Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 00:00

 





     Dans ce qui devient une série d'articles consacrés à la perception de l'Egypte qui fut celle de Pierre Loti lors de son séjour en 1906, je voudrais aujourd'hui, ami lecteur, vous donner à découvrir la première partie d'un nouvel extrait repris du chapitre intitulé La mort de Philae, l'ultime de l'ouvrage éponyme qu'il publia voici exactement un siècle.








     Au sortir d'Assouan, la dernière maison tournée, voici tout de suite le désert. Et le soir tombe, un soir de février qui s'annonce très froid sous un étrange ciel couleur de cuivre.
     C'est incontestablement le désert, oui, avec son chaos de granit et de sable, avec ses tons roux, sa couleur de bête fauve. Mais il y a les poteaux d'un télégraphe et les rails d'une ligne ferrée qui le traversent de compagnie, pour aller se perdre à l'horizon vide.
(...) Désert qui garde encore les aspects du vrai, mais qui est maintenant domestiqué, apprivoisé à l'usage des touristes et des dames.

     D'abord d'immenses cimetières, en plein sable, à l'orée de ces quasi-solitudes. Oh ! de si vieux cimetières, de toutes les époques de l'histoire; les mille petites coupoles des saints de l'Islam et les stèles chrétiennes des premiers siècles qui s'émiettent côte à côte, au-dessus des hypogées pharaoniques. Le crépuscule aidant, toutes ces ruines des morts et tous les blocs des granits épars se mêlent en groupements tristes, détachant de fantastiques silhouettes brunes sur le cuivre pâle du ciel : arceaux brisés, dômes qui penchent, rochers qui se dressent comme de hauts fantômes ...

     Ensuite, cette région des tombes une fois franchie, les granits seuls jonchent l'étendue, des granits auxquels l'usure des siècles a donné des formes de grosses bêtes rondes; par places, ils ont été jetés les uns sur les autres et figurent des entassements de monstres; ailleurs ils gisent isolés parmi les sables, comme perdus au milieu de l'infini de quelque plage morte. On cesse de voir les rails et le télégraphe; par la magie du crépuscule, tout redevient grandiose, sous un de ces ciels des soirs d'Egypte qui, l'hiver, ressemblent à de froides coupoles de métal; voici que l'on a conscience enfin d'être vraiment au seuil  de ces profondes désolations arabiques dont aucune barrière, après tout, ne vous sépare
(...)

     Trois quarts d'heure de route environ, et, devant nous là-bas, apparaissent des feux, qui déjà s'allument dans le jour mourant. (...) Chélal, village au bord de l'eau, où l'on prend une barque pour aller à Philae. Horreur ! ce sont des lampes électriques ! Et Chélal se compose d'une gare, d'une usine au long tuyau qui fume, puis d'une douzaine de ces louches cabarets empestant l'alcool, sans lesquels, paraît-il, la civilisation européenne ne saurait décemment s'implanter dans un pays neuf.

     L'embarcadère pour Philae. Quantité de barques sont là prêtes, car les touristes alléchés par maintes réclames, affluent maintenant chaque hiver en dociles troupeaux. Toutes, sans en excepter une, agrémentées à profusion de petits drapeaux anglais, comme pour quelque régate sur la Tamise; il faut donc subir ces pavois de fêtes foraines, - et nous partons avec une nostalgique chanson de Nubie que les bateliers entonnent à la cadence des rames.
 

     On y voit encore, tant ce ciel en cuivre reste imprégné de froide lumière. Nous sommes dans un grand décor tragique, sur un lac environné d'une sorte d'amphithéâtre terrible que dessinent de tous côtés les montagnes du désert.

     C'était au fond de cet immense cirque de granit que le Nil serpentait jadis, formant des îlots frais, où l'éternelle verdure des palmiers contrastait avec ces hautes désolations érigées alentour comme une muraille. Aujourd'hui, à cause du "barrage" établi par les Anglais, l'eau a monté, monté, ainsi qu'une marée qui ne redescendrait plus; ce lac, presque, une petite mer, remplace les méandres du fleuve et achève d'engloutir les îlots sacrés. Le sanctuaire d'Isis, - qui trônait là depuis des millénaires au sommet d'une colline chargée de temples, de colonnades et de statues - émerge encore à demi, seul et bientôt noyé lui-même; c'est lui qui apparaît là-bas, pareil à un grand écueil, à cette heure où la nuit commence de confondre toutes choses.

     Nulle part ailleurs que dans la Haute-Egypte les soirs d'hiver n'ont ces transparences de vide absolu, ni ces teintes sinistres; à mesure que la lumière s'en va, le ciel passe du cuivre au bronze, mais en restant métallique; le zénith devient brun comme un gigantesque bouclier d'airain, tandis que le couchant seul persiste à rester jaune, en pâlissant jusqu'à une presque blancheur de laiton, et là-dessus, les montagnes du désert aiguisent partout leurs silhouettes coupantes, d'une nuance de sienne brûlée.

     Ce soir, un vent glacial souffle avec furie contre nous. Toujours au chant des rameurs, nous avançons péniblement sur ce lac artificiel, - que soutient comme en l'air une maçonnerie anglaise, invisible au lointain, mais devinée et révoltante; lac sacrilège, pourrait-on dire, puisqu'il ensevelit dans ces eaux troubles des ruines sans prix : temples des dieux de l'Egypte, églises des premiers siècles chrétiens, stèles, inscriptions et emblèmes. C'est au-dessus de ces choses que nous passons, fouettés au visage par des embruns, par l'écume de mille petites lames méchantes.

     Nous approchons de ce qui fut l'île sainte. Par places, des palmiers, dont la longue tige est aujourd'hui sous l'eau et qui vont mourir, montrent encore leur tête, leurs plumets mouillés, donnant des aspects d'inondation, presque de cataclysme.



     Avant d'aborder au sanctuaire d'Isis, nous touchons à ce kiosque de Philae, reproduit par les images de tous les temps, célèbre à l'égal du Sphinx ou des Pyramides. Il s'élevait jadis sur un piédestal de hauts rochers, et les dattiers balançaient alentour leurs bouquets de palmes aériennes. Aujourd'hui, il n'a plus de base, ses colonnes surgissent isolément de cette sorte de lac suspendu et on le dirait construit dans l'eau à l'intention de quelque royale naumachie.

     Nous y entrons avec notre barque, - et c'est un port bien étrange, dans sa somptuosité antique; un port d'une mélancolie sans nom, surtout à cette heure jaune du crépuscule extrême, et sous ces rafales glacées que nous envoient sans merci les proches déserts. Mais combien il est adorable ainsi, le kiosque de Philae, dans ce désarroi précurseur de son éboulement ! Ses colonnes, comme posées sur de l'instable, en deviennent plus sveltes, semblent porter plus haut encore leurs chapiteaux en feuillage de pierre : tout à fait kiosque de rêve maintenant, et que l'on sent si près de disparaître à jamais sous ces eaux qui ne baissent plus ...




(Visite à suivre ...)     

(Pierre LOTI, La Mort de Philae, Paris, France Loisirs, 1990, pp. 219-23.)     

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en textes
commenter cet article

commentaires

Fille du Midi 25/09/2010 10:01


Vous m'avez recommandé de lire cet article et je viens de suivre votre conseil.
Magnifique description du lieu mais aussi des sensations et émotions de l'auteur... c'est ce que j'aime.
Pour connaitre un pays (ou un sujet...) je pense qu'il est indispensable d'avoir connaissance de son passé même le plus lointain (pas de présent sans passé).
Ce qui serait merveilleux, c'est pouvoir voyager dans le temps... mais c'est impossible (tout bien réfléchi, heureusement)donc lire les carnets de voyages des touristes du passé, c'est une manière
de connaitre exactement les lieux et la vie de l'époque... ils sont des "témoins directs" aucun guide touristique ne peut faire ça !
En plus partir en voyage avec un grand auteur qui vous décrit les choses avec de beaux mots et d'une manière poétique... que réver de mieux... n'est-ce pas ???


Richard LEJEUNE 25/09/2010 10:57



     Vous avez tout à fait raison, mais je trouve les descriptions de Nerval que j'ai proposées cet été bien plus poétiques que celles de Loti
...


 


     Je ne sais si vous avez parcouru l'ensemble des cinq textes de Loti que j'avais donné à lire à l'époque, mais son regard me paraît plus
caustique : c'est, à mes yeux à tout le moins, un véritable pamphlet que tout cet ouvrage !



Nat 25/03/2009 18:26

Cela me rappelle des souvenirs qui remontent à 8 et 9 ans auparavant lorsque j'ai eu le bonheur de voir... puis de revoir Philae, un lieu qui reste un de mes souvenirs les plus forts avec Abou Simbel et la salle des momies au musée du Caire où je suis restée la seconde fois près d'une heure pour dessiner Ramsès II... Souvenirs souvenirs !

Richard LEJEUNE 25/03/2009 22:36



Je suis ravi que, par l'intermédiaire de ces quelques articles, des souvenirs te reviennent ainsi en mémoire.
Ce qui m'intéressait en les publiant, c'était de montrer combien la vision qu'en eut Pierre Loti diffère complètement de ce qui peut être la nôtre depuis que Philae - et bien d'autres
temples nubiens - ont été soit "remontés" ailleurs, soit offerts à certains grands musées  européens ou américains : ils sont ainsi maintenant accessibles dans d'excellentes conditions
d'exposition.



Louvre-passion 21/03/2009 18:32

De l'au-delà Pierre Loti s'est peut être réjoui des grands travaux qui ont permis le sauvetage et le déplacement des édifices.

Richard LEJEUNE 23/03/2009 08:23



Si d'une quelconque manière, il l'a su, toutes ces opérations de sauvetage qui ont honoré le XXème siècle ne pouvaient indéniablement que le réjouir. Comme la
majorité de la communauté internationale ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages