Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:00

 

      Et si nous terminions l'année académique par une petite histoire belge ? Une vraie, malheureusement ...

 

     A l'Angleterre, Shakespeare offrit "The Globe", théâtre mythique ; à la Belgique, Jan Fabre offrit le sien. Mité. 

 

     

Fabre---Le-Globe---Musees-royaux-des-Beaux-Arts--Bruxelles.jpg

 

 

     Prêté, car appartenant en réalité à un particulier, le "Globe" de l'artiste anversois trône à l'extrémité du Forum des Musées Royaux des Beaux-Arts, à Bruxelles.

Ou plutôt, il trônait ! Car depuis le 20 juin, ses vacances, c'est aux soins intensifs qu'il les passe ...

 

     En effet, il appert que, malgré toutes les précautions d'usage, les millions de  gros scarabées aux reflets irisés qui constituaient l'oeuvre

 

Fabre---Le-Globe---Gros-plan.jpg

 

ont dû conserver un certain temps des larves de mites se jouant des insecticides les plus puissants. Et qui, un jour se réveillant, se repaissent à l'envi ! 

 

 

     Le roi, un de nos anciens, règne encore en maître, stoïque, dans cet immense et majestueux hall d'entrée, tournant systématiquement le dos au problème.

 

Musee-des-Beaux-Arts---Forum---Statue-de-Leopold-II.jpg

 


      Et l'actuel souverain, pour combien de temps encore ?

Politiquement parlant, certes, mais aussi d'un autre point de vue : quand son ciel lui tombera-t-il sur la tête ?

Comment en effet va résister, s'il est lui aussi attaqué, le plafond de la Salle des Glaces de son palais, de même texture "scarabétique",

 

 

Plafond-Salon-des-Glaces--Jan-Fabre.JPG

 

tellement apprécié, rappelez-vous, par la reine Paola ?

 

      Le "Globe" mité de Fabre deviendra-t-il la triste métaphore d'un pays miteux, se déglinguant de toutes parts et que la scission politique menace ?

 

     Une autre histoire belge à suivre de près ...

 

     Pour l'heure, point encore de séparatisme, à tout le moins nous concernant mais une relative séparation : celle, traditionnelle, à chaque période de congés scolaires.

 

     A notre dernier rendez-vous de juin, en la salle 12 bis du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre où, de conserve, nous avons terminé la visite de l'exposition Égypte de pierre, Égypte de papier consacrée à la "Chambre des Ancêtres" de Thoutmosis III prélevée à Karnak par Emile Prisse d'Avennes et ramenée à Paris en 1844, devait tout naturellement succéder la découverte de celle proposée à la Galerie Mansart de la Bibliothèque nationale de France,  également dédiée à cet homme exceptionnellement prolixe.

 

     Rassurez-vous, amis lecteurs, cette entrée en matière ne signifie nullement que nous ne nous y rendrons pas. Mais, et le calendrier vous en fera vite comprendre la raison, j'ai préféré postposer cette nouvelle série d'interventions : en effet, qui dit juillet et août, dit vacances.

 

     Eh oui, un professeur, même retraité, a fortiori si son épouse est toujours active dans l'Enseignement, se doit de tenir compte de ce type bien agréable de contingences. C'est la raison pour laquelle, comme à chaque occasion semblable d'ailleurs, je me retire quelques semaines de l'activité intensive de mon blog, sans toutefois l'abandonner complètement.

 

     Ainsi, cette année, pendant les mois d'été, c'est d'autres vacances qu'il va être question : celles d'un ami niçois. J'ai en effet grand plaisir qu'un membre du forum égyptologique que nous fréquentons tous deux, m'honorant de sa confiance, ait accepté, pour vous, d'ici narrer le séjour qui fut sien en mars dernier à Louxor ; et sous un angle peu conventionnel, voire même déroutant ...

 

     J'espère vraiment que, chaque samedi, vous lui réserverez excellent accueil car et sa verve et ses photographies le méritent amplement.

 

     Vous aurez aussi compris que, pendant toute cette période, je ne serai pas nécessairement à même de répondre à vos commentaires. Qu'à cela ne tienne, si François le juge bon - il est d'office le principal intéressé dans cette histoire ! -, et si son emploi du temps de praticien le lui permet, il mettra, je n'en doute pas, un point d'honneur à joindre un commentaire additionnel pour dialoguer avec vous ... 

 

     Pour ma part, ce sera vraisemblablement au tout début du mois de septembre que je vous retrouverai  dans le but de vous emmener, deuxième volet des expositions parisiennes de ce printemps, à la Bibliothèque nationale de France aux fins d'y découvrir un Prisse d'Avennes tout à la fois égyptologue et islamologue.

 

     Ensuite, nous rentrerons définitivement au Louvre - nous serons en octobre, à l'aube d'une nouvelle année académique - et aborderons la longue vitrine 4 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes, celle consacrée aux fragments peints enlevés jadis au mastaba de Metchetchi.

 

 

     Mais nous n'en sommes pas encore là ! Aussi, dès samedi prochain 9 juillet, je vous confie à François qui vous emmènera dans "son" Louxor ...

 

     A toutes et à tous, excellent été et excellentes vacances ...

 

     Richard

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 23:00

 

     Les vacances de Pâques comme on les appelait aux temps lointains de mes études, le congé de Printemps comme on le définit de nos jours de manière, je présume, que l'événement ne soit plus si visiblement religieusement connoté, ont donc commencé samedi pour s'étirer jusqu'au 25 avril prochain, la rentrée étant prévue cette année le mardi 26.

 

     Il n'est toutefois pas dans mes intentions de laisser mon blog,

 

 

EgyptoMusée

 

votre blog, amis lecteurs, en vacance d'articles.  Si toutefois, pendant cette période, nous quitterons les chemins que nous empruntons chaque mardi et chaque fin de semaine,  comme souvent en semblables circonstances, je compte vous faire partager en mon "absence" le fruit de l'une ou l'autre de mes lectures, ayant bien évidemment toujours, peu ou prou, un lien avec l'Egypte.

 

 

     Je pense avoir déjà ici laissé sous-entendre, sinon franchement exposé, mon amour de la philosophie et d'incontournables "sages" ou, à tout le moins, de certains philosophes professant idées, réflexions, préceptes éthiques et esthétiques qui, avec bonheur, ont jalonné l'Histoire de la pensée universelle et, à moindre mesure, quelques pans de ma propre existence.

 

     Parmi eux, j'ai cette fois choisi un auteur contemporain, par ailleurs à l'origine de la création de l'Université populaire de Caen : Michel  ONFRAY auquel, souvenez-vous, j'ai eu récemment l'opportunité de faire allusion.

 

     Rassurez-vous, ce ne sont pas de ses conceptions hédonistes qu'il  sera ici question - bien qu'elles sourdent de toute son oeuvre -, mais d'un séjour qu'il a passé en Egypte et dont il nous offre une intéressante relation dans un (bien trop) petit ouvrage, quelque 80 pages seulement, paru en 1998 chez Mollat, puis en 2006 dans le Livre de Poche, collection Biblio essais (n° 4399), auquel il a donné un très beau  titre et, de surcroît, très évocateur : A côté du désir d'éternité. Fragments d'Egypte.

 

     Si, d'aventure, vous ne l'avez pas encore lu et si  vous n'avez pas décidé de vous aussi prendre quelques jours de congé loin de la blogosphère, je vous propose la découverte d'un premier extrait dès ce samedi 16 avril.

 

     A tout bientôt peut-être ...


     Et, le cas échéant, excellentes vacances à tous.

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 00:00

 

     Le 14 juin 2008, soit quelque trois mois après la création d'EgyptoMusée, je décidai, souvenez-vous amis lecteurs, d'ouvrir une nouvelle rubrique à la littérature de l'Egypte antique consacrée et dans laquelle, les samedis, j'escomptais vous proposer de faire connaissance avec des textes sapientiaux de première importance.

 

Ptahhotep BM 10371 + 10435

 

     Pour des raisons que je n'ai point tenté à ce jour d'analyser, mes billets prirent plutôt très vite le très agréable chemin de la poésie amoureuse qui, à en croire vos commentaires de l'époque, rencontra bien des suffrages ...

 

     Par un autre détour de circonstances - le séjour que nous passâmes à Prague à l'été 2009, mon épouse et moi -, j'en vins, l'année dernière, à évoquer de samedi en samedi l'égyptologie tchécoslovaque et les fouilles que l'Institut tchèque d'égyptologie mena dans la seconde moitié du XXème siècle dans la nécropole d'Abousir. Mais de philosophie égyptienne, toujours pas !

 

     Après vous avoir permis de faire connaissance avec les savants Frantisek Lexa, Jaroslav Cerny, Zbynek Zaba et Miroslav Verner mais aussi avec d'importants personnages antiques tels que Oudjahorresnet, Kaaper, Fetekti, Qar et ses fils, Inty et Iufaa, j'ai pensé qu'à présent nous laisserions les Tchèques poursuivre leurs travaux d'excavation loin de nos regards et qu'ensemble, à l'instar de ce RAVeL bien connu des Wallons, nous pourrions emprunter les voies quasiment désaffectées d'un corpus littéraire qui me tient particulièrement à coeur.

 

 

     Aux temps joyeux de mes études, ce furent, vivement conseillés par mes maîtres, les quatre tomes de l'idéologue allemand Karl Jaspers (1883-1969) intitulés Les Grands Philosphes qui soutinrent les prémices de mon approche de l'Histoire de la pensée universelle.

 

     Première erreur : d'universalité, il n'y eut jamais ! Et comme pour tous les étudiants occidentaux à cette époque - j'avais 20 ans en 1968 ! -, sous les pavés de la philosophie, la plage des penseurs grecs s'étendait à perte de vue.

 

     Parmi ceux qui ont donné la mesure de l'humain, indiquait Jaspers dans le premier volume de sa tétralogie, Socrate prenait la tête. Poursuivant son étude, il considérait Platon comme étant de ceux qui fondent la philosophie et ne cessent de l'engendrer. Dans la catégorie de ceux dont la pensée sourd de l'origine, il voyait Anaximandre, Héraclite et Parménide.

 

     Dans le tome suivant, envisageant les premiers à avoir proposé des conceptions cosmiques profanes, Jaspers relevait Xénophon, Empédocle et Démocrite. Et abordant les grands constructeurs de systèmes, il commençait évidemment par Aristote.

 

     Vous accepterez, je présume, que je fasse l'économie de la suite d'une nomenclature dans laquelle vous aurez  relevé sans peine que tous ces incontournables de nos études philosophico-littéraires - Socrate, Platon, Héraclite, Démocrite et autres Aristote - étaient bel et bien d'origine grecque.

 

     C'était donc cela l'Histoire de la pensée universelle que prodiguaient nos Professeurs ?

 

     Par seul souci d'honnêteté intellectuelle vis-à-vis de la somme monumentale de Jaspers, je me dois de mentionner que dans la longue introduction de 110 des 319 pages du premier volume de mon édition de poche (collection 10/18), il cite, dans une minuscule parenthèse et sans autre développement, Imhotep et Ptahhotep en tant que Sages - remarquez néanmoins la majuscule ! - de l'Egypte.

 

     Voilà ! Pour lui, c'était dit ! On n'en parlera plus ! Venons-en aux vrais philosophes : les Grecs qui, aux yeux de tous, furent les premiers à réfléchir sur l'humaine condition, à donner naissance à l'art de penser, les premiers à inventer la toute puissante Raison ! Avant eux, ce ne furent, à en croire ceux qui ressassent toujours cette thèse obsolète, qu'énoncés de petits principes de sagesses locales aux fins de tenter d'harmoniser au mieux les rapports sociaux entre les Egyptiens ; ou les Sumériens ; ou les Babyloniens ...   

 

 

     Un demi-siècle plus tard exactement, le philosophe français Michel Onfray (né en 1959) publie Les sagesses antiques, opus initial de ce qui devint au fil des ans, aux éditions Grasset & Fasquelle, sa Contre-histoire de la philosophie.

 

     Là, je me dis : enfin ! Est rendu à l'Egypte ce qui appartient à l'Egypte ! En effet, le préambule général qu'il consacrait à l'historiographie de la philosophie augurait, me sembla-t-il, une judicieuse et salutaire remise en question (pp. 15-6) :

 

     Pourquoi ces instruments idéologiques que sont toujours les manuels, les anthologies, les histoires, les encyclopédies qui, certes, rapportent les mêmes propos, font-ils silence sur les mêmes informations ? Ce qui manque une fois dans une publication manque toujours dans les suivantes d'un genre analogue où règne par ailleurs le psittacisme. Et Michel Onfray de proposer en 2006 de remédier à cette situation.

 

     Malheureusement, quelque 10 pages plus loin, c'est avec notamment Leucippe de Milet (460-370 avant notre ère), philosophe hédoniste grec totalement inconnu du grand public, aussi cultivé fût-il, qu'il entame son travail de déstabilisation des "vainqueurs"  - entendez Socrate, Platon, Aristote - pour ouvrir large le rideau sur les "vaincus" des études universitaires traditionnelles.

 

     Ce nonobstant, en un paragraphe, il me concède (p. 42) :

 

     Une histoire des idées sumériennes, babyloniennes, égyptiennes, africaines donc, montrerait à l'envi que les Grecs n'inventent pas (...) la croyance à une vie après la mort, la transmigration des âmes (...) Tout cela ne germe pas dans le cerveau d'un Pythagore planant dans l'éther des idées pures où il suffirait de se servir. Derrière ces figures de la sagesse grecque primitive s'entend l'écho de voix anciennes, plus anciennes encore, voix de peuples peut-être sans écriture, sans archives ou sans traces

 

     Et l'auteur, par cette "mise au point" exécutée en 12 lignes, de s'exonérer de  creuser plus avant dans le terreau de la philosophie des bords du Nil antique !

 

 

     Certes, amis lecteurs, je n'ai nulle prétention à ajouter une quelconque apostille aux oeuvres de  Karl Jaspers, de Michel Onfray et de tant et tant d'autres. Il m'agréerait simplement, au fil de nos entretiens des prochains samedis, de vous donner à lire quelques extraits de textes égyptiens, de vous soumettre quelques apophtegmes que personnellement je considère comme une réflexion philosophique et qui vous permettraient, au-delà de ma propre conception, de forger votre opinion en la matière : oui ou non, le "miracle grec" est-il originel dans la pensée universelle ? Oui ou non, les Grecs ont-ils tout inventé ?

 

 

     A samedi, donc, le 22 janvier, pour un premier rendez-vous avec un certain Ptahhotep ... dont il faudra bien concevoir qu'il n'a rien à voir avec ce que l'on lit habituellement à son propos, ici sur le Net .

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 07:15

 

     Nous nous étions quittés, souvenez-vous amis lecteurs, en décembre 2010, ici même, devant la vitrine 3 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre où, depuis le début de l'automne, j'avais avec vous évoqué les animaux familiers des habitants des rives du Nil en commençant par les chats : une courte introduction, d'abord, le 21 septembre, m'avait permis de distinguer les différentes sous-espèces qui avaient évolué à partir du Felis silvestris initial.

 

 

    Toujours en prémices à l'étude des statuettes présentées dans cette vitrine, j'avais, dans une deuxième intervention, le 28 septembre, estimé intéressant  de vous donner à lire quelques réflexions d'auteurs grecs et romains à propos des moeurs égyptiennes dans lesquelles ces petits félidés étaient partie prenante.

 

     Par la suite, le 5 octobre, nous avions quelque peu abordé des notions d'onomastique aux fins de comprendre les vocables dont ils avaient été affublés avant d'envisager, les mardis 12 et 19 du même mois, ceux qui, devant nous, étaient consacrés à la déesse Bastet.

 

     Dans le droit fil de ces notions religieuses, le 26 octobre, j'avais attiré votre attention sur les pratiques de momification qui, essentiellement à Basse Epoque, avaient sur grande échelle concerné les chats qui devaient servir d'ex-voto aux très nombreux pèlerins autochtones.

 

     Et je m'étais proposé de terminer cet important chapitre par l'évocation du Grand Chat d'Héliopolis, le 30 novembre, bientôt suivie, le 7 décembre, sur un plan plus pragmatique, d'une mise au point concernant leur apport à la pharmacopée antique.


 

     Ce petit rappel introductif et quelque peu didactique pour vous assurer que la raison d'être de ce blog, comprenez notre déambulation chaque mardi dans les salles égyptiennes du Louvre, demeurera, tout au long de cette nouvelle année, mon objectif premier.

 

 

Cour Carrée - (Photo Xavier Perez)


     Et c'est donc tout naturellement que je vous convie à poursuivre, dès le 18 janvier prochain, la découverte de deux autres pièces exposées dans cette vitrine 3 :  après les félidés, et avant les simiens, elles me permettront cette fois d'évoquer les canidés ...

 

     A mardi, donc, dès potron-minet, selon nos bonnes vieilles habitudes ... et comme le laisserait supposer ce remarquable cliché que Xavier Perez a, parmi d'autres, publié sur le blog Communauté Louvre et qu'il a eu l'extrême amabilité d'accepter qu'il soit ici importé.

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 10:10

 

     Un peu comme une maman qui, discrètement, presque sur la pointe des pieds pour gêner le moins de monde possible, quitterait cette route qu'ensemble vous aviez un long temps arpentée ; un peu comme les pages du grand Livre de la Vie qu'avec elle votre famille et vous tourniez presque machinalement, 2010 s'achève, sans grand éclat de voix que l'épais tapis de neige, de toute manière, se serait complu à étouffer ...

 

    Pour vous tous, amis lecteurs, je forme aujourd'hui le voeu que 2011 qui  ne va point tarder à frapper à l'huis rencontre pleinement, 365 jours durant, l'intégralité de vos souhaits.

 

     Puisse dans votre parcours personnel, cette année encore, EgyptoMusée agréablement vous accompagner quelques petits instants chaque semaine ...

 

     Aussi, et avant de prendre un premier nouveau rendez-vous pour le mardi 11 janvier prochain, si toutefois l'aventure à mes côtés vous tente encore, il m'est extrêmement agréable de vous réitérer mes remerciements les plus appuyés pour votre présence et votre participation sans laquelle ce blog n'aurait aucune raison d'être ...



9.-St-le-fausse-porte-Mererouka.jpg


 

     Bon passage vers l'an neuf à tous.

 

     Richard     

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 21:53

 

     Chers amis lecteurs, amis d'Egyptomusée,

 

 

  Carrousel du Louvre

 

 

     Ce très court billet pour vous annoncer qu'à l'adresse internet du Musée du Louvre vous pourrez découvrir le tout nouvellement créé site participatif "Communauté Louvre " sur lequel j'ai ce soir déposé un premier article qu'il vous sera loisible de lire ou, pour les plus fidèles d'entre vous, de relire. 

 

     A bientôt vous retrouver là aussi pour de nouveaux commentaires ?

 

     Richard

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 23:00

 

     Alors qu'en douceur s'achèvent l'été et les vacances qui traditionnellement s'y associent, alors qu'à l'horizon d'une Belgique toujours à la recherche d'un gouvernement et dont l'éventuelle partition s'invite au-delà de la simple rumeur poignent rentrées scolaire et littéraire, notamment avec l'inévitable roman annuel, le dix-neuvième, de notre énigmatique Amélie Nothomb, rassurez-vous amis lecteurs, je n'escompte nullement vous interpréter du Bécaud, ou plutôt du Pierre Delanoë, mais plus sérieusement vous indiquer ce qu'EgyptoMusée entend bien vous proposer les mardis de cet automne.

 

     Pas de révolution de palais, en réalité ...

 

 

     Nombre d'entre vous l'auront assurément reconnu parmi les remarquables prises de vue que nous ont offertes les caméras de télévision en cet ultime après-midi d'une épreuve cycliste surmédiatisée qui, à cause de la suspicion de dopage qui l'entache maintenant depuis de trop nombreuses années, ne présente plus, à mes yeux à tout le moins, que l'intérêt de nous permettre d'admirer, vu du ciel, l'extraordinaire patrimoine naturel et architectural français. 

 

     Imposant, impressionnant, voire grandiloquent pour d'aucuns, mais éminemment majestueux, il vola, par sa séculaire prestance, la vedette à ceux qui, inlassablement, arpentaient de multiples fois les Champs-Elysées tout proches, fussent-ils rois de la petite reine.

 

     Certes, en des jours plus ensoleillés, l'étincellement du pyramidion qui surmonte l'obélisque de Ramsès II, sur cette place devenue de la Concorde, eût pu lui faire une pointe d'ombre : mais Pharaon avait manifestement dû invoquer son père Rê pour qu'il le laissât, sur le sol parisien, le seul représentant d'une monarchie absolue.   

 

     A l'instar des monuments que recèle l'enceinte d'Amon à Karnak, grâce à la volonté des souverains qui, de Philippe Auguste à Napoléon III, se sont succédé à la tête du royaume et de l'empire, il se construisit de siècle en siècle, s'agrandit, s'embellit et, de résidence royale, devint en 1793 temple de la Beauté, des Muses, des Arts ...

 

 

Louvre vu du ciel (Jean-Louis Schmidt)

 

     Le Palais du Louvre - car c'est bien évidemment de lui qu'il s'agit ici -, ce musée qui constitue l'essence même d'excellents blogs tels que ceux de Louvreboîte et de Louvre-passion, restera, vous ne pouvez en douter une seule seconde, le lieu de rendez-vous pour nos prochaines rencontres. Et plus particulièrement son Département des Antiquités égyptiennes que nous sommes loin, très loin d'avoir complètement visité. Et d'ailleurs, eu égard à la lenteur de nos déambulations, je doute que nous y parvenions vraiment ...

 

     Mais en définitive, peu me chaut : là où fatalement un jour, pour l'une ou l'autre raison, je m'arrêterai, vous aurez tout loisir, amis lecteurs, de reprendre et poursuivre personnellement vos pérégrinations de salle en salle, un autre Ouvreur de chemin, selon la belle formulation égyptienne, en tant que guide à vos côtés ...

 

     Ceci posé, il n'est point encore dans mes intentions de passer la main ; aussi, moderne Thésée, je vous invite, dès ce mardi 14 septembre, à nous retrouver dans la cinquième d'entre elles de manière à reprendre ce fil d'Ariane dont votre présence fidèle, vos commentaires et vos mails personnels m'autorisent, sinon m'invitent, semaine après semaine, à poursuivre le déroulement ...

 

     A mardi, donc.

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 23:00

    

      Nous nous sommes momentanément séparés vous et moi, souvenez-vous amis lecteurs, samedi dernier, après avoir successivement visité, dans la nécropole d'Abousir, les tombes de Oudjahorresnet, Kaaper, Fetekti, Qar et Inty, tout en promettant de nous retrouver à la rentrée de septembre pour poursuivre nos investigations. 

 

     Parce que tout à fait conscient de la canicule qui sévit en Belgique cet été, parce que me devant de vous ménager de manière que ne soit point trop enflammée votre matière grise, parce que comptant  m'échapper un certain temps sous d'autres cieux aux fins de régénérer la mienne, j'ai pris la décision de ne plus m'adresser à vous jusqu'à fin août - ce qui, vous l'aurez compris, correspond à la retraite estivale que mon blog a décidé de m'offrir-, qu'une seule fois par semaine.

 

     Chimères que tout cela, murmureront certains.


     Point ! Car comme l'année dernière, quand j'eus le plaisir de relire, puis de vous donner à connaître des textes de l'éminent égyptologue belge Jean Capart du 4 juillet au 29 août, j'ai choisi le samedi de manière à ainsi illuminer votre fin de semaine en entretenant la petite flamme de ce soldat de l'égyptologie (presque) inconnu qu'est, n'ayons pas peur de la dithyrambe, votre blog préféré : j'ai nommé le ci-devant EgyptoMusée


 

EgyptoMusée

 

     C'est maintenant que, normalement, devraient s'entonner les Trompettes de la Renommée ...

     Les entendez-vous ?


      Ou peut-être seule la voix chaude du grand Georges arrive-t-elle jusqu'à vous :

 

      Je vivais à l'écart de la place publique,

     Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique...


     Refusant d'acquitter la rançon de la gloire,
     Sur mon brin de laurier, je dormais comme un loir.

 

       Les gens de bon conseil ont su me faire comprendre
     Qu'à l'homme de la rue, j'avais des comptes à rendre.
     Et que, sous peine de choir dans un oubli complet,
     Je devais mettre au grand jour tous mes petits secrets.

 


     Me concernant, de quels secrets pourrait-il bien s'agir ?


     Pardi, et si c'était mon amour de la littérature française ...

    Mais est-ce vraiment un secret ?

 

     Comment concilier égyptologie et littérature ?

     Tout simplement, comme je m'y suis déjà amusé, notamment dans une série d'articles concernant Pierre Loti et l'Egypte publiés ici les 7, 14, 21, 28 mars, ainsi que le 4 avril 2009, en vous proposant des extraits de l'oeuvre d'un auteur. 

    

     A propos de cet écrivain, - au demeurant un grand poète -,  que j'ai choisi pour illustrer cette nouvelle série de l'été, que vous dire de plus ... que ce que j'ai ci-avant déjà suggéré à l'un ou l'autre détour de phrase  ?


     J'ajouterai simplement que, comme quelques importantes figures de son siècle, il passa par Bruxelles, par la Belgique, terre de nombreux refuges qui ne furent d'ailleurs pas à l'époque que politiques  ...

 

     Les paris sont ouverts ...

     Jouerez-vous le jeu ?

     Avant de vous quitter, j'attends le résultat de votre réflexion, de votre perspicacité à lire entre certaines  lignes : de quel grand littérateur français s'agira-t-il ces prochains samedis ?

 

 

     Et pour le découvrir, rendez-vous est pris le 24 juillet pour un premier contact, et un vingt-et-unième billet à ajouter à la rubrique "L'Egypte en textes".  

 

     Mais avant cela, je rappelle à ceux d'entre vous qui, depuis plus de deux années maintenant, cheminent en ma compagnie dans le Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre qu'une ultime rencontre devant la vitrine 2 de la salle 5 est prévue ce mardi 20 : ne m'y laissez pas seul ... 

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 23:00

 

   D'aucuns, pragmatiques, penseront que le moment est mal choisi  dans la mesure où tous, ou presque, allons quelque peu délaisser nos blogs respectifs aux fins de nous octroyer l'une ou l'autre semaine de vacances que la banalité du langage qualifie souvent de "bien méritées".

 

     Vous accorderez au retraité de l'Enseignement de l'Histoire que je suis, même s'il sacrifie cette fois encore à ce rite estival, de prendre soin, comme le Petit Poucet de légende, de semer quelques cailloux d'importance : sur les uns, je reviendrai sous peu ; sur un autre, je m'efforcerai ce matin de simplement vous en annoncer le premier jet.

 

     Il s'appelle : ÉGYPTO-ARCHÉOLOGIE.

 

 

Abousir 3

 

     "Qu'est-cela ?", vous interrogerez-vous d'un oeil distrait, tout en bouclant probablement vos valises ...


      "Existait déjà, depuis mars 2008, EgyptoMusée, notre blog favori ! , (ne craignons pas les formules stéréotypées), dans cette pléthore de rendez-vous culturels.

Et maintenant, Egypto-Archéologie ??? "

 


     En un mot comme en cent, amis lecteurs, la maison s'agrandit !

     Et je vous en ouvre toute grande la porte (celle-ci, n'est point "fausse" !!! - les plus fidèles comprendront ...)

 

     J'ai en effet décidé, avant de momentanément bientôt vous quitter, de vous inviter à me rejoindre dans une toute nouvelle communauté que j'ai créée voici deux jours ...


      Et dans laquelle, - il fallait bien que quelqu'un essuie les plâtres - , en fonction du nom que je lui ai attribué, et des perspectives que j'aimerais qu'elle prenne grâce à vous, j'ai déjà publié quelques articles : en fait une petite quinzaine se rapportant aux fouilles archéologiques, dont vous n'ignorez plus la teneur maintenant, de l'Institut tchèque d'égyptologie à Abousir.

 

 

     Point n'est besoin, hic et nunc, d'en écrire plus.

 

     Pour plus de renseignements : colonne de droite de ce blog, rubrique "Communautés", celle que je vais, avec vous, apprendre à gérer : "Egypto-archéologie" ...


 

     "Mais, insisteront certains, pourquoi précisément lancer ce nouveau projet avant les vacances ?"

 

     Tout simplement parce que je ne suis pas encore vraiment persuadé d'être un bon gestionnaire, et qu'il faudra peut-être que je sois d'une manière ou d'une autre épaulé pour que, dès la rentrée de septembre, cette communauté fonctionne comme il m'agréerait ...

 

     A bientôt vous et moi pour cette nouvelle aventure ???

 

     Richard

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 23:00

 

       - Et pourquoi pas, m'ont suggéré par mails personnels, avec insistance soutenue, certains d'entre vous, amis lecteurs, dans la foulée de l'intervention consacrée au bosquet de papyrus que vous nous aviez proposée le 23 mars dernier, puis de celle  décryptant plus spécifiquement la capture  de volatiles au bâton de jet du mardi 30 suivant, ne nous proposeriez-vous pas un troisième et dernier volet de ce qui pourrait constituer in fine une sorte de trilogie concernant la scène de chasse et de pêche dans les marais que vous nous précisez si importante et si récurrente dans les chapelles funéraires égyptiennes ? 

     L'idée, vous vous en doutez, s'est frayé chemin dans mon esprit à mon retour sur le Net au terme de ce congé de Printemps que je m'étais généreusement octroyé ; d'autant qu'indirectement, certains commentaires un rien dubitatifs quant à l'une ou l'autre de mes assertions semblaient aussi grandement m'y inviter.

     Après tout, nul obstacle dirimant à prendre en compte vos remarques : il ne me coûterait que de modifier mes plans, de postposer la présentation d'un nouveau bas-relief - puisque j'avais prévu que nous continuerions tout naturellement à nous pencher sur les pièces exposées dans la vitrine 2 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre devant laquelle déjà nous devisons depuis le 23 février -, et, dès lors, de quelque peu amender le billet de 2008 qu'au passage je vous avais dernièrement invité à relire, de manière qu'il présente une cohérence avec ceux déposés en mars dernier dans la même rubrique "Décodage de l'image égyptienne".

     - De sorte que, renchérirent d'autres fidèles, nous aurions ainsi à notre disposition, se suivant dans cette catégorie spécifique, trois mises au point qui, à la manière d'un tryptique, s'ouvriraient les unes par rapport aux autres, se compléteraient,
se répondraient mutuellement ...

     Vous pensez bien qu'à l'aune de ces arguments imparables, je ne fus point long à convaincre :
facilement consultables puisque regroupés au sein d'une même rubrique, ces  textes successifs représenteraient la somme des données colligées et synthétisées sur le sujet.

     Aussi, me ralliant à vos judicieuses suggestions, c'est ce troisième pan de réflexions que j'escompte donc immiscer  ici, ce prochain 20 avril
, avant que, de conserve, nous reprenions les matinales déambulations égyptologiques dans "notre" musée.
 
      A mardi ?
Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages