Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 23:00

 

Je suis bien arrivé à Per-Ramsès Meryamon.

Je l'ai trouvée en excellente condition,

     C'est un nome parfait, sans pareil,

     Sur le plan de Thèbes.

C'est Rê en personne qui l'a fondée,

     La résidence, douce à vivre.

Son terroir regorge de toute sorte de bonnes choses,

     Il regorge de victuailles chaque jour.

Ses potagers sont verts de plantes (...)

Le melon a goût de miel.

Dans les terres humides,

Ses greniers regorgent d'orge et de blé (...) 

Oignons, poireaux, des potagers,

     Laitues des jardins.

Grenades, pommes et olives,

Figues des vergers

(...)

 

 

Papyrus Anastasi III, 1, 11-3, 8


dans Chloé  RAGAZZOLI

Éloges de la ville en Égypte ancienne.

Histoire et littérature

 

Paris, PUPS, 2008

p. 58

 

 

 

 

       

     Il est des ouvrages d'égyptologie qui, à l'instar de recettes de cuisine éculées venant grossir les pages de magazines féminins, répètent ad nauseam ce que tout le monde, ou presque, connaît sur un sujet que d'anciens grands noms de la profession ont déjà brillamment traité.


     Encore serions-nous autorisés à penser qu'ils réjouissent l'uomo qualunque qui n'a jamais vraiment cru bon de goûter de l'histoire égyptienne, mais qui n'en apprécie pas moins une belle tournure de phrase comme il le ferait d'un vieux plat dont de nouvelles épices viendraient opportunément en rehausser la saveur.

 

     Quand d'aventure les données historiques s'énoncent dans une langue d'une indigence lexicale confondante et de surcroît rédigées à l'instar d'un travail d'élève des premières années de l'enseignement secondaire pour lesquels la sempiternelle construction "Sujet - Verbe - Complément" constitue l'acmé de l'écriture obligatoire, ne parvenant pas en outre à se départir de "être" ou "faire" qu'ils jugent indissociables de la parfaite compréhension verbale, l'on se sent véritablement grugé : non seulement parce que l'on a perdu son temps mais aussi son argent.

 

     Certes, je suis absolument conscient que tout le monde ne peut s'exprimer comme un Pascal Vernus, l'incontestable "Trois Macarons" de la gastronomie égyptologique française : l'appétence à lire le raffinement de la langue qu'il convoque n'a d'égale que la jouissance éprouvée par nos papilles gustatives découvrant des mets et des bourgognes d'exception.

 

     Fort heureusement, entre ces deux extrêmes, nombre d'études de qualité viennent nous ravir, qui s'ouvrent sur des menus peu cuisinés par le passé. Tel est le cas de l'ouvrage extrêmement intéressant dans lequel je n'ai eu que l'embarras du choix pour débusquer  l'exergue que je vous ai offert ce matin.

 

     Matérialisant à l'intention du grand public un mémoire de maîtrise défendu à l'Université de Paris-Sorbonne où elle enseigne actuellement dans le cadre du Centre de Recherches égyptologiques du CNRSChloé Ragazzoli, tout à la fois Chargée de Recherches documentaires au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (BnF) en vue d'y étudier les papyri égyptiens et Professeur à l'Université d'Oxford, nous donne à lire des textes de l'époque ramesside louant d'importantes capitales telles que Thèbes, Memphis et Pi-Ramsès et, à travers elles, - la création d'une ville étant un acte divin et sa fondation un acte régalien -, célébrant, en une sorte de déclaration épidictique, le dieu qui les créa ou le souverain qui les fonda. 

 

      Le regard sur ces miscellanées versifiées que porte la jeune égyptologue, dans le droit fil des travaux de Bernard Mathieu, son mentor, à propos de la poésie amoureuse des rives du Nil, outre qu'il nous renseigne sur les modalités du discours, sur la langue littéraire de l'époque - le néo-égyptien, en l'occurrence -, sur ses éléments morphologiques, lexicaux et stylistiques, sur la structure métrique des vers, tous éléments passionnants pour ceux qui, peu ou prou, s'intéressent à la philologie en général et aux idiomes égyptiens en particulier, nous révèle, stricto sensu, une mentalité, une perception, une vision du monde propres aux lettrés de cet espace et de ce temps donnés au travers de leur rhétorique de l'éloge, que ce soit celui, nostalgique, de la cité quittée - Thèbes, le plus souvent -, ou celui, sous l'aspect de la découverte, de la cité dans laquelle on arrive.

  

     L'extrait du Papyrus Anastasi III que j'ai choisi pour entamer notre présent rendez-vous, amis visiteurs, dans lequel le scribe Paybès, en mission administrative, rend compte à un autre scribe, son maître, Amenémopé, de la richesse des domaines agricoles de Pharaon, à Pi-Ramsès, capitale ramesside à l'est du Delta du Nil, - l'actuelle Qantir arabe -, m'a paru parfaitement approprié avant que nous envisagions ensemble de manière générale l'étagère transparente disposée sur la gauche du panneau central de la vitrine 6, côté Seine, dans la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre,


 

Vitrine 6 (Côté Seine) (L.-p.)

 

 

immédiatement en dessous du long bas-relief en calcaire peint (AF 10243) que je vous ai fait découvrir, rappelez-vous, mardi dernier.

 

     En effet, qu'observez-vous ici, davantage en lisant les cartels, avouons-le franchement, que par reconnaissance véritable des pièces exposées ?


      Dans la première partie, avant la coupelle (E 14188), de droite à gauche  :

 

01.-Legumes-et-fruits--L.-p.-.JPG

 

 

deux modèles de dattes, deux de laitues romaines, tous les quatre en bois, et deux de viande, en pierre ceux-là. 

 

     Sur la même étagère vitrée, à la droite du plat circulaire, d'autres simulacres, d'autres modèles de fruits et de légumes en faïence siliceuse, cette fois : 

 

02.-Legumres-et-fruits--L.-p.-.JPG

 

melons ou concombres, différents types de figues, des pois chiches, des fruits de mimusops et, pour terminer, deux noix-doum.

 

 

     N'avez-vous pas comme moi l'impression que cet étal, tout éclectique qu'il soit, doit beaucoup à l'énumération en vers que rédigea sur papyrus en l'an III du pharaon Merenptah, (XIXème dynastie) le scribe Paybès ci-dessus, magnifiant les richesses agricoles de la ville de Pi-Ramsès dans laquelle il venait d'entrer ?

 

     Ne pensez-vous pas que si ces faux fruits et légumes en miniature accompagnent les défunts dans leurs demeures d'éternité et si, arrivant à peine dans une ville qu'il découvre, un fonctionnaire attire immédiatement l'attention de son maître sur leur présence, c'est qu'au-delà du statut de topoï qui est le leur au sein de la littérature égyptienne - et dont nous sommes parfaitement conscients -, ils attestent de l'importance certaine, voire du rôle qu'ils avaient à jouer tant dans la vie sociale ici-bas qu'au niveau du devenir post-mortem de l'Égyptien ?

 

     Dans toutes ces denrées, dès le 22 avril prochain, après les vacances pascales donc, - et mon ami François d'encore certainement vilipender ces Enseignants belges qui ne pensent et fonctionnent qu'avec les congés scolaires en point de mire !! -, je vous promets, amis visiteurs, que vous croquerez à belles dents plusieurs semaines encore ...

 

     Excellente chasse aux oeufs à tous ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 15/04/2014 02:34

Merci beaucoup Richard, je suis très touchée.
Nous nous régalons de nos passions mutuelles, c'est un grand bonheur et une chance dans un monde où bien des personnes sont contraintes de se taire ou ne peuvent malheureusement pas accéder au
savoir. Mais ceci est un autre sujet.

Je viens vous souhaiter une excellente semaine pascale et de la joie en famille.

Amicalement

Cendrine

Richard LEJEUNE 22/04/2014 08:43



     Merci pour vos voeux, Cendrine.


 


     Rétrospectivement, ces deux semaines de congés belges célébrant Pâques pour les uns, le Printemps pour les autres, furent pour nous des plus
agréables. 



FAN 06/04/2014 16:45

Bonnes vacances et Fête pascale avec le petit Prince qui doit être si séduisant à le regarder chercher les oeufs!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 07/04/2014 07:31



     Merci chère Fan.


     Heureuse fête pascale à vous également.



christiana 04/04/2014 02:01

Je me demande ce que sont les fruits de mimusops...

Bonnes vacances de Pâques au papy et à son petit prince.

Richard LEJEUNE 04/04/2014 08:51



    Patience, patience ...


     J'expliquerai les fruits bien plus tard, Christiana, puisque, comme je l'ai annoncé, après le congé de printemps, j'évoquerai d'abord les laitues
... légumes sur lesquels il y a tant à disserter.


 


     Merci pour tes souhaits ...


     Belle fête pascale à toi, également, ainsi qu'à ta famille.  



Etienne Rémy 02/04/2014 01:54

Merci pour ce bel éloge égyptologique, c'est qu'entendre et se délecter d'une conférence de Pascal Vernus est un régal.
Je comprends qu'on puisse remarquer un beau livre bien écrit.

Bonne chasse au lapin de Pâques et profite bien.
Amicalement,
Etienne.

Richard LEJEUNE 02/04/2014 08:19



     Je n'ai jamais eu l'heur d'être présent à une conférence de Pascal Vernus, Etienne, mais je ne doute pas un seul instant, moi qui tant me régale
à le lire, de la véracité de ton propos.


 


     Quant à un livre simplement bien rédigé, sa rareté fait que celui de Chloé Raggazzoli valait bien que je le mentionne ici, en opposition, tu
l'auras - et d'aucuns avec toi -, parfaitement compris, à un autre, récemment sorti, qui m'a diablement fait regretter de l'avoir acquis : il était cher payé pour de la non-culture et de la
non-écriture !


 


     La chasse aux oeufs, tu penses bien qu'elle n'est plus de mon âge : seuls subsistent et le bonheur de les avoir cachés et celui de me réjouir du
spectacle de l'excitation de mon Petit Prince ...



Carole 01/04/2014 23:29

La photo finale correspond merveilleusement bien à la belle épigraphe. Tout cela est beau comme une corne d'abondance. Je crois que les Anciens savaient rendre hommage à cette nourriture
qu'aujourd'hui nous méprisons un peu, parce que les travaux des champs étaient au coeur de leur vie, et que la faim n'était pas pour eux une notion abstraite.

Richard LEJEUNE 02/04/2014 08:01



     Vous avez entièrement raison, Carole : et pourtant cette dernière photo ne constitue en réalité qu'un gros plan de la seconde moitié de l'étagère
en question, que le premier cliché montrait dans son intégralité ...



J-P.Silvestre 01/04/2014 18:42

Vous nous en apprenez des choses, Richard !
Moi qui croyais que les Egyptiens ne se nourrissaient que de pain et de bière...

Richard LEJEUNE 02/04/2014 07:54



      Là résidait effectivement le minimum minimorum pour la majorité du peuple égyptien, Jean-Pierre. Après cela, l'alimentation dépendait
du niveau socio-économique de chacun, mais aussi, vous le verrez plus tard, de certains interdits religieux ...



Cendrine 01/04/2014 03:21

Comme il est doux de caresser des mots qui nous affriandent! Quand le langage se fait saveurs, les papilles, irrésistiblement, frétillent et l'esprit se met à danser, au rythme des parfums et des
couleurs. Le voyage culinaire, spirituel, sensuel, poétique se poursuit et nous nous réjouissons de débusquer des recettes au détour de vos pépites d'écriture.
Le plaisir de la dégustation est palpable dans les mots.
Tous mes voeux de réussite pour cette jeune égyptologue mais du moment qu'on a la passion de ce que l'on fait on a déjà réussi.
Je vous souhaite d'agréables vacances.
Amicalement
Cendrine

Richard LEJEUNE 02/04/2014 07:41



     Au-delà des vos propos toujours si bellement amenés, chère Cendrine, j'ai ce matin "retrouvé" avec bonheur cet "affriander" malheureusement
devenu obsolète dans le vocabulaire de nos contemporains. 


 


     J'ai aussi apprécié que vous continuiez à filer la métaphore culinaire ...


 


     Ceci posé, les pépites d'écriture, ce serait plutôt chez vous qu'elles se dénichent : votre "champ" lexical est bien plus aurifère que
le mien !  



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages