Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

 

 

C'est le premier matin du monde.

Comme une fleur confuse exhalée de la nuit,

Au souffle nouveau qui se lève des ondes,

Un jardin bleu s'épanouit.

 

Tous s'y confond encore et tout s'y mêle,

Frissons de feuilles, chants d'oiseaux,

Glissements d'ailes,

Sources qui sourdent, voix des airs, voix des eaux,

Murmure immense,

Et qui pourtant est du silence.

 

Ouvrant à la clarté ses doux et vagues yeux,

La jeune et divine Ève

S'est éveillée de Dieu.

 

Et le monde à ses pieds s'étend comme un beau rêve.

 

 

 

Charles VAN LERBERGHE

La Chanson d'Ève


Paris, Mercure de France,

p. 15 de mon édition de 1952

 

 

 

     Ne vous  imaginez pas, amis visiteurs, en découvrant le début de ces très beaux vers de Charles Van Lerberghe, poète symboliste belge (1861-1907) pratiquement oublié, que je vais prendre mon bâton de Pèlerin des Lettres pour vous initier à la littérature de mon pays : leur choix, en guise d'exergue un peu plus long que d'habitude, n'a sens qu'eu égard au thème qui nous occupera ce matin.

 

     Ne vous imaginez pas plus, en lisant le titre donné à mon intervention, que je vais me muer en Historien de l'Art pour vous emmener au Musée d'Orsay y célébrer la plus audacieuse des oeuvres de Gustave Courbet, la plus scandaleuse aussi, aux yeux d'une pléthore de bien-pensants : L'Origine du monde.


     Et pourtant, sans conteste, métaphoriquement, elle est bien là, dans ce que cette toile nous dévoile, la genèse de notre monde. 

 

     Non, j'escompte plutôt aujourd'hui revêtir le simple habit du philosophe pour vous faire comprendre que les civilisations qui nous ont précédés, toutes sans exception, se sont plu à en chercher une interprétation plus intellectualisée, recourant à des mythes étiologiques, créant des cosmogonies dans le but d'expliquer le premier stade de la création, avant le temps des dieux, des hommes et des choses.

 

     Les Égyptiens, pour leur part, l'appelaient "sep-tepy", la Première fois ... 

 

     Les plus fidèles d'entre vous auront compris que nous sommes toujours au Louvre, toujours en salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes, toujours à nous interroger à propos de la table d'offrandes exposée au bas de la vitrine 6, côté nord qui, la semaine dernière, provoqua de votre part de bien intéressantes réactions à la proposition de Michel Dessoudeix pour expliquer la particularité de l'excroissance dans la pierre qu'il conçoit plus comme la représentation du gland d'un sexe masculin que de celle d'un pain, ainsi que d'une même voix, la communauté égyptologique préfère la définir.


    Et Michel Dessoudeix d'étayer son hypothèse en s'autorisant précisément de ce concept de Première fois.


     Ce qu'il recouvre, comme souhaité, je voudrais ce matin avec vous l'aborder.

 

     N'en déplaise au sempiternel mode de penser universitaire qui ne consent la naissance de la philosophie que dans la seule Grèce antique, -je l'ai déjà énoncé, mais je me plais à le répéter -, avec lui, nous sommes au coeur même d'une approche philosophique faisant partie intégrante de la réflexion idéologique des Égyptiens des temps anciens, et qui revient à poser LA question fondamentale que beaucoup, après eux, - Aristote, Platon, Descartes, Leibniz, ... - ont reprise :

 

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

 

      Question à laquelle, comme les habitants des rives du Nil, tous ont répondu en affirmant l'existence d'un dieu, un dieu créateur, un démiurge. 

 

     Si je me réfère, sources possibles mais non exhaustives, à l'immense corpus de la littérature funéraire : Textes des Pyramides, Textes des Sarcophages, Livre pour sortir au jour (encore souvent, mais erronément appelé Livre des Morts), mais aussi à quelques cosmographies comme le Livre de la Vache du Ciel et le Livre des Portes ; si j'interroge également les compositions non funéraires comme le Papyrus Salt 825, si brillamment étudié par l'égyptologue belge Philippe Derchain, l'Hymne d'Amon, conservé à Leyde, ou encore le Livre du Fayoum, je constate qu'absolument toutes ces genèses, de quelque époque et de quelque région du pays qu'elles fussent, envisageaient, avant toute vie, c'est-à-dire avant que l'Être crée le monde, la présence du NOUN. 

 

     Que cèle ce vocable ? Simplement la notion d'océan primordial, synonyme de chaos ; la notion d'entité originelle, incréé, atemporelle et illimitée, comme le professait l'égyptologue française Madame Christiane Zivie-Coche dans ses conférences à l'EPHE, - École pratique des Hautes Études -, à Paris, au début des années nonante.

 

     De ce Noun, de ces eaux et ténèbres étroitement intriquées d'où tout aurait démarré, de cette abstraction ne souffrant aucune connotation spatio-temporelle, de ce magma boueux, de ce que les textes des pyramides et des sarcophages définissent comme nature obscure, inerte, inconsistante, inconnaissable, de ce qui, avant toute chose, exista, émergea l'Être, à savoir : un dieu indifférencié - masculin et féminin à la fois -, autogène - il vint à l'existence de lui même -, créateur, - il procréa seul -, annonçant donc ce moment premier de la création, cette Première fois, ce "sep-tepy".

 

     C'est ce dont se fit l'écho un extrait du papyrus hiératique dit Bremner-Rhind, aujourd'hui conservé au British Museum de Londres (BM 10188).


 

Papyrus-Bremner-Rhind.jpg

© The Trustees of the British Museum


     Composé par un lettré de l'extrême fin du IVème siècle avant notre ère, indiscutablement excellent connaisseur des Textes des Sarcophages dans lesquels il a puisé nombre de ses citations, le document comporte, dans la quatrième de ses cinq grandes parties, un passage consacré aux transformations, aux devenirs de Rê, variations sur le verbe égyptien "kheper", que je vous invite à lire : 

 

     (Ainsi) parle le Maître de l’éternité (Atoum, ici, en l'occurrence) : lorsque je vins à l’existence, les formes d’existence existèrent. Je suis venu à l’existence en tant que manifestation de Khépri, (celui) qui vient à l’existence lors de la Première fois.

     Je vins (donc) à l’existence : c’est ainsi que L’Existence vint à l’existence car j’étais (plus) ancien que les Anciens (dieux) que j’ai créés.

 

 

     Soyez ici conscients, amis visiteurs, qu'avant que l'Être advienne, comme l'exprime ce texte, le Noun préexistait. Ou, pour gloser : le démiurge existait à l'état latent dans le Noun.


     Il n'était donc pas question, pour les Égyptiens, d'un éventuel passage du non-être à l'être : non-être ne signifiant pas néant, l'être sort de quelque chose existant déjà, c'est le Noun.

 

     Mais comment cet être incréé en est-il arrivé, lui, à créer ? 

 Ou, en termes plus philosophiques exprimé :  comment, à partir de l'Unique, parvint-on au Multiple ? 

 

     Reprenons un instant, voulez-vous, la lecture du papyrus Bremner-Rhind :


     Je suis celui qui a craché Chou et qui a expectoré Tefnout. Je suis venu à l’existence en tant que dieu unique, et voici que (...) deux dieux vinrent à l’existence dans cette terre : Chou et Tefnout, qui se réjouirent dans le Noun dans lequel ils étaient. (...) 

Je m’unis à mon propre corps, de sorte qu’ils sortirent de moi-même : après, je me suis masturbé avec mon poing. Ma « pensée-jb » vient (alors) de par ma main, et le sperme tomba dans ma bouche. J’ai (ensuite) craché Chou et expectoré Tefnout.

 

     Voici donc avancée une première possibilité de naissance du monde, avancée une première Première fois : l'éjaculation produite par l'acte masturbatoire. Mais il vous faut savoir que dans d'autres écrits cosmogoniques, vous rencontrerez d'autres types de genèse - par la parole ou par modelage sur un tour de potier ; vous rencontrerez à côté d'Atoum à Héliopolis, d'autres noms de démiurges évoqués suivant les régions du pays : Ptah à Memphis, Khnoum à Éléphantine ...

     Vous y apprendrez également que le créateur peut apparaître sous forme d'oiseau, d'ophidien, voire de batracien ...


     Mais n'oubliez jamais que, quel que soit leur aspect, tous, constitueront le point de départ d'une création qui s'amplifiera : le développement du monde n'étant possible que grâce à une différenciation des genres, la multiplication des êtres s'effectuera alors de manière tout à fait naturelle, - j'entends : par acte sexuel -, donnant ainsi naissance qui à une triade (3 dieux), qui à une ogdoade (8), qui à une ennéade (9) ...

 

     Quel qu'il soit, le démiurge de la Première fois se révèle donc source de tout ce qui adviendra par la suite en Égypte, et notamment les hommes. Grâce à ses humeurs, sperme ou salive, nous venons de le constater, il donne vie : pour les humains, les Textes des Sarcophages nous révèlent que ce seront ses larmes qui en constitueront l'origine.


     Avouez qu'au niveau des croyances, nous sommes là aux antipodes de l'homme façonné grâce à la poussière de la terre, inventé par la Bible ! 

 

     Je terminerai mon évocation de la création en insistant sur le fait qu'elle n'est nullement un acte unique et définitif : aux yeux des Égyptiens, elle se renouvelait en réalité chaque matin, à chaque lever du soleil, censé placer le monde comme il fut à son commencement, à sa Première fois.


     Concevez-la donc en tant que geste initial de mise en ordre du monde - kosmos, en grec, je le rappelle au passage, exprimant originellement une idée d'ordre -, mais aussi en tant que paradigme, qu'archétype ouvrant la voie à une infinité d'autres actes, dévolus ceux-là non plus aux dieux mais à leurs représentants sur terre, les souverains du Double Pays, aux fins de maintenir l'ordre (Maât), créé dès l'origine, dans la mesure ou le mal, le chaos (Isefet), est toujours susceptible de se représenter ... 

 

   

      Si d'aventure, d'aucuns, contrariés par l'orientation inévitablement philosophique imprimée à notre rencontre de ce jour devaient exciper de ce fallacieux prétexte pour se désintéresser de ce blog qu'ils pensaient dédié à la seule égyptologie, à ceux-là je répondrai que quel que soit le nom dont vous la pariez, quelle que soit l'étiquette que vous lui attribuiez, la philosophie se révèle partie prenante de la vie quotidienne de tout un chacun, des Égyptiens de l'Antiquité à nous-mêmes, hommes du XXIème siècle.


    

   

BIBLIOGRAPHIE

 

 

HORNUNG Erik

1998, De l'origine des choses, dans L'esprit du temps des pharaons, Paris, Hachette Littératures, Collection Pluriel n° 874, pp. 33 sqq.   

 

 

ZIVIE-COCHE Christiane

1992-93, Religion de l'Égypte ancienne - Les cosmogonies : le Noun, dans Annuaire EPHE, Vème section, tome 101, pp. 111-3.

 

1993-94, Religion de l'Égypte ancienne - Les cosmogonies : I. le Noun (suite) - II. Les caractéristiques spécifiques du créateur, dans Annuaire EPHE, Vèmesection, tome 102, pp. 129-34. 

 

1994-95, Religion de l'Égypte ancienne - Cosmogonies (suite), dans Annuaire EPHE, Vèmesection, tome 103, pp. 137-40. 

 

1995-96, Religion de l'Égypte ancienne - Un aspect de la pensée cosmogonique : l'être et la fonction du démiurge, dans Annuaire EPHE, Vèmesection, tome 104, pp. 179-83. 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

christiana 08/03/2014 18:46

Moi, comme sculptrice j'aime bien l'idée de la bible que Adam a été moulé dans l'argile et celle qui en découle à la Renaissance où les artistes sculpteur considéraient la terre comme mère de tous
les arts... Mais bien sûr, je ne suis pas objective :-)

Richard LEJEUNE 10/03/2014 09:47



     D'accord avec toi, Christiana : l'explication biblique peut déboucher sur une certaine poésie à laquelle des artistes comme toi sont plus
sensibles ...


 


     Ma remarque, dans cet article, n'avait évidemment aucune connotation négative et encore moins d'exclusion d'une théorie au profit d'une autre :
elle mettait simplement l'accent sur deux conceptions bien distinctes en prenant appui sur celle que notre éducation judéo-chrétienne nous a apprise.


 


     Il serait d'ailleurs intéressant - étude que je n'ai pas menée, mais peut-être existe-t-elle par ailleurs -, de mettre en parallèle les
différentes interprétations de cet événement primordial à travers toutes les civilisations qui se sont succédé sur notre planète ... 



christiana 08/03/2014 10:02

De retour de vacances, je reprends contact avec les blogs amis. J'ai pris un peu de retard mais je reviendrai lire tout cela dès que j'aurai défait mes valises. A très bientôt.

Richard LEJEUNE 08/03/2014 10:57



     A ta meilleure convenance, Christiana.


 


     Si tu prends la peine de remonter jusqu'à l'audacieuse hypothèse dont je fais part dans mon intervention du 18 févier, et, surtout, de lire les
commentaires autorisés qu'elle a entraînés, je te promets un débat passionnant ... dans lequel, peut-être, tu auras envie de t'insérer. 



FAN 03/03/2014 17:04

En lisant tous les commentaires, je me glisse gentiment en pensée sur ceux d'Alain et de Louvre passion! Bien sur, je suis aussi d'accord avec la phrase de Michel Onfray que vous avez écrite en
réponse à Alain! Hormis ces réflexions, il est très intéressant d'apprendre ce que pensaient les Egyptiens de la "première fois" et j'aime aussi cette manière romantique de se dire que tous les
matins sont la "première fois"! Je vous souhaite un excellent congé de carnaval, cher Richard BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 08/03/2014 10:34



     Un soleil inespéré fut et est toujours au rendez-vous : le congé se termine en beauté.


Merci chère Fan pour vos voeux en quelque sorte prémonitoires.


 


     A bientôt. 



Carole 26/02/2014 19:57

J'aime beaucoup cette idée d'une création chaque matin renouvelée. C'est le premier matin du monde tous les matins.

Richard LEJEUNE 27/02/2014 08:29



     Moi aussi Carole, cette conception m'agrée ...


 


     Et je me plais à rêver que si, mutatis mutandis, les hommes de notre XXIème siècle pouvaient l'appliquer à leurs actes quotidiens, si
tous les matins ils pouvaient, comme les Égyptiens voyant renaître Râ, se sentir heureux de la belle lumière de ce soleil qui revient, ils ne penseraient peut-être pas à haïr leurs semblables
avec autant de ferveur ...



J-P.Silvestre 26/02/2014 18:40

Entièrement d'accord, également, avec votre réponse à Alain (et la citation de Michel Onfray)Je ne les ai lus qu'après avoir rédigé mon propre commentaire...

Richard LEJEUNE 27/02/2014 08:21



     Vous connaissant quelque peu virtuellement, je me doutais bien que vous adhériez, Jean-Pierre.



Etienne Rémy 26/02/2014 02:06

Merci Richard, je lis ça dès que possible!

Mais moi aussi je procrastine beaucoup en ce moment car en plein dans la conférence...

Amitiés,
Etienne

Richard LEJEUNE 26/02/2014 07:01



     A ta meilleure convenance, Étienne ...



Louvre-passion 25/02/2014 21:11

Je souscrit tout à fait à ton initiative consistant à rappeler (la pédagogie c'est l'art de répéter) que la philosophie pré-existait à la Grèce antique.
Et tu as raison de souligner l'antériorité de l'Egypte dans ce domaine.

Richard LEJEUNE 26/02/2014 11:12



     C'est un de mes chevaux de bataille, oui, effectivement et tout le monde l'aura remarqué, notamment avec cet ancien article dans lequel j'avais même égratigné Michel Onfray ...



J-P.Silvestre 25/02/2014 16:42

Entièrement d'accord avec le commentaire d'Alain, le bien nommé...

Richard LEJEUNE 26/02/2014 07:07



     Ainsi qu'avec la réponse que je lui ai adressée, partant, avec Michel Onfray ??



Selkis-C@t 25/02/2014 14:11

Je ne vois pas l'image... suis-je la seule?
Merci pour la découverte de ce poète belge.

Richard LEJEUNE 25/02/2014 16:09



     Bizarre, Selkis.


 


     Partant de notre Forum, je viens de tester : la photographie du papyrus Bremner-Rhind apparaît bien et tous les liens que je propose dans
l'intervention sont valides.



Alain 25/02/2014 12:44

Je suis toujours fasciné, dans les différentes cosmogonies ayant tentées d’expliquer la vie jusqu’à nos jours, la fertilité de l’imagination humaine.
Comment expliquer ce quelque chose qui nous a fait à partir de rien ? Chaque civilisation a utilisé ses mots et formé des hypothèses : Noun, Première fois, Dieux, Genèse… Darwin parlait de mares
chaudes ayant été les lieux où une chimie active avait donné naissance à la vie…
Aujourd’hui, notre imaginaire forme les éléments d’une cosmogonie moderne s’approchant d’une complexité scientifique d’origine terrestre ou extra-terrestre, et l’hypothèse ancienne énonçant que la
vie ait pu apparaître spontanément sur la terre paraît totalement improbable. Pourtant, les mythes, religions perdurent, et se satisfont sans problème de la théorie de la génération spontanée de
nos ancêtres.
N’arriverions-nous pas à intégrer la révolution scientifique dans nos esprits ? Est-ce trop récent ?
Vaste question ! Quelle est ta philosophie à ce sujet ?

Richard LEJEUNE 25/02/2014 18:09



     La majorité d'entre nous, Alain, a besoin de croire, d'avoir toute prémâchée la réponse à un éventuel questionnement. Pour autant que certains se
posent encore des questions !


Et cela, maintenant autant - si pas plus - qu'avant. 


 


     Permets-moi, à nouveau, une phrase de Michel Onfray (Le magnétisme des solstices. Journal hédoniste V, Paris, Flammarion, 2013, p. 290)
qui résume parfaitement ma pensée en la matière :


 


     Les hommes préfèrent un discours peut-être faux qui rassure et sécurise à une sagesse juste qui inquiète et angoisse parce qu'elle renvoie
chacun à lui-même, au bon usage de sa liberté, à la construction de son existence, à la sculpture de soi. Plutôt fou avec Dieu que sage sans lui : voilà le mot d'ordre du croyant ; plutôt sage
sans Dieu que fou avec lui, affirme pour sa part le laïc.


 


     Je souscris entièrement.


 


     Ceci posé, ce n'est pas parce que je ne crois en aucune de ces fables d'explication du monde que je ne puis évoquer les croyances égyptiennes !
Mais je tente - sauf ici, pour répondre à mes lecteurs -, de ne rien laisser transparaître de mes propres opinions dans mes interventions. 



Etienne Rémy 25/02/2014 02:19

Merci Richard d'avoir précisé ce terme mystérieux pour moi, mais après t'avoir lu; je connaissais les différentes créations et cosmogonies.

Mais dans les textes comme le papyrus que tu cites, ce terme sep tepy signifie que le démiurge transmet la vie?

est-ce que tu aurais une traduction complète de ce papyrus?
Comment traduit-on ce terme?

Bon congès de carnaval!
Amitiés,
Etienne.

Richard LEJEUNE 25/02/2014 08:32



     Oui, Etienne, comme je l'ai écrit, ce que les Égyptiens appelaient le "sep tepy", ce que nous traduisons en français par Première fois, c'est bien le premier stade de la création. Et j'ai ajouté : avant le temps des dieux, des hommes et des choses.


Car si je prends Atoum comme exemple, le texte que j'ai choisi indique bien que sa semence donne la vie à deux autres dieux, Chou et Tefnout.





     A partir d'eux, comme je l'ai également indiqué, ce sera l'acte sexuel qui transmettra la vie ...


 


     De l'intégralité du papyrus Bremner-Rhind, je n'ai pas de traduction complète.


En revanche, du sujet qui nous occupe, je te propose avec le lien ci-après la traduction française de Youri Volokhine, d'après celle de Faulkner (lien que j'ai
fourni en cliquant sur Bremner-Rhind dans l'article) :


 


http://icp.ge.ch/dip/fc/IMG/pdf/PO373Bremner-rhind-1.pdf 


 


 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages