Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 00:00

 

     La couleur est d'abord un fait de société. Il n'y a pas de vérité transculturelle de la couleur, comme voudraient nous le faire croire certains livres appuyés sur un savoir neurobiologique mal digéré ou - pire - versant dans une psychologie ésotérisante de pacotille.


 

Michel PASTOUREAU

 

Bleu. Histoire d'une couleur

Paris, Seuil, Collection Points Histoire, H 362

p. 5 de mon édition de 2006.

 

 

 

      C'est en salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, devant la quarantaine de fragments de peintures du mastaba de Metchetchi exposés dans la grande vitrine 4² que nous nous sommes quittés mardi dernier, après avoir décidé, en réponse à un commentaire de mon ami Jean-Claude, appuyé qu'il fut ensuite par Jean-Pierre et par une remarque de Fan, de totalement bouleverser l'ordre de mes interventions puisqu'il avait été initialement prévu de nous interroger sur ce qui constituait l'éventail des couleurs dont disposait un scribe des contours égyptien.

 

     Avec donc quelques jours de retard qui n'auront, je l'espère, ni tourneboulé votre esprit ni entamé votre patience, je vous propose, amis lecteurs, de m'accompagner, le temps de notre rencontre de ce matin, la quatrième et dernière réservée à des considérations purement techniques, jusqu'à la deuxième vitrine de la salle suivante, juste à côté, pour y découvrir la palette à 9 cupules du peintre Imenmès.

 

 

Palette-du-peintre-imenmes---Louvre-N-3014--Photo--C.-Dec.jpg

 

     Datant de la XIXème dynastie, plus précisément du règne de Ramsès II, cet ustensile de bois de 40,2 centimètres de long, 7,50 de large et 1,10 d'épaisseur dut très probablement abriter dans ses godets certaines des couleurs auxquelles j'escompte dans quelques instants faire allusion.

 

     Une première constatation s'imposera d'elle-même au terme de notre entretien : vous remarquerez que les artistes de l'époque n’eurent qu’à se pencher pour quérir dans leur environnement les matériaux dont ils avaient besoin, très simples en définitive puisqu'en effet ils utilisaient essentiellement des pigments minéraux naturels.


     Bien que je sois totalement démuni pour vous les détailler une à une, j'ai relevé - et vous le rapporte donc de la manière la plus simple possible -, que les analyses des pigments et des liants présents sur les fragments de peintures égyptiennes dont dispose le Louvre demandées au Laboratoire de recherche des musées de France ont été pratiquées par différentes méthodes, comme le microscope électronique à balayage, les tests microchimiques, l'analyseur par diffraction X et par microfluorescence X qui, toutes, ont grandement contribué à déterminer la nature de ces composants chromatiques.

 

     Commençons, voulez-vous, par le blanc. Deux possibilités s'offrirent aux Egyptiens : soit l'obtenir à partir du calcaire qu'ils trouvaient en abondance au niveau de la vallée du Nil, carbonate de calcium qu'ils n'avaient plus qu'à broyer finement, soit à partir de plâtre provenant de la cuisson du gypse, mélange de sulfate de calcium et de carbonate de calcium portés à une température d’environ 1300°, qu'ils allaient chercher sur les franges de la mer Rouge, du lac Mariout ou de l'oasis du Fayoum, voire même plus simplement dans le désert, profitant de ce qu'il est convenu d'appeler la "rose des sables".

     Pour le noir, l'examen de sa morphologie grâce au microscope électronique à balayage révéla tout simplement l'utilisation de carbone, presque uniquement du charbon de bois et de la suie. Dans certains cas, beaucoup plus rares, une quête s'effectuait dans les 
montagnes du Sinaï aux fins d'y prélever de l'oxyde de manganèse. Mais point, me semble-t-il, de "pierre noire", point de cette ampélite que Christiana, d'après le commentaire qu'elle m'a laissé à propos de mon article de samedi, pensait trouver.


     Si l’on considère que le blanc et le noir ne constituent pas de vraies couleurs, - vaste débat -, quatre autres matières picturales se retrouvent dans les cupules ou les godets des peintres égyptiens antiques, quelle que soit l'époque, quel que soit le style.

 

     Envisageons dans un premier temps ce qui permit la distinction des sexes au niveau des représentations humaines. C'est la teinte ocre jaune qui fut conventionnellement choisie pour rendre les chairs féminines. Elle était fabriquée à partir d’oxyde de fer plus ou moins hydraté présent dans les oasis du désert libyque, mais également dans l'actuelle région cairote. Quant à l’ocre rouge qui, suivant la même codification, symbolisait la peau des hommes, elle  provenait d’oxyde de fer anhydre abondant notamment dans les oasis.

 

     Bien que je ne sois nullement versé en ce domaine comme le sont certains de mes lecteurs, je ne pense pas qu'il s'agisse ici de sinopie ni de sanguine, encore moins d'hématite rouge, ainsi que l'indiquait Christiana dans le même commentaire. Ceci posé, en tant que référence incontournable, elle pourra, si elle me lit, se prononcer là-dessus : tous ces termes seraient-ils plus ou moins synonymes ? Pourraient-ils tous être assimilés à l'ocre rouge (ou brune) ?  

 
     Abordons à présent le bleu. Qui tant fit couler d'encre - et pas que céruléenne !


      A la IVème dynastie, sous le règne de Snéfrou, dès l'apparition des premières peintures murales sur les rives du Nil antique, exista un bleu naturel, obtenu à partir d'azurite que les Egyptiens eux-mêmes désignaient sous l'appellation "bleu véritable" ( xsbD mAa - kesebedj maa). Car, parallèlement, ils fabriquèrent une autre matière picturale bleue, synthétique celle-là, artificiellement obtenue par cuisson à haute température (entre 850 et 1080 ° C plusieurs heures durant) de silicate double de cuivre et de calcium - Cu Ca Si4 O10  [ou CuO, CaO et 4SiO: CuO à raison de 19 %, CaO de 15 % et SiO2 de 62 %] -, composant principal appelé cuprorivaïte : c'est le bleu soutenu, fruit de cette préparation, que l'on appelle communément "bleu égyptien". Dénomination qui, par parenthèses, selon une étude datant de 1987 du Docteur berlinois Detlef Ullrich, serait quelque peu usurpée dans la mesure où ce fut vraisemblablement à Kish, en Mésopotamie donc, et aux environs de 3000 avant l'ère commune, qu'il aurait été pour la première fois préparé.

 

     Personnellement, un jour assurément, quand l'occasion s'en présentera ici au Louvre, probablement devant l'une ou l'autre pièce de l'époque d'Amenhotep IV/Akhenaton à Amarna, je me pencherai plus avant sur la couleur bleue : elle méritera bien un article à elle seule tant dans l'histoire de l'art en général et dans celle de l'esthétique égyptienne en particulier, elle connut une fortune et un développement considérables. Toutes nuances confondues, n'est-elle pas devenue de nos jours, statistiquement parlant selon son passionnant historien attitré Michel Pastoureau que je citai en incipit, la teinte préférée de la majorité des gens ? 

 

     Quelques mots à présent concernant le vert, peu étudié, défini lui aussi comme "égyptien" et souvent, dans la littérature, associé au bleu, voire même confondu avec lui. Si le pigment naturel, - apparu, toujours selon Ullrich, à la VIème dynastie, soit peu de temps après son homologue bleu -, dérivait de la malachite rapportée soit du désert arabique, soit des mines de cuivre du Sinaï, un synthétique fut également fabriqué qui, à la différence du bleu, contenait lui 35 % de CaO pour seulement 5 % de CuO, auxquels il faut ajouter également quelque 60 % de SiO2. 

 

     Permettez-moi une dernière remarque avant d'entamer l'ultime ligne droite de notre présent entretien : par rapport aux teintes qui forment de nos jours l'éventail chromatique, seul le violet fut ignoré dans l’Egypte pharaonique proprement dite : il faudra attendre l’époque de la domination - ou de l'apport culturel, selon l'angle de vue -, des Grecs et des Romains, dans la seconde moitié du Ier millénaire avant notre ère, pour le voir apparaître sur les murs de certaines tombes.



     Aux fins d’accentuer la résistance de sa peinture, l’artiste égyptien broyait ses substances de façon à obtenir une poudre qu’il mélangeait avec de l’eau, et à laquelle il ajoutait un fixatif, très souvent une gomme végétale qu’il est convenu d’appeler gomme arabique et qui provenait directement des nombreux acacias de la région de Louxor. Cette pâte constituée, il la modelait de manière à se confectionner soit un petit pain conique, soit une pastille qu’il déposait dans les cupules de sa palette.

 

     Par souci d'honnêteté, je me dois de préciser que les analyses du laboratoire cité ci-avant n'ont nullement révélé la trace d'un liant organique dans les peintures de Metchetchi : pas de substances glucidiques, donc, comme du miel ou des gommes et pas plus de protéiques, comme la caséine. De sorte qu'est émise l'hypothèse que le plâtre présent aurait dans ce cas précis pu servir de fixatif ...

 

 

     C’est après avoir trempé dans l’eau une fine tige de jonc taillée en biseau, puis mâchonnée et "battue" pour que ses fibres se séparant forment alors un vrai pinceau et après avoir ensuite frotté ce dernier sur le colorant séché que le scribe des contours pouvait enfin appliquer sa couleur ; le degré de vivacité d'icelle dépendant tout à la fois de la nature même du pigment original et du liant éventuel. 


 

     Ces essentielles considérations techniques terminées, je vous invite maintenant à partir à la découverte non pas d'une reconstitution intégrale des parois murales de la tombe de Metchetchi comme nous le fîmes avec Akhethetep, et, plus récemment, avec la "Chambre des Ancêtres" de Thoutmosis III remarquablement honorée ce printemps grâce à l'exposition qui, en salle 12 bis de ce même Département des Antiquités égyptiennes, lui fut dédiée, mais plutôt d'une mise en lumière de certains des thèmes récurrents du programme iconologique des mastabas de l'Ancien Empire, à Saqqarah.

 

     Si cela vous convient, j'aimerais pour ce faire que nous nous revoyions dans un premier temps mardi 6 décembre prochain.

 

     Pensez-vous être à même de vous libérer ... de l'emprise de saint Nicolas ?

 

 

 

 

(Caubet/Pierrat-Bonnefois : 2005, 13 ; Dominicy : 1994, 51-7 ; Lavenex Verges : 1992, 58-63 et 73-4 ; Le Fur : 1994, 70 ; Mekhitarian : 1978 ; Merchez-Van Essche : 1994, 57-65 ; Pagès-Camagna : 1998, 163-75 ; Ziegler : 312-7

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Ael 31/12/2011 17:13

Très bel article!
Petit complément de chimie: le cuivre peut revêtir plusieurs aspects selon son état d'oxydation, ou le PH du milieu dans lequel il se trouve. En milieu acide, il tire au le vert, en milieu basique
il vire au bleu.

Quant à la gomme arabique, tout comme les artistes égyptiens,les miniaturistes l'utilisèrent également comme liant.

Richard LEJEUNE 02/01/2012 09:37



     Merci à vous pour ces compléments d'information.



FAN 04/12/2011 17:49

Merci Richard pour toutes ses recherches sur les couleurs employées par les égyptiens!! Si Le livre de Michel Pastoureau sur le bleu est en livre poche, je pense me le procurer! Cette palette à
pinceaux pour le scribe des contours est intéressante, il y a donc 9 cupules, donc 9 couleurs?? déjà les dégradés?? mais ou sont les "brosses" pour les aplats? peut-être se servaient-ils de leurs
doigts?? BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 05/12/2011 13:22



     De leurs doigts, assurément non, Fan. Des brosses de différentes tailles ont été retrouvées lors de fouilles : elles étaient constituées de
bâtons de bois de palme fibreux dont le bout avait été préalablement effiloché. Un peu, mutatis mutandis, comme les longs poils de certains pinceaux actuels.


 


     Il y eut donc 6 teintes de base, comme vous avez pu le constater à la lecture de mon article de samedi. De sorte que d'autres cupules
pouvaient contenir des couleurs "mélangées" : ainsi, par exemple, le gris pouvait-il être présent sur une paroi peinte dans les contours de l'encadrement des registres ou des scènes
figurées.


 


     En collection de poche, oui, donc relativement peu onéreuse la passionnante étude de M. Pastoureau qui, par parenthèses, en tant
qu'h'istorien qui s'est spécialisé sur ce sujet, a publié d'autres ouvrages à d'autres couleurs consacrés.



Alain 04/12/2011 10:58

Les Egyptiens utilisaient la roche lapis-lazuli, contenant la lazulite, comme une de leur pierre ornementale préférée (parures, scarabées, etc.).
Cet « outremer » fut beaucoup utilisé en peinture au Moyen-Age, notamment dans le ciel du plafond de la chapelle Sixtine et les superbes manteaux des vierges de la Renaissance italienne.
Tu nous parles du « bleu véritable », obtenu à partir d’azurite, utilisé en peinture par les Egyptiens dès la IV ème dynastie. Je suppose qu’il s’agissait du lapis-lazuli broyé puisque les
Egyptiennes se servaient déjà de la beauté naturelle de cette couleur comme fard.

Richard LEJEUNE 05/12/2011 13:10



     Non, pas tout à fait, Alain.


 


     Les Egyptiens distinguèrent l'azurite - carbonate de cuivre naturel additionné d'un peu de malachite - du lapis-lazuli, à base de sodium, de
souffre et de chlore.


A défaut de "gratter" en profondeur, les historiens de notre époque, évoquant la palette chromatique des peintres de l'Antiquité, confondent souvent les deux qui,
pourtant, n'ont pas les mêmes propriétés intrinsèques ni la même utilisation. C'est ce que révèlent les techniques de recherche scientifique ultra-modernes : l'azurite était souvent apposée comme
première couche avant d'être recouverte d'un glacis de lapis-lazuli.)


 


     Azurite et lapis-lazuli ne sont donc pas synonymes ; ce sont à l'origine des pierres semi-précieuses différentes.  



christiana 03/12/2011 18:18

Point de "pierre noire", point d'ampélite... Je pense que ce sont les grecs qui ont utilisé la pierre noire.Pour les égyptiens, je ne suis pas du tout spécialiste mais vous qui l'êtes m'apportez la
preuve que non.

Je pense que les termes ocre, sinopie, sanguine sont plus ou moins la même chose selon la façon dont ils sont employés et l'endroit... Ce sont tous des oxydes de fer.
L’ocre, du grec ancien ὤχρα / ốkhra, est une roche ferrique composée d'argile pure (kaolinite) colorée par un pigment d'origine minérale (un hydroxyde de fer : l’hématite pour l'ocre rouge, la
limonite pour la brune et goethite pour la jaune).
L'ocre naturelle est utilisée comme pigment depuis la Préhistoire, comme à Lascaux.

Géniale la palette, à 9 cupules, du peintre Imenmès!

Richard LEJEUNE 05/12/2011 07:36



     Merci pour ces précisions supplémentaires.



J-P.Silvestre 03/12/2011 14:47

Si j'en crois votre argumentation mais je n'ai aucune raison de la mettre en doute, le "bleu Klein" n'est qu'une pâle imitation de ces couleurs mises au point dès l'antiquité...

Richard LEJEUNE 03/12/2011 16:15



     "Pâle imitation", écrivez-vous. Je ne pense vraiment pas car quand vous découvrez l'immense palette des bleus proposée sous ce
lien par Wikipedia, le "bleu Klein" ressemble très fortement au bleu égyptien
défini à la 48ème et bizarrement dernière position.


 


     Ceci posé, Jean-Pierre, si l'histoire du bleu vous intéresse, je vous conseille vraiment de lire ce petit livre de poche de quelque 200
pages sous la plume de Michel Pastoureau que j'ai cité en commençant mon intervention de ce matin : c'est une passionnante étude sociale et historique du bleu replacé dans le
spectre des couleurs qu'il a détrônées, notamment au niveau de la peinture religieuse, des vêtements d'apparat de la royauté française et de la mode actuelle. Et je rassure : il ne convoque
nullement, comme je l'ai fait, les sybillines formules chimiques qui composent le pigment.


 


     Seule faiblesse, à mon sens de cet ouvrage de référence qui se veut faire le point sur ce sujet : rien n'est dit - ou preque - à propos du
bleu égyptien, laissant probablement ce domaine aux seuls égyptologues patentés. Dommage ...



JA 03/12/2011 09:05

Le domaine de la chimie est passionnant et je vois que vous maitrisez celle de l'Egyptologie et de ses couleurs; je découvre le site de la recherche sur les musées et on y parle du synchrotron de
Grenoble, alors merci

A bientôt
JA

Richard LEJEUNE 03/12/2011 09:41



     Détrompez-vous, Jocelyne : je ne maîtrise pas le domaine de la chimie !


C'est parce qu'évidemment je m'intéresse à la palette chromatique égyptienne que j'ai lu et relu les articles référencés au terme de mon intervention de ce matin,
pris maintes et maintes notes de manière à recouper les informations engrangées et à ainsi essayer d'en rédiger une synthèse la plus claire possible.


 


     J'ai même dû rechercher dans la classification périodique des éléments d'après le tableau de Mendeleiev dont j'avais de vagues souvenirs
d'étudiant à quoi correspondaient certaines lettres des formules rencontrées ... C'est vous avouer l'étendue de mes lacunes ! 


 


     Et sans ces notes prises lors de toutes mes recherches, je serais bien en peine de tenir une conversation sur ces considérations
ressortissant au domaine de la chimie et encore moins de donner une conférence.


Ce qui à mes yeux signifie que je ne maîtrise absolument pas semblable matière ...


 


     Quant au synchroton de Grenoble, même en fouillant le Net après vous avoir lu ici, je n'y comprends pas vraiment grand chose !


 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages