnante comme il le fait de son visage avec la main gauche -, attise, de la droite, un feu sur lequel repose ce que la malencontreuse cassure des pillards qui arrachèrent cette pièce d'une paroi de la chambre funéraire d'un mastaba de la fin de la Vème dynastie nous empêcherait de définir si nous n'avions pour guider notre réflexion, sur le second relief, en dessous, une scène semblable, manifestement traitée de manière plus fruste mais au demeurant complète.

 

     Penchons-nous quelques instants vers elle et découvrons, grâce à un gros plan que j'en ai réalisé à partir du cliché de Christian Décamps proposé sur le site du Louvre, ce que Madame Christiane Ziegler, dans son catalogue des reliefs égyptiens de l'Ancien Empire, cité en note infrapaginale, nomme "pyramide de moules à pain".

 

 

E-13481-ter----Pyramide---de-moules-a-pains.jpg

 

 

     Il s'agit en réalité d'un montage, d'un empilement de récipients individuels vides que les textes d'époque nomment bedja et qui ressemblent vaguement à certains de nos pots de fleurs actuels.

 

     Selon les tombes actuellement connues, leur nombre pouvait varier de 8 à 13, voire 15.

Il me sied de rappeler une fois encore que des reliefs tels que les travaux de boulangerie que nous détaillons à partir d'aujourd'hui ne constituent aucunement une oeuvre en soi, une oeuvre autonome comparable à une nature morte de Jean-Baptiste-Siméon Chardin, par exemple, mais bien des fragments arrachés à un ensemble gravé et/ou peint à même une paroi de chambre sépulcrale. Détail non négligeable qu'il me plaît d'à nouveau souligner.

 

     J'insiste également sur le fait que, dans les scènes de production de pains de consommation - à distinguer, vous l'aurez compris, de ceux dévolus à la brasserie sur lesquels je reviendrai dans les prochaines semaines -, ce sont essentiellement des moules d'une même forme qui sont représentés, alors que, souvenez-vous, nous avons constaté que sur une des tablettes de droite de cette même vitrine, d'autres types de pains existaient.

    

    Disposés de manière telle que l'intérieur de chaque récipient se présentât aux flammes, ils étaient dans un premier temps préchauffés grâce à elles. Vous aurez remarqué ici aussi le personnage qui, de la main gauche, active le foyer et se protège les yeux avec celle de droite. Dans un deuxième temps, on les remplissait de pâte puis, dans un troisième, ils étaient à nouveau superposés sur le foyer pour être cuits, mais cette fois munis d'un autre moule-bedja faisant office de couvercle.

 

    Enfin, quatrième et dernière étape, la cuisson achevée, l'on s'employait à démouler, à faire tomber le pain, comme le précisent parfois les indications hiéroglyphiques, vraisemblablement, si l'on en croit les nombreux fragments de céramique retrouvés in situ, en n'hésitant pas à briser les moules dès qu'ils étaient refroidis.

 

     Au Moyen Empire, la figuration que nous propose la portion gauche de notre bas-relief se transformera en ronde-bosse : en effet, à l'instar des modèles de meunières et du boulanger que nous avons rencontrés en novembre et décembre derniers, des statuettes de "tisonneur" seront elles aussi exhumées de tombeaux de particuliers.

 

          Précisément, à propos du brasseur auquel je viens de faire allusion : cet article que, sur son invitation, j'ai publié sur le site médical de Richard-Alain JEAN, ancien Corrrespondant de la Délégation à la Recherche Clinique de l'Assistance  Publique - Hôpitaux de Paris.

 

http://medecineegypte.canalblog.com/pages/physio---ii---appareil-locomoteur--2-/28880616.html#_ftn2

 

 

     Revenons, voulez-vous, à notre premier bas-relief.

 

     La pâte d'origine, avant de devenir pain, gâteaux ou galettes, l'artiste nous la montre en train d'être préparée :

 

 

E-17499---Personnage-de-droite--03-07-2012-.jpg

 

 

c'est vraisemblablement le travail qu'entreprend le personnage de droite ; les deux hommes, vous l'aurez remarqué, se tournant ici le dos.

 

     Présentant lui aussi des cheveux coupés ras mais auxquels vient chez lui s'ajouter une calvitie naissante, un pagne blanc pour unique vêtement, le genou droit posant sur le sol, la jambe gauche relevée, il touille avec un bâton dans une sorte de grand chaudron stabilisé par deux grosses pierres entre lesquelles un foyer a été allumé.

 

      Si je me réfère aux beaux hiéroglyphes colorés apparaissant encore intacts au-dessus de la scène, le contenu du récipient pourrait être de la pâte (?) à gâteau ; pourrait, parce que les égyptologues ne se sont pas encore tous accordés sur le sens à attribuer au premier des deux termes, séchenet, se lisant de droite vers la gauche. 

 

 

Hieroglyphes-de-droite--E-17499-.jpg

 

     

     Raison pour laquelle, ci-dessus, j'ai assorti le mot "pâte" d'un point d'interrogation, respectant ainsi la formulation choisie par Madame Christiane Ziegler.

 

     Mardi prochain, 14 janvier, avec toujours la panification comme thématique première, je vous propose, amis visiteurs, de concentrer plus spécifiquement notre attention sur le deuxième bas-relief que les Conservateurs en charge d'aménager cette vitrine ont choisi d'accrocher immédiatement en dessous et que nous avons un court instant sollicité aujourd'hui pour découvrir la pyramide de moules à pain.

 

 

 Vitrine 6 (Côté Nord) (L.-p.)

(© Louvre-passion)

 

      (Merci à Louvre-passion d'avoir eu l'immense gentillesse de réaliser à mon intention, parmi de nombreux autres, ce cliché du côté nord de la vitrine 6 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.)

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

MONTET  Pierre

1925, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l'Ancien Empire, Paris/Strasbourg, Librairie Istra, pp. 236 sqq.

 

TALLET Pierre

2003, La cuisine des pharaons, Arles, Actes Sud, p. 43.

 

VANDIER Jacques
1964, Manuel d'archéologie égyptienne, Tome IV, Bas-reliefs et peintures - Scènes de la vie quotidienne *, Paris, Picard, pp. 272 sqq.

 

ZIEGLER Christiane
1990, Catalogue des stèles, peintures et reliefs égyptiens de l’Ancien Empire et de la Première Période Intermédiaire, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, pp. 292-4.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

PASSION SCULPTURE 11/01/2014 01:00

Vous êtes vraiment passionnant et je vais devoir réviser un peu tout ce qui concerne l'Egypte car passionnée au temps de ma Jeunesse, je me sens bien pauvre en argument. Par contre j'ai beaucoup
d'intérêt à lire les articles et passionnée par les échanges des commentaires.
Un réel plaisir aussi MERCI - à très bientôt. Bien amicalement

Richard LEJEUNE 11/01/2014 11:02



     Merci à vous Maryvonne pour ces bien sympathiques propos.



Louvre-passion 10/01/2014 19:29

Cette recette "médicale" de dattes au miel m'amène à te poser la question suivante : A t'on retrouvé des recettes de cuisine de l'Egypte antique ?
A titre de comparaison en France les livres de recettes apparaissent à la fin du moyen-âge. Auparavant tout se faisait de "bouche à oreille".

Richard LEJEUNE 10/01/2014 19:51



     Des recettes, oui, mais pas de livres de cuisine officiels !


C'est ce que j'expliquais lors de notre rendez-vous du 10 décembre dernier : 


 


     Certes, la recette de diverses galettes est connue grâce notamment à l'un ou l'autre document médical : je pense par exemple au Papyrus Ebers
qui en préconise aux dattes et au miel en vue d'éliminer les sécrétions provoquant la toux ; ou grâce aux indications lues dans l'une ou l'autre tombe : une paroi de l'hypogée de Rekhmirê
(XVIIIème dynastie), dans la montagne thébaine, n'explique-t-elle pas les secrets de fabrication de gâteaux aux rhizomes de souchets frits à la poêle dans de l'huile
d'olive ? ; ou encore grâce aux écrits d'auteurs antiques tels que Apicius, Pline l'Ancien, Hérodote ou le philosophe et botaniste grec Théophraste, qui tous, ne l'oublions pas, n'ont connu que
les derniers us culinaires de l'histoire égyptienne. Cela posé, force est de constater qu'absolument aucun livre de cuisine tel que nous le concevons de nos jours ne nous est parvenu.


 


     De sorte que beaucoup de points d'interrogation subsistent quant à une connaissance affinée des ingrédients spécifiques entrant dans  la composition des différents pains actuellement recensés.



J-P.Silvestre 10/01/2014 16:09

Il signifie, cher Richard, que la recette ne me paraît pas spécialement attrayante...

Richard LEJEUNE 10/01/2014 16:12



     Merci, Jean-Pierre. 


     Je pensais que ce "Bof" portait sur "injustice", et ne comprenais pas bien ...



J-P.Silvestre 09/01/2014 17:34

Il faudrait y goûter mais ce n'est pas par leurs talents culinaires que les Egyptiens sont passés à la postérité. Une injustice ? Bof...

Richard LEJEUNE 09/01/2014 20:05



     Et que signifie ce "Bof", cher Jean-Pierre ???



christiana 09/01/2014 17:33

Evidemment, moi aussi je me préparais à réagir sur la recette mais il me semble que tout a été dit... La graisse de taureau bonne pour soigner la toux? Peut-être aussi pour éviter que la pâte ne
colle dans le moule... Mais non, cela devait coller puisqu'on cassait pour démouler... Ils n'avaient pas de moules en silicone!

Richard LEJEUNE 09/01/2014 20:04



     Les moules n'étaient en réalité utilisés que pour des pains auxquels on voulait donner une forme bien définie : les "bedja", par exemple, plus ou moins coniques.


     Dans la recette présente, Christiana, la galette est modelée à la main, comme les exemplaires que tu as vus sur l'étagère en verre, tout à coté
dans la vitrine, le 10 décembre dernier.


 


Donc, la graisse de taureau en question n'avait de valeur que prophylactique. 


 



FAN 08/01/2014 16:24

Cher Richard, je suis aussi interpellée par ces galettes de dattes /miel et je suppose que la graisse de taureau devait être bénéfique pour la santé, en revanche, le goût?? Je suis en recherche du
pourquoi "les pharaons noirs" (NUBIE) et en voyant la couleur des pâtissiers, je pense vraiment, désormais que les nubiens et autres peuples près de l'Egypte faisaient parti d'un certain métissage!
Je sais, je suis hors "post" mais je m'interroge!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 09/01/2014 09:39



     Je pense, Fan, qu'il faudrait évaluer les quantités de chacun des ingrédients pour se prononcer sur le goût de la galette. Sachez toutefois que
ce remède - comme je l'ai hier expliqué à Carole - semblait devoir être consommé sans modération pour supprimer la toux puisque la recette, sur le papyrus Ebers, se poursuit par ce conseil :
ce sera mangé tout au long de la journée !!


 


     Qu'importe le hors sujet, Fan : je suis toujours prêt à répondre aux questions posées.


Mais concernant les pharaons noirs et une précédente interrogation que vous m'aviez adressée, je vous avais déjà répondu.


Aviez-vous pris connaissance de cette réponse ?


Ou alors, peut-être, ne vous satisfaisait-elle pas ?


C'était le 14 novembre 2013 à 9,20 H., en réponse à votre commentaire de la veille, à 17,20 H., déposé à la suite de l'article du 12 novembre intitulé Salle
 5 - Vitrine 6 : Une présentation.



Alain 08/01/2014 12:25

J’ai une crainte sérieuse pour le brave homme planté devant le four, se protégeant de la chaleur avec sa jambe et sa main. Il risquait de recevoir sur lui, de temps à autre, les étranges récipients
empilés au-dessus des flammes… Cette manie de faire des pyramides… Personnellement, je n’ai jamais tenté d’empiler des pots de fleurs de cette façon, mais l’équilibre doit être très instable. Bof !
Après tout, comme souvent dans la vie, seul le résultat final compte…

Richard LEJEUNE 09/01/2014 08:00



     Cette manie de faire des pyramides, écris-tu avec beaucoup d'humour.


J'avoue que, dès le matin, Alain, tu m'as fait sourire ...


 


     Cette pyramide de moules à pain, selon l'appellation que lui donna Madame Christiane Ziegler, égyptologue au Louvre, n'est rien
d'autre en réalité qu'un amoncellement de pots - toujours peut-être susceptibles de s'effondrer, tu as raison - servant à recevoir la pâte.


Il est bien évident qu'ici, la forme générale que prend l'ensemble n'est en rien en rapport avec les  raisons qui ont conduit les Égyptiens à construire des
pyramides en guise de tombeaux des premiers grands souverains. Et qu'il est tout aussi évident - faut-il le rappeler ? - que ces vocables (pyramide, pharaon, Aménophis, Thoutmosis, Ramsès, etc.)
sont des dénominations que nous avons empruntées aux Grecs, les Égyptiens les ignorant complètement ?


 


     Ceci posé, si, dans les représentations semblables, le personnage assis qui tisonne le foyer se protège de la sorte le visage, c'est que très
vraisemblablement ou la chaleur était forte ou des braises, voire des flammèches, pouvaient l'atteindre.


 


     Quoi qu'il en soit, c'est bien ce type de cuisson qui se retrouve le plus souvent gravé ou peint sur les parois des mastabas de l'Ancien Empire.
Ce qui corrobore parfaitement ta conclusion !  



Carole 08/01/2014 00:00

J'essaierais volontiers votre recette de galette, ce petit mélange de dattes et de miel me semble succulent... mais... la graisse de taureau ?

Richard LEJEUNE 08/01/2014 08:17



     Je me doutais bien, Carole, que cette réserve me serait adressée. 


 


     Aussi avais-je gardé pour la bonne bouche la raison réelle de l'existence de cette recette - inscrite sur un papyrus médical, je le rappelle, et
qui, donc, n'était pas vraiment destinée à célébrer les Rois : elle était en réalité conseillée aux fins d'éliminer les sécrétions susceptibles de provoquer la toux.


 


     Ceci posé, en n'insistant pas trop sur la graisse de taureau, je vous suis pleinement quand vous pensez que cette galette à base de dattes et de
miel devrait être succulente.


D'autres lectrices - ou compagnon de lectrice  - nous donneront peut-être un jour
raison ...



François 07/01/2014 09:09

Voilà un article qui colle bien à l'actualité, puisqu'on vient de découvrir près de Louxor la merveilleuse tombe d'un brasseur...
( voir, par exemple, ici : http://luxortimesmagazine.blogspot.nl/2014/01/the-way-to-start-new-year-ramesside.html )
Et, comme je lisais à ce sujet un autre article sur les brasseries, voici en complément une "reconstitution" de brasserie par une équipe polonaise supposant que le support de la jarre du
préparateur permettrait une meilleure aération de celle-ci, partant un meilleur contrôle de la température de brassage
(ici : http://naukawpolsce.pap.pl/en/news/news,396547,one-of-the-worlds-oldest-breweries-reconstructed.html )

Pardon, Richard de déborder du strict domaine du Louvre, mais il me paraissait intéressant de partager ces lectures récentes...

Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 07/01/2014 13:20



    Mais tu as eu parfaitement raison, François, de divulguer ces liens à mes lecteurs : personnellement, j'avais sur notre Forum déjà et sur le blog de
Djeser-Djeserou pris connaissance de la découverte de cette tombe ramesside, superbes photos à l'appui ; toutefois, j'ignorais complètement le contenu fourni par ton second lien.


 


     Ces deux informations que tu apportes aujourd'hui, si elles n'entrent pas vraiment dans le cadre de mes interventions actuelles consacrées à la
seule fabrication des pains de consommation, pourront sans nul doute être exploitées quand j'aborderai les travaux de brasserie.


 


     Merci à toi pour cet intéressant partage.   



PASSION SCULPTURE 07/01/2014 00:26

Encore tous mes voeux et merci, mille fois merci pour cet article passionnant. L'année 2014 commence bien et j'en suis très contente.
Bien amicalement

Richard LEJEUNE 07/01/2014 13:09



     J'en suis heureux pour vous, Maryvonne.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages