Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 12:14

ANTOINE WATTEAU ET CYTHÈRE


 

 Le Pèlerinage à l’île de Cythère 

Huile sur toile (194 x 129) (1717)
Paris - Musée du Louvre
Aile Sully - Deuxième étage - Salle 36

 

     A l’été 1712, Antoine Watteau (1684-1721) est agréé à l’Académie de Peinture et de Sculpture de Paris, celle-là même qui avait été mise sur pied lors de la régence d’Anne d’Autriche, en 1648, sous la protection de Mazarin et que le peintre Jacques-Louis David n’aura de cesse de faire dissoudre en 1793. (A la Restauration, elle fut remplacée par l’Académie des Beaux-Arts et, en définitive, appelée Institut de France).

     L’Académie donc lui demande de présenter une oeuvre de réception qui, exceptionnellement, et à l’inverse de ce qui se passait auparavant, ne sera entachée d’aucune "censure" quant au choix du sujet.


     Le 28 août 1717, à la suite de maints rappels à l’ordre et, par parenthèses, deux mois après l’expiration du dernier délai qui lui avait été signifié, Watteau présente finalement ce qui constituera un de ses chefs-d’oeuvre. Dans le registre de l’Académie, le tableau entre sous le titre Le Pelerinage à l’isle de citere. Par la suite, biffé à même ce document officiel, il devint Une feste galante.


     A l’époque de Watteau, le thème du pèlerinage à Cythère est très en vogue. Et le peintre, précisément, en début de carrière, l’exploita à plusieurs reprises. (Rappelons que Cythère, au sud-est du Péloponnèse, fait partie des îles grecques de la Mer Égée sur laquelle, selon la mythologie, Aphrodite aurait abordé, née de l’écume des flots. Elle offre en outre la réputation symbolique d’être l’île des plaisirs amoureux).


     Très en vogue, mentionnais-je, à un point tel que, et pour appuyer un commentaire déposé par Grillon, sur son blog, le théâtre lui-même s’en était emparé avec, notamment, une pièce de Florent Carton, dit Dancourt, Les Trois cousines, vaudeville qui se terminait par ces vers :

 

"Venez à l’île de Cythère
En pèlerinage avec nous
Jeune fille n’en revient guère
Ou sans amant ou sans époux". 

 

 

     L’époque de Watteau ? La Régence de Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV décédé en 1715 et dont le successeur, Louis XV - son arrière-petit-fils, alors âgé de 5 ans -, était alors trop jeune pour régner.

     L’époque de Watteau ? Un temps où nobles et riches bourgeois aiment rien tant que s’amuser et offrir des fêtes dans les parcs de leurs propriétés aux confins de Paris : Versailles, Saint Cloud, Sceaux ... 

     Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Dans un large paysage vaporeux encadré comme une scène de théâtre - (le théâtre, par parenthèses, constituant avec la fête galante les deux thèmes de prédilection de l’artiste) - : à gauche, l’à-pic d’un rocher, à droite de luxuriantes frondaisons et la statue d’Aphrodite, Watteau a placé, en plans successifs, richement vêtus d’habits aux teintes à la fois chaudes et chatoyantes, plusieurs couples dans différentes poses traduisant le mouvement : sur un léger surplomb, à l’avant-plan, un premier, assis sous le regard de la déesse, converse amoureusement, un autre se relève et un troisième s’apprête à descendre vers l’embarcation à peine visible au pied du rocher en contre-bas, alors que déjà, d’autres couples s’en approchent, tandis que d’autres encore sont sur le point de monter à son bord. 

     Et à l’arrière-plan de cette composition finalement très décentrée, un paysage brumeux, mystérieux mais relativement lumineux. 
 
     Je sais pertinemment bien - et Pierre Rosenberg dans la notice qu’il rédige pour cette oeuvre dans son Dictionnaire amoureux (pp. 899-903) le rappelle judicieusement -, qu’il y a près de 40 ans que les historiens exégètes, à la suite d’un article très remarqué de l’ancien directeur de la National Gallery de Londres, Michael Levey, ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord : Watteau a-t-il peint un départ, joyeux, pour Cythère ? Ou un retour, empreint de mélancolie ? Mais est-ce vraiment là l’essentiel ? 

     Certes, historien de formation, passionné d'égyptologie et grand amateur d’art quel qu’il soit, mais nullement spécialiste de Watteau, ce qui me touche ici, c’est la virtuosité avec laquelle un artiste a pu traduire toutes les palpitations, toutes les fluctuations du sentiment amoureux; et peu me chaut de savoir si c’est avant de s’embarquer pour l’île grecque ou après y avoir connu d’intimes moments.

     Je serais toutefois tenté d’être en parfait accord avec Rodin quand il estime qu’il s’agit ici de la transposition poétique et picturale du thème de la jeune femme, hésitante, malgré les tendres sollicitations de son amoureux; puis consentante, mais regardant encore en arrière avant de se décider à embarquer. Et à mes yeux, ces trois couples sur le petit monticule de l’avant-plan seraient ainsi une sorte de démultiplication d’un seul et même, à trois états successifs de la réflexion féminine ... 

     Et la copie autographe ? Et L’Embarquement pour Cythère du musée de Berlin ? Car c’est de là que nous étions partis quand Louvre-passion, le concepteur d'un blog uniquement consacré au Musée du Louvre - http://louvre-passion.over-blog.com -, sur une mienne proposition de rédiger un article là-dessus me retourna la demande. (J'en profite pour publiquement le remercier ici d'avoir eu l'extrême amabilité d'héberger cet article la semaine dernière, avant la création de mon propre blog et d'accepter, cette semaine, que je le propose à nouveau à la lecture.)  

     Revenons à Watteau : un an après avoir réalisé la toile actuellement au Louvre, il en peignit une seconde, vendue par la suite à Frédéric II de Prusse.


L’Embarquement pour Cythère                             



Huile sur toile (194 x 129) (1718)
Berlin - Musée de Charlottenburg

     Les deux reproductions insérées ici me semblent suffisamment éloquentes.
Et je ne m’attarderai point sur les différences de couleurs : nous savons tous que plusieurs paramètres, sur le Net, sont susceptibles d’intervenir pour nous en fausser la perception. 

     L’idéal serait de se rendre et à Paris, et à Berlin ...

     En attendant, je me contenterai - au risque, de choquer les spécialistes qui peut-être me liront -, de simplement faire remarquer que l’oeuvre de Berlin est plus achevée, plus complète, plus détaillée : comparez, entre autres, les deux Aphrodite, ou les deux embarcations. Plus technique aussi, peut-être, plus élaborée, plus construite : la verticalité du tronc d’arbre, pour ne citer qu’un détail, est ici parallèle à celle de la mâture de la barque. 

     Pour être tout à fait honnête et ne rien celer, j’ajouterai que j’ai lu ici ou là que cette technique plus maîtrisée enlevait tout élan juvénile à l’oeuvre : cet élan juvénile qu’aurait donc possédé Watteau un an auparavant et qu’il aurait si rapidement perdu ?

     A vous, lecteurs de faire votre choix ... si tant est qu’il le faille.

 (Grand merci à Grillon - http://doudou.gheerbrant.com/blog2 - pour les fructueux échanges que nous avons eus sur son blog personnel à propos des deux toiles de Watteau).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

jean D 19/06/2008 00:20

Fin pour ce soir de cette lecture/découverte.
Il fallait commencer au début.
Cette civilisation eut une orbe de combien de siècles?
J'ai une impression vague que son histoire raconte l'évolution de la psychée.
Je vous passe ce bonsoir sur cet article Watteau dont ce "voyage à Cythère" est une si belle illustration de ce fondamental et contemporain "principe d'incertitude".

Richard LEJEUNE 19/06/2008 20:52



Votre visite et votre commentaire symbolisent presque un anniversaire : il y a trois mois que j'ai commencé ce blog et que j'y ai publié cet article sur Cythère,
précédemment hébergé - j'aime à le souligner - sur le blog d'un autre passionné du Louvre que je vous invite aussi à aller visiter (http://louvre-passion.over-blog.com/ ).

Pour répondre à votre question, on peut considérer que la civilisation égyptienne proprement dite se termine avec l'arrivée d'Alexandre le Grand; et donc qu'elle s'étend du troisième
millénaire au quatrième siècle A.J.-C. Certes, sous l'égide des Lagides et des Romains, par la suite, l'Egypte perdura, mais pas dans les mêmes conditions ni politiques ni encore moins
artistiques.

Quant à la date officielle, les égyptologues considèrent qu'avec l'obligation d'embrasser la religion chrétienne imposée par les Romains au IVème siècle de notre ère dans toutes les parties
de cet empire qu'ils dominaient, s'éteignit la civilisation égyptienne : en effet, les temples n'eurent plus l'autorisation d'exercer leurs activités. Ce qui signifie, outre le culte,
l'extinction de la transmission de la pensée, de la langue et de l'écriture; transmission qui s'effectuait dans les écoles attenant à ces temples. 

Je n'ergoterai point sur les conséquences - éminemment néfastes - qu'eurent les religions, quelles qu'elles fussent (et christianisme compris), sur toute l'histoire de
l'Humanité : dans l'antiquité comme aux temps des civilisations dites précolombiennes. Sans oublier notre monde contemporain ...  



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages