Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 23:02

 

 

    Souvenez-vous, amis visiteurs, j'y avais consacré l'intégralité d'un article préliminaire publié ici même mardi dernier : le Musée royal de Mariemont, établissement scientifique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s'offre le luxe peu commun de proposer six mois durant, - du 21 mai au 20 novembre 2016 très exactement -, trois expositions à la mythologie consacrées, dont deux plus précisément dédiées à celle de l'Égypte ancienne : quoi de plus normal que cette mise en évidence d'une civilisation spécifique me direz-vous puisque, mesurée à l'aune de notre "petite" Belgique, la collection des pièces égyptiennes exposées en permanence à Mariemont constitue la deuxième d'importance, après bien évidemment celle des Musées royaux d'Art et d'Histoire (M.R.A.H.), de Bruxelles. 

 

     Souvenez-vous également que je vous avais promis en vous quittant la semaine dernière que, puisque j'avais l'honneur d'être invité à la conférence de presse du jeudi 19 mai, suivie des visites des trois expositions commentées par leurs commissaires respectifs, je prévoyais dès cette semaine de vous rendre compte de deux d'entre elles, choisissant, vous vous en doutez,  celles ayant l'Égypte pour toile de fond.

 

     Soyez conscients que mon ambition ne sera nullement de tutoyer l'exhaustivité, à l'instar de nos anciennes pérégrinations au sein du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre quand, huit années durant, j'ai détaillé pour vous chacun des objets dans chacune des vitrines de chacune des cinq premières salles.

    

     Ce que je souhaite en réalité, par le verbe et l'image, - celle de mes coups de coeur surtout, - démarche subjective s'il en est, je vous l'accorde -, c'est inciter la plus grande partie possible d'entre vous à céder à l'envie latente de venir jusqu'en terres wallonnes, à Morlanwelz, en province de Hainaut pour, de visu, constater que mes propos à venir, loin de sacrifier à une quelconque démarche publicitaire ou commerciale, loin de jouer le thuriféraire de circonstance, reflètent sincèrement l'enthousiasme qui fut mien pour les oeuvres, connues ou découvertes que j'ai admirées à Mariemont jeudi dernier mais aussi pour les connaissances nouvelles que j'y ai acquises et qu'avec ceux qui n'auront malheureusement pas l'opportunité de s'y rendre, j'aimerais dès à présent partager.

 

     

"Stargate" - "Porte des Étoiles", reconstituée au milieu du plan d'eau, devant le Musée

"Stargate" - "Porte des Étoiles", reconstituée au milieu du plan d'eau, devant le Musée

  

       Si, notamment en cliquant dessus pour l'agrandir, vous regardez attentivement la photo ci-avant, vous remarquerez qu'elle est cadrée de manière telle que cette "Porte des étoiles", même si intrinsèquement elle n'illustre qu'un seul des événements annoncés, s'ouvre sur la perspective des deux expositions égyptologiques.

 

     Sans plus attendre, il me siérait ce matin de vous les présenter sous le seul angle du cheminement des thématiques abordées au sein de chacune d'elles, réservant à nos prochains rendez-vous, le soin de les détailler en peaufinant mes propos.   

 

    Au deuxième étage du Musée, l'imposant escalier gravi, - "réservé" aux sportifs (et sportives, n'est-ce pas Mélanie ?) dédaignant l'ascenseur avec superbe condescendance -, 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

c'est Amenhotep II qui, au haut des marches, vous accueille, - mais non, Arnaud, je ne t'ai pas confondu avec le pharaon quand tu as entamé, toi, tes explications et moi pas encore la bouteille de ce bien agréable Muscat servi au buffet qui suivit la visite en ta compagnie. 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

Un Amenhotep II figuré sous l'aspect d'un faucon,

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

 - le dieu bon, Maître des Deux-Terres, Âakheperourê, aimé d'Horus

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

ainsi que, au-dessus de la formule d'offrande à Horus adressée par le prêtre-ouab Ahmès sur la face antérieure du socle, l'identifient les hiéroglyphes et le cartouche incisés sur le plat, devant les serres du rapace divin.

 

     En calcaire, haut de plus de quatre-vingts centimètres, piédestal de 14 compris, (MRM - Inv. B. 126), il fut exhumé en plusiseurs fragments à Abydos, dans la nécropole d'Oumm el-Qaab lors de la campagne de fouilles françaises de 1895-96 dirigée par l'archéologue Émile Amélineau (1850-1915).

 

     Ainsi mis en évidence à l'entrée de l'exposition qu'a imaginée Arnaud Quertinmont, Égyptologue, Docteur en Histoire, Art et Archéologie et Conservateur du Département Égypte/Proche-Orient au Musée de Mariemont, cet Horus faucon sur la tête duquel repose le pschent, comprenez la couronne réunissant celle de Haute-Égypte à celle de Basse-Égypte, métaphore visuelle de la légitimité et de la puissance sur le Double-Pays, - l'Égypte du Nord autant que celle du Sud -, accordée par les dieux à Amenhotep II, roi de la XVIIIème dynastie ; cet Horus hiéracocéphale, une des premières divinités du complexe panthéon égyptien ; cet Horus faucon, fils d'Osiris, protecteur de la royauté auquel le souverain en titre est assimilé, vous invite en quelque sorte à pénétrer en sa compagnie dans le monde des dieux, des génies et des démons de la mythologie égyptienne et, secondé par d'autres divinités, répondra tout au long de cette exposition aux diverses questions que vous vous posez sur les différentes cosmogonies expliquant leur création du monde, sur la notion de "dieu", sur ce qu'il est convenu d'appeler les génies et les démons, sur les rôles inhérents à tous ces personnages, etc.

 

    Comme également y répondra, soyez-en persuadés, ce qu'il est convenu d'appeler "catalogue" qui, sous la direction d'Arnaud Quertinmont toujours, collige les interventions de grands noms de l'égyptologie contemporaine, belge autant que française, mais aussi allemande, suisse et californienne et qui, bien plus qu'un simple catalogue d'exposition, constitue un véritable ouvrage d'art de quelque 380 pages, - publié conjointement par le Musée de Mariemont et les éditions Somogy, s'il vous plaît ! -, et de référence tant par l'iconographie présente que par les études proposées, regoupées en trois grandes sections :

 

"Qui est dieu ?" ; 

"Nommer et représenter les dieux" ;

"Que font les dieux ?"  

 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

     Et comme y répondront aussi à leur manière particulière car placé sous un éclairage franchement contemporain d'autres artefacts que vous découvrirez dans la galerie du rez-de-chaussée : là réside l'idée géniale dont il faut créditer, et féliciter, les concepteurs de ce semestre égyptologique à Mariemont, Bertrand Federinov, Licencié en Histoire et diplômé en Sciences du livre, Conservateur du fonds ancien de la Réserve précieuse et Responsable de la bibliothèque documentaire du Musée, et à nouveau Arnaud Quertimont, tous deux commissaires de la deuxième exposition, tous deux férus de culture geek, entendez dans ce cas précis de films, de bandes dessinées et de jeux, vidéo ou de rôle, ressortissant au domaine de la science-fiction et du fantastique dans lesquels interviennent notamment des dieux égyptiens.

  

    C'est rappelez-vous, la raison pour laquelle, sans heureusement devoir traverser le plan d'eau pour y accéder, nous interpella ce matin cette gigantesque, et intriguante pour d'aucuns, "Porte des étoiles" 

 

       

 

     

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 1. PRÉAMBULES

 

dont l'anneau rotatif central est couvert de symboles qui, sans que nous soyons obligés de le manipuler aux fins que l'un d'entre eux vienne correspondre avec un des chevrons de l'immense anneau extérieur, nous transportera d'office sur cette autre grande constellation matérialisée par la deuxième exposition.

 

     Avant de consacrer tout ou partie du mois de juin à parcourir celle du second étage dont, ce matin, je ne vous ai brossé que les très grandes lignes, je vous propose amis visiteurs, pour autant que "De Stargate TM aux Comics. Les dieux égyptiens dans la culture geek" constitue un sujet qui également vous intéresse, de me rejoindre ici-même le mardi 31 mai prochain. 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

DELVAUX LUC

Faucon, dans DERRIKS Claire/ DELVAUX Luc, Antiquités égyptiennes au Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, 2009, notice pp. 67-71 

 

 

QUERTINMONT Arnaud

Statue d'Horus, dans QUERTINMONT Arnaud, Dieux, génies et démons en Égypte ancienne, Paris, Somogy Éditions d'Art / Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, 2016, notice catalogue 40, pp. 162-3.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Christiana 27/05/2016 14:47

Jean-Pierre se demande ce que deviendront dans deux mille ans, nos livres, nos partitions, nos tableaux et les fragiles édifices que nous construisons ? Mais pire encore, que deviendra notre culture stockée sur clés USB, disques durs, cloud computing, et autres supports numériques? Déjà le CD que l'on disait indestructible s'est abîmé très vite et a été remplacé, les données étant devenues illisibles... je crains qu'il ne reste rien de nous dans l'avenir.
Merci pour l'éventail d'expositions et le catalogue détaillé.
J'aurais bien pris un petit verre de muscat moi!

Richard LEJEUNE 30/05/2016 07:37

Certes, Christiana, mais moi j'évoquais les aspects positifs d'une civilisation : les créations artistiques, notamment ; en fait, tout ce que l'on retient aujourd'hui des civilisations passées, plutôt que les côtés sombres que toutes, pourtant, connurent ...

Christiana 28/05/2016 11:07

Ce que nous laisserons à coup sûr pour des centaines d'années, ce sont des déchets nucléaires... belles traces de notre civilisation...

Richard LEJEUNE 28/05/2016 07:31

Je ne partage pas ton pessimisme, Christiana : je pense qu'une technologie quelconque, - peut-être une encore à inventer d'ailleurs -, pérennisera notre civilisation. Indéniablement, toutes celles qui nous ont précédés furent mortelles et la nôtre également disparaîtra, mais toutes ont laissé des traces de leur présence sur terre ; et, peu ou prou, d'une quelconque manière, la nôtre en laissera également ...

FAN 26/05/2016 19:01

Pas eu trop le temps de laisser un ti com!! j'adore l'affiche avec se personnage dont on ne connait pas le nom et cet HORUS impressionnant!! Vous allez pouvoir, cher Richard vous "régaler" et partager vos connaissances et impressions sur cet événement Belge! Bisous Fan

Richard LEJEUNE 27/05/2016 07:51

Je me suis effectivement régalé, chère Fan, en visitant ces deux expositions sous l'égide de leurs commissaires respectifs ...

Sur l'affiche officielle de l'exposition comme sur la page de couverture du catalogue que je présente ci-dessus, vous pouvez admirer une figuration de Bès, le dieu de la gestation, des parturientes qui, en outre, est censé prodiguer des soins nourriciers aux nouveau-nés.

Cette statuette inédite date de la Troisième Période Intermédiaire et appartient à un collectionneur privé.

François 25/05/2016 18:20

Chic !
Me revoilà plongé avec délices dans tes pérégrinations, Cher Richard, curieux de poursuivre cette visite, déjà alléché par cette mise en bouche...
Ravi aussi de croiser ici les amis Yopi ;-))
Mardi prochain me retrouvera fidèle au poste !
Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 25/05/2016 21:49

Merci François.
Heureux, pour ce qui me concerne, de pouvoir à nouveau capter ton attention ... avec ce qui se passe en Belgique !

Jean-Pierre 24/05/2016 19:59

C'est grâce à la pierre, imputrescible, inaltérable, que les Egyptiens nous ont laissé d'aussi nombreux témoignages de leur civilisation. nous risquons de ne pas en laisser autant à nos descendants. Que seront devenus, dans deux mille ans, nos livres, nos partitions, nos tableaux et les fragiles édifices que nous construisons ?

Richard LEJEUNE 26/05/2016 12:47

Ce que nous laisserons en guise de témoignages, Jean-Pierre, je ne sais trop : tout dépendra aussi de ce que les guerres de l'avenir permettront de conserver ou de protéger : je pense que ne sera plus tout ce qui fit la gloire de la résistance à l'ennemi, durant la Seconde Guerre mondiale quand, pour ne prendre que ce seul exemple, le Louvre exila dans divers châteaux français la majorité de ses œuvres emblématiques ...
En revanche, pour ce qui concerne l'Égypte, j'aimerais insister à nouveau sur le fait qu'ils construisirent leur habitat quotidien en briques crues, donc putrescible et altérable, préférant réserver l'inaltérabilité à leurs demeures d'éternité - entendez leurs tombeaux - censés les protéger et leur assurer un au-delà inviolable.
Malheureusement pour eux, pillards et archéologues modifièrent la donne !

SiM 24/05/2016 14:46

Ton présent article déchaîne notre impatience, nous suivrons avec hâte et curiosité ce superbe faucon d'Amenhotep II chez les dieux, les génies et les démons.
L'ayant appelé "Amenophis" durant de longues années il me faut lui rendre son nom égyptien mais cela ne m'est pas naturel.
Les comics seront ma récompense.
Avec nos amicales pensées.
Simone (et François)

Richard LEJEUNE 24/05/2016 15:07

Que je suis heureux de te retrouver, Simone !
J'avais pris de tes nouvelles auprès de François mais maintenant que je te lis "en direct", je suis complètement rassuré car te présume en meilleure forme.

Déchaînant, par mon présent article, votre impatience à connaître la suite de ma journée à Mariemont, je risque de vous décevoir dans la mesure où je conserve mon rythme de publication chaque mardi. De sorte que la semaine prochaine, j'entamerai comme précisé ce matin la relation de l'exposition "De Stargate aux comics" en commençant par les productions cinématographiques ayant les dieux égyptiens en guise de toile de fond et que le mardi suivant seulement, soit le 7 juin, j'aborderai la partie de l'exposition qui se penche sur la bande dessinée, les comics, et les jeux ...
Encore quinze jours de patience, chère Simone.

Amitiés,
Richard

Etienne Rémy 24/05/2016 00:13

Je passe la porte des etoiles et ferai le voyage Lorraine/Hainaut avec Arnaud et tou Richard avec grand plaisir!!!
Un régal de te lire cher ouvreur des chemins!
Amitiés fidèles!
Etienne.

Richard LEJEUNE 24/05/2016 07:19

Merci pour cette fidélité sans faille, Étienne, ici et sur FB.
Et bon voyage !

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages