Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 23:00

Ton amour est uni (...

Comme l'étoffe fine au corps des dieux,

Comme l'encens à la narine, (...)

Il est comme la mandragore dans la main de l'homme,

Comme la datte qu'on mêle à la bière.

(...)


 

Les poèmes du vase de deir el-Médinah

(Premier ensemble)

 

dans Pascal VERNUS

Chants d'amour de l'Égypte antique


Paris, Imprimerie nationale Éditions,

1993

pp. 87-8.

 

 

 

     Je sais !

   C'est assurément grossièreté de ma part que d'ainsi avoir l'outrecuidance de prendre la parole à la place d'ÉgyptoMusée ! Que d'avoir la prétention d'interrompre son cycle d'interventions !

 

     Mais il faudrait quand même qu'il se rende compte, ce Richard Lejeune dont l'on me traduit les propos depuis un certain temps, que sans les palmiers qui nous accueillent et auxquels il songeait à derechef dédier de nouveaux articles, certes, nous ne serions rien, nous leurs fruits, mais qu'il pourrait quand même ne pas tant tergiverser, ne pas tant tarder à nous présenter. 

      N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Etienne ? 

     

          C'est avec cette amertume du ressentiment d'être oubliée, qu'aujourd'hui, d'autorité, j'ai décidé de lui voler et la parole et une certaine aura que semblent lui accorder quelques dames dont il serait devenu le "chéri".

 

     N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Fan ?


 

     La poésie, à toutes les époques, sur tous les continents, trouva dans la Nature ses sources d'inspiration les plus belles. La Mésopotamie et l'Égypte, les premières, y puisèrent des images que les anthologies générales ignorent le plus souvent, mais que les spécialisées mettent heureusement à l'honneur.

 

     Le concepteur de ce blog lui a judicieusement dédié une de ses rubriques, "Littérature égyptienne", qu'il vous suffira de redécouvrir en cliquant sur cette dénomination, ici, dans la colonne de droite, dans laquelle il proposa, voici quelques années déjà, de superbes poèmes d'amour égyptiens. 

 

     Ce matin, c'est par un très court extrait de l'un d'eux que j'ai souhaité attirer votre attention. Dépourvu de titre "officiel", - il fut rédigé par un anonyme sur la panse d'un vase retrouvé très mutilé à Deir el-Medineh -, il se présente sous la forme d'un dialogue entre deux jeunes gens amoureux et se veut en quelque sorte une définition de ce que pour eux représente l'Amour, en choisissant des exemples de comparaison tels que l'on comprenne qu'il confine à ce qu'il y avait en ces temps-là de plus délicat à leurs yeux : la fine étoffe, l'encens, les dattes pour agrémenter la bière ...


     (Je précise immédiatement que j'interviens aujourd'hui sur ce blog en mon nom personnel mais aussi au nom de toutes mes soeurs.)  

 

     Notre géniteur, qu'il nomme volontiers Phoenix Dactylifera, - ne serait-il pas un peu prétentieux, voire un peu snob ce Richard Lejeune avec cette propension qu'il a de servir quelques termes latins dans nombre de ses entretiens avec vous ? -, le palmier-dattier donc, est, comme il vous l'a expliqué la semaine dernière, une espèce emblématique, pérenne, d'une importance économique sans égale, abondamment présent dans le biotope de l'Égypte antique.

 

     Aussi, point n'est anodin que des vestiges de beaucoup d'entre nous aient été exhumés en contexte archéologique et que, tout logiquement, certains figurent en bonne place dans vos musées, comme ici en salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre, notamment sur l'étagère de la vitrine 6, côté Seine.

 

 

Étagère - Partie gauche   


     Nul parmi vous n'aura, je présume, l'intention de me contredire si, tout de go, - ne voilà-t-il pas que je m'exprime comme Richard Lejeune, maintenant ?! -, et sans prendre la peine de faire étalage de chiffres statistiques que, probablement, lui seul a retenus de tous ces ouvrages qu'il consulte -, j'avance qu'en tant que dattes, d'un point de vue nutritionnel, nous représentions - et pour beaucoup, nous représentons toujours -, un apport non négligeable, en glucides par exemple, au sein de l'alimentation des Égyptiens.

 

      Cet aspect éminemment nourricier qui nous caractérise est matérialisé par la présence, dans le socle vitré 9, là-bas, près de l'entrée donnant sur la salle suivante, d'une coupe transparente portant le numéro 15,      

 

 

Coupe 15 - Dattes et noyaux de dattes (N 1418)

 

 

dans laquelle, en plus d'un noyau, ont été déposées douze consoeurs, (N 1418), mesurant entre 1,9 et 3,8 cm de long.

 

     Drupes oblongues, moelleuses,

 

 

09. Fruits Palmier-dattier

 

 

- tellement appréciées que notre nom antique, bnr, (prononcez : béner) devint synonyme de "doux" dans la langue des riverains du Nil -, chaque année, par grappes de quelques kilos, nous croissions, maternellement protégées par les palmes,

 

 

10. Fruits Palmier-dattier

 

 

et devenions mûres à la fin du mois de juillet. 

 

     Consommées soit fraîches, soit  séchées, soit encore réduites en pâte, nous étions choisies aussi bien pour entrer dans la composition de pains que dans celle d'une bière puisque, grâce à notre pulpe - ainsi qu'ÉgyptoMusée l'avait déjà précédemment expliqué -, nous la sucrions, nous la rendions plus douce, comme peut être doux l'amour métaphorisé dans le court extrait du poème apparaissant sur un vase de Deir el-Medineh que je vous ai lu ce matin.

  

     Si l'on nous laissait fermenter, nous donnions même une eau de vie !


     N'oubliez toutefois pas qu'il exista également un vin de dattes qui pouvait se consommer "normalement", mais, et j'aime à insister sur ce point, qui participait aussi à des prescriptions curatives que les papyri médicaux détaillent à l'envi.

     J'ajouterai, si vous me le permettez, que fraîches, séchées ou écrasées en poudre, nous apportions l'une ou l'autre médication aux Égyptiens malades ou blessés ; ce qui, convenez-en, n'était déjà pas négligeable !

 

     Ainsi, en décembre 2013souvenez-vous, le concepteur de ce blog vous avait appris, grâce au Papyrus Ebers, que, requises pour éliminer les sécrétions provoquant la toux, nous étions partie prenante d'une "recette" de galettes au miel :

 

Poudre de dattes.

     (Cela) sera mis dans de l'eau et préparé sous une forme de pâte liquide qui sera battue. Tu auras placé deux poêles sur le feu pour qu'elles chauffent et cette pâte liquide y sera placée et mise sous forme de galette. Une fois qu'elle sera cuite à point, tu devras la préparer sous la forme d'une pâte solide avec du miel et de la graisse de taureau.

 

     Précédemmentil avait également indiqué que des abcès internes, notamment dans l'utérus, étaient susceptibles d'être soignés grâce à du lait d'ânesse dans lequel, fraîches, nous étions pilées avec des feuilles d'acacia : Ce sera laissé la nuit exposé à la rosée et versé dans son vagin, précisait le texte du même Papyrus Ebers, au  § 819. 

     

     Et ici même, en janvier 2009, il vous avait présenté, salle 4, vitrine 6, un papyrus administratif de la XVIIIème dynastie, (E 3226), appartenant au scribe Maï,

 

 

I.-3.jpg

 

 

qui comptabilisait notamment des transactions de dattes et de céréales opérées pendant une période de six ou sept ans durant  le règne de Thoutmosis III (milieu du XVème siècle avant notre ère), par deux équipes d’employés de l’Administration du Grenier central qui, dans différentes villes du pays, collectaient des céréales dans les institutions d’Etat ainsi que dans les domaines de temples ou de particuliers : estimées en "sac", unité de mesure équivalant à environ 76 litres, nous étions en fait considérées en tant que monnaie d’échange pour l'acquisition d'autres parmi nous qui constituaient alors un complément en nature accroissant d'autant les salaires versés au personnel administratif :

 

"Rappel des dattes données aux brasseurs : 40 sacs.

An 28, le 4 ème jour du premier mois de la saison de l’inondation : reçu dattes de Pamouha : 285 sacs 3/4.
An 28, le 10 ème jour du quatrième mois de l’inondation, après le compte : 28 sacs ...

Le 14 ème jour du deuxième mois des semailles : dattes 50 sacs 1/4."

 

 

     Je vous fais grâce de la suite de l'énumération nous concernant ...

 

     Richard Lejeune ne le sait peut-être pas, mais de mon temps, j'ai ouï dire que le géographe Strabon, un des trois très grands auteurs grecs antiques qui sont venus chez nous, en Égypte, - Hérodote et Diodore de Sicile, étant évidemment les deux autres ! -, avait osé une assertion fort surprenante - il l'a même écrite au Livre XVII de sa Géographie :


     Dans toute l'Égypte, les palmiers sont d'une espèce médiocre et, dans la région du Delta et d'Alexandrie, ils donnent des fruits qui ne sont pas mangeables. Mais le palmier qui pousse dans la Thébaïde est meilleur que tous les autres. (...) La datte thébaïque est plus dure mais plus agréable au goût.

 

     Ah bon  ?!

     Pas bien disposé vis-à-vis de certaines de mes consoeurs, ce Strabon !

     Ce qu'il n'indique pas, c'est que s'il nous arriva de décevoir les humains, le bétail en revanche avec nous se régala, ce qui à mon sens n'était pas moins honorable ! Nourrir les animaux souvent divinisés par les Égyptiens : il y a de quoi être fières, non ?

 

     Et précisément, j'aurais aimé poursuivre notre rencontre en vous entretenant, mardi prochain, de la symbolique qui fut nôtre au sein des croyances phyto-religieuses, en vous parlant des défunts et des dieux qui, eux aussi, grandement nous appréciaient.


     Mais point trop n'en faut. Déjà heureuse que vous m'ayez écoutée ce matin, je vais subrepticement m'éloigner sur la pointe du noyau pour permettre à votre "Ouvreur de chemins" préféré de reprendre la parole, certaine que je suis qu'il vous en apprendra bien plus sur le monde de l'Au-delà que ma modeste position de fruit du palmier-dattier nourrissant les vivants n'eût pu le faire.

 

     Il fallait quand même que je termine par un plus-que-parfait du subjonctif, non seulement pour m'attirer ses bonnes grâces mais aussi, et surtout, pour que vous, ses "amis visiteurs" comme il aime vous nommer, après m'avoir fait confiance aujourd'hui, vous ne vous sentiez pas trop dépaysés ...

     Je pense n'avoir pas été trop "chi ...."  N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Dugt ?      

 

 

 

     A mardi 30 septembre ... 

 

 

       Je ne puis définitivement vous quitter sans évoquer une spécialité belge, liégeoise en fait, provenant de la commune d'Aubel, sur le plateau de Herve pour être plus précis encore, à quelques kilomètres à peine du village où vit Richard : le "vrai sirop de Liège", à notamment déguster en couche bien épaisse sur une tartine ou en accompagnement d'un plateau de fromages, dont l'incontournable Herve ...

 

     Avec deux fruits récoltés dans la région même, des pommes et des poires, - mais pas de "scoubidous bidous", comme le prétendit Sacha Distel -, nous entrons, nous les dattes, dans la composition de cet excellent sirop.

 

     Pour les amateurs parmi vous, quelques explications sur le site de la siroperie Meurens.  

 


 

 

 

BIBLIOGRAPHIE 

 

 

BARDINET  Thierry

Les papyrus médicaux de l'Egypte pharaonique, Paris, Fayard, 1995, pp. 298 ; 332-3.

 

 

BEAUVERIE Marie-Antoinette

Description illustrée des végétaux antiques du Musée égyptien du Louvre, B.I.F.A.O. 35, Le Caire, I.F.A.O., 1935, pp. 123-4.

 

 

CAUVILLE Sylvie

Une offrande spécifique d'Osiris : le récipient de dattes, dans RdE 33, Louvain, Peeters, 1981, 47-64.

 

 

PETERS-DESTÉRACT  Madeleine

Pain, bière et toutes bonnes choses ... L'alimentation dans l'Égypte ancienne, Monaco, Éditions du Rocher, 2005, p. 43.

 

 

STRABON

Le voyage en Égypte. Un regard romain, préface de Jean YOYOTTE, traduction de Pascal CHARVET, commentaires de J. YOYOTTE et P. CHARVET, Paris, Nil éditions, 1997, § 51, p. 185.

 

 

WALLERT Ingrid

Die Palmen im Alten Ägypten. Eine Untersuchung ihrer praktischen, symbolischen und religiösen Bedeutung, Berlin, Verlag Bruno Hessling, 1962, pp. 22 sqq. 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 02/10/2014 20:05

Qui s'est bien "amusé" en rédigeant ce texte et en le partageant avec nous?! C'est un vrai plaisir et je remercie mesdames les dattes que j'adore déguster, bien moelleuses et brillantes de sucre
naturel.
Je n'ai jamais goûté de sirop de Liège, j'espère avoir l'occasion de remédier à cette lacune un jour.
Merci à vous, je vous souhaite une belle soirée, amitiés chaleureuses!
Cendrine

Richard LEJEUNE 03/10/2014 07:49



     Court est en définitive le temps d'un voyage en Thalys de Paris à Bruxelles !


 


     Il ne tient qu'à vous, Cendrine, de l'effectuer pour visiter la Belgique ... et venir déguster du sirop à Liège où je vous accueillerai, votre
époux et vous, avec le plus grand plaisir.  



Etienne Rémy 01/10/2014 01:15

Cher Richard,

J'avais lu cet article avec délectation sur mon téléphone avec lequel sur overblog il est impossible de commenter sur la version"mobile", et je reportai l'ajout de mon commentaire par PC.
Voilà qui est fait!
Quel plaisir de te lire dans un style excellent, parler telle une datte est un régal! J'y ai vraiment pris du plaisir, j'ai donc pris datte! :-)
Merci pour cette boutade où tu as cité ma personne et par la même ma curiosité si impatiente!
Bref un bonheur renouvelé que de te lire!!!

Moi qui n'aime pas les dattes, c'est bien la première que les apprécie!

Amitiés cher professeur!
Etienne.

Richard LEJEUNE 01/10/2014 09:21



     Je t'avoue bien sincèrement que moi aussi, cher Etienne, je prends plaisir à rédiger semblables textes, - je mets le pluriel en pensant à celui
du Brasseur.


Mais cette phraséologie ne doit pas devenir mécanique car elle lasserait.


De temps en temps passer de l'un à l'autre me semble de bon aloi pour mon blog, mes lecteurs et moi-même ...


 


     Merci d'en apprécier la lecture.



ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude 27/09/2014 12:21

Bonjour M. Richard

Merci quant à votre réponse…
Je clôturerais simplement par un auteur que vous semblez apprécier je pense, et ce au moyen d'une phrase qui m'interpelle...

"La beauté des êtres n'est pas comme celle des choses. Nous sentons qu'elle est celle d'une créature unique, consciente et volontaire."
Marcel Proust

Au plaisir...

Richard LEJEUNE 27/09/2014 12:42



     Très belle et très profonde phrase de Proust, Jean-Claude, - qu'il n'est pas anodin de trouver dans "A l'ombre des jeunes filles en
fleurs" - : ainsi comprend-on qu'il associe la créature unique à laquelle il fait allusion à l'une de ces jeunes filles qu'il croise dans la station balnéaire qu'il fréquentait alors ... et
non pas, comme certains voulurent le voir, à un quelconque principe divin ...


 


     A cet aphorisme, je répondrai par un autre, d'un grand auteur lui aussi, dont la nature profonde est malheureusement bien oubliée dans les cours
de philosophie prodigués par l'université : 


 


     On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux. 


 


     Elle est d'Antoine de Saint-Exupéry et figure dans son superbe roman "Le Petit Prince" ...


 


     A bientôt.



ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude 27/09/2014 10:34

Bonjour M.Richard,

Effectivement je viens de relire votre article précédent, j'ai fait un impair... Ceci-ci dit je vous avais bien précisé « sauf erreur de ma part », ce qui certes n’excuse en rien mon com…
Une dernière fois…
En aucune manière…
Je n’ai mis en cause votre honnêteté et en pas davantage je ne vous ai reproché quoique ce soit, alors je reste dés plus dubitatif !
Nonobstant, je vous rassure je n’alourdirais plus davantage vos rendez-vous !
Je pensais jusqu’à présent que communiquer, quel que soit la méthode du reste, s’était pouvoir échanger, même des propos qui pouvaient différer des vôtres dans le respect de la personne bien
évidemment… Je n'avais aucune attente, seul le désire de pouvoir échanger !! Alors, si je dois m’excusez auprès de vous s’est bien de ne pas l’avoir compris…
Et pour alléger davantage encore vos échanges je vous conseillerais tout simplement de retirer tout ce qui se rapporte à ma personne, d’un clic c’est si aisée avec la technologie… Et je vous
rassure je ne en vous en ferais aucun reproche…
Au plaisir cependant de vous lire…
Cdt

Richard LEJEUNE 27/09/2014 10:55



     Il n'y eut aucun impair de votre part, Jean-Claude. Rassurez-vous. Tout le monde peut mal comprendre, mal interpréter ou oublier quelque
chose.


 


     Je n'ai pas écrit que vous alourdissiez nos rendez-vous, - ce que le verbe "éviter" malencontreusement à l'infinitif, et mis à l'indicatif
présent par la suite, vous a donné à croire. Je voulais simplement par là indiquer que fournir un lien comme je le fais souvent vers un article précédent évite d'alourdir mes
propos par des répétitions.


     Cela définissait ma méthode de travail, et pas du tout vos commentaires 


     C'était là le sens qu'il fallait donner à ma phrase.


 


     Cessez donc de prendre la mouche là où il n'y a aucune raison : vous savez très bien, je l'ai souvent asséné, que mon plaisir, après avoir rédigé
mes textes, consiste à répondre aux questions posées, à dialoguer avec mes visiteurs !  


 


     Je n'escompte rien effacer des conversations que je puis avoir avec eux, pas plus celle-ci ce matin qu'aucune autre.


 


     Cordialement,


     Richard 



ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude 26/09/2014 20:10

Bonsoir Richard,

Une belle lecture que voilà, et aborder cette thématique sous cet angle m'a bien plu, réellement !
Du reste, après une longue absence de ma part j'ai relu vos articles, du moins à partir du n°12, histoire de me remettre « dans le bain » en quelque sorte ! Et j'ai cette fâcheuse habitude qu'à
chaque relecture (Ceci explique aussi pourquoi je le fais !) je découvre quelque chose qui à priori ne m'avais pas "frappé"...

Alors voilà, Richard, sans dénigrer vos fantastiques et très riches synthèses, recherches,..., partages...

J'ai été cependant frappé par le fait qu'à divers reprises vous mentionnez le mot « arbres » quant au palmier ! Du reste, ce qui m'a davantage surpris encore ce fut cette même "expression" quant à
Margareta Tengberg !

Car finalement pour moi le palmier, paradoxalement à son apparence (Jusqu'à 50-65m environ pour certains en tout cas...), est tout sauf un arbre !
En fait...
Sauf erreur de ma part...
C'est botaniquement une plante verte géante !
Primitive qui de plus est, car de mémoire les chercheurs auraient découverts des fossiles datés d'au moins 120 millions d'années... Nonobstant, c'est une plante pour moi bien complexe,
monocotylédone,...
De plus cette plante n'a pas vraiment de tronc mais plutôt un stipe, sans ramifications...
Pas de bois non plus... !
Quant aux branches je pense qu'il s'agirait davantage et de façon toujours botanique de palmes...
Je m'arrêterais évidemment là, car je pourrais comme vous venez de le faire mentionner la drupe,...

Au plaisir de vous lire...

Richard LEJEUNE 27/09/2014 08:16



     Bonjour Jean-Claude et, d'entrée, merci pour vos commentaires détaillés et les questions afférentes.


 


     Me permettez-vous, ce matin, de vous écrire que vous ne semblez pas m'avoir lu de manière attentive ?


 


     En effet, dans mon article de la semaine dernière, j'ai indiqué que les botanistes contemporains "refusaient" le terme "arbre" à propos du palmier-dattier et lui
préféraient celui d'"arborescence". Mais j'ai poursuivi en précisant la raison pour laquelle, personnellement, je ne leur emboîtais pas le pas.


     Donc, vis-à-vis de mes lecteurs, il me semble avoir été précis et honnête sur ce point.


 


     Comme je l'ai été, me semble-t-il, au sein du même article, en employant le terme "stipe" et en évoquant les "palmes" ...


 


     De sorte que, très sincèrement, je ne comprends pas bien ce que vous me reprochez ...


 


     J'ajouterai, - mais là, il s'agit de la méthode -, que l'ensemble d'une thématique formant un tout ne peut décemment sur un blog être ainsi
proposée : cela constituerait un trop important nombre de pages et un trop grand nombre d'informations à ingurgiter en une seule fois. De sorte que, à l'instar des leçons que je donnais jadis, il
me faut bien "saucissonner" la matière et la proposer en plusieurs "épisodes" : raison pour laquelle, très souvent, je renvoie par un lien à ce qui a été énoncé auparavant. Il ne s'agit nullement
là d'un procédé mécanique qui consisterait à inviter mes lecteurs à relire mes interventions, mais bien plutôt de leur offrir la possibilité de savoir immédiatement où, exactement, se trouve
l'une ou l'autre donnée qu'ils souhaiteraient revoir définie.


 


     Ainsi, puis-je considérer que ce qui a déjà été énoncé est définitivement acquis ! Et, dès lors, évite d'inutilement alourdir nos rendez-vous
... 


 


     Ma réponse vous paraîtra peut-être un peu longue, Jean-Claude, mais j'espère qu'elle répondra complètement à votre attente.


 


     Cordialement,


     Richard  



christiana 24/09/2014 18:45

Il était temps qu'une datte prenne enfin la parole pour nous expliquer toutes ces choses que ce ch... Richard Lejeune (pardon!) avait passées sous silence! Il eût été regrettable de ne point le
faire...
Il faudra que j'essaie d'agrémenter ma bière avec des dattes...
"Le vrai sirop de Liège" pour accompagner le Herve, bien sûr, mais également incontournable dans les boulets à la liégeoise et la fameuse "sauce-lapin" :-)

Richard LEJEUNE 25/09/2014 07:55



     Pourquoi : "pardon !", Christiana ? C'était bien "cher" Richard que tu voulais écrire, non ? 


 


     Exact ! Merci de l'avoir rappelé à mes lecteurs : personnellement, je n'avais pas songé à ces autres "recettes" typiques ... ou
"exotiques", comme dirait mon ami François. 



FAN 24/09/2014 17:09

Cher Richard, ce post est un régal, tout comme les dattes dont vous parlez avec tant de véhémence!! J'adore ce dédoublement qui n'en est pas un , mais j'ai failli me prendre au jeu sur le FB de
l'association égyptologique du Gard car il y avait noté un morceau de phrase de votre post!! Ah Google nous cerne de tous côtés!!Pour une bière liégeoise, sans moi, je préfère le Beaujolais!!
BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 25/09/2014 07:50



     Que je vous comprends de préférer les vins français aux bières belges, chère Fan !


 


     N'étant pas Facebookien, je ne sais pas trop jusqu'à quel point mon blog peut intéresser d'autres personnes que celles qui y sont
abonnées.


 


     Nonobstant, c'est pour moi un honneur qu'Egyptonimes, l'Association égyptologique du Gard, en fasse référence.


 


     Merci Fan de me l'avoir signalé. 



François 24/09/2014 12:48

Voilà que j'ai pris encore un kilo à la lecture de ce billet...
Alors, avec les fruits issus des diverses régions, on a donc le choix dans la datte. Voilà les prémices de délices inavoués !

Et merci pour la découverte du "Vrai sirop de Liège", curiosité exotique au plus haut point.

Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 25/09/2014 07:41



     Et pourquoi "inavoués", cher François  ?


     T'offrirais-tu quelques "péchés" que je préfère capiteux à capitaux   ?


 


 



Carole 23/09/2014 20:21

De grandes dames, ces dattes, et des femmes de caractère. Je crois qu'il faudra que vous les invitiez à prendre un verre de sirop de Liège chez vous, cher Richard, pour les radoucir un peu.

Richard LEJEUNE 24/09/2014 07:37



     Un verre de bière belge, oui, Carole. Mais un de sirop de Liège, impossible : elles vont vite rendre gorge ...



wolfe 23/09/2014 12:25

Bonjour
Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dîtes!
Belle journée

Richard LEJEUNE 23/09/2014 13:57



     Merci pour votre adhésion à mes propos, Wolfe - encore faudrait-il savoir auquel d'entre eux en particulier - : elle prouve la justesse de votre
esprit de réflexion ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages