Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 00:00

 

 

     Parmi les animaux des rives du Nil qui ont jadis effectué le voyage vers celles de la Seine ou, plus exactement, vers la salle 3 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre qui les borde, le long du quai François Mitterrand, et que nous avions déjà rencontrés, souvenez-vous amis visiteurs fidèles de ce blog, en juin 2008, certains s'en sont pour un temps échappé en quelques bonds aux fins de s'exposer à Lens, illustrant eux aussi avec délicatesse et élégance l'éclectisme de la faune lacustre et celui des rituels dont ils furent les héros désignés.

     Il me siérait, aujourd'hui et ce prochain samedi alors qu'il ne vous reste plus que quelques jours jusqu'au 9 mars pour aller les saluer, d'en évoquer l'un ou l'autre, en commençant ce matin par vraisemblablement les plus petits d'entre eux : les batraciens. 

  

     Il vous faut savoir que dès l'époque prédynastique, et bien évidemment avec d'autres figurines d'animaux, la grenouille fit partie du mobilier funéraire déposé dans les tombes.

 

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

 

(Grenouille en bois - Louvre E 17364 - © C. Décamps)

 

 

     Et que, l'usage s'étant instauré, les égyptologues en retrouvèrent en faïence dans les sanctuaires égyptiens datant déjà de la Ière dynastie, offertes comme ex-voto en quête de fertilité.

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

 

      (Grenouille - Faïence siliceuse - Louvre AF 11513 - © C. Décamps) 

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

      (Grenouille - Faïence siliceuse - Louvte AF 11514 - © C. Décamps) 

 

 

     A leur propos, permettez-moi de préciser que si leurs représentations n'autorisent pas toujours la distinction effective des espèces, je puis néanmoins affirmer que la grenouille possédait une valeur sémantique bien déterminée : parce qu’elle était issue des eaux - donc éventuellement des eaux primordiales chères à la cosmogonie égyptienne -, elle fut dès l’époque archaïque en étroite relation avec l’apparition de la vie, partant, de la procréation.

 

     Raison pour laquelle, dans l'écriture égyptienne, le dessin la représentant entra dans la composition de l'expression "vivant à nouveau", que l'on trouvait parfois gravée dans une tombe, suivant immédiatement le nom du défunt. 

 

      Et que celui du tétard, en quantité impressionnante dans les flaques ou d’autres eaux

stagnantes, fut retenu, comme l'expliquait à son cours d'égyptien hiéroglyphique, Michel

Malaise, mon Professeur à l'Université de Liège, pour noter, à partir du Nouvel Empire, le

nombre 100 000. 

 

 

     Dispensatrice de vie, la grenouille fut assimilée à la déesse accoucheuse Heket, figurée soit sous l'aspect d'une femme à tête de grenouille, soit plus simplement, sous celui de la grenouille elle-même.

 

     Parèdre de Khnoum, le dieu potier qui modèle l’enfant divin sur son tour, elle donnait souffle de vie en tendant le signe "ânkh" en direction du visage du petit être en devenir que Khnoum créait.

 

     A Lens, en plus des exemplaires en faïence datant du Nouvel Empire que je vous ai présentés ci-avant, vous pourrez également admirer une grenouille en cornaline (E 22720

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

 

et une en basalte (AF 2 549), retrouvée à Tanis, dans le delta oriental, datant pour sa part de la Basse Époque.

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

     Symbole de forces vivifiantes, Heket fut évidemment associée aux défunts dont elle permettait la régénération, la reviviscence dans l'Au-delà : c'est ce qui motive la présence de cette adorable petite grenouille bleue

DES ANIMAUX ET DES PHARAONS - XXIV. - LA FAUNE NILOTIQUE : 1. DES BATRACIENS ...

 

négligemment posée à l'extrémité d'une branche de potamot sur un fragment de calcaire peint (E 26092) représentant une scène de pêche dans les marais nilotiques, environnement dont vous ne pouvez décemment plus ignorer maintenant que vous êtes des fidèles d'ÉgyptoMusée toute la symbolique en rapport avec la renaissance des trépassés.

     (De ce bas-relief venant du Louvre, également exposé à Lens jusqu'au 9 mars prochain, je vous entretiendrai lors de notre tout prochain rendez-vous.)

 

     N'oublions pas que, du têtard à l'âge adulte, la grenouille subit d'importantes transformations, d'où sa présence tout à fait appropriée aux côtés des morts pour leur "annoncer" leur métamorphose à venir dans le royaume d'Osiris.   

 

     Elle  était également censée participer à l'avènement du monde, ainsi qu'à l'apparition de la tant attendue crue du Nil : elle avait donc partie liée avec certaines des fêtes agraires, dont celle du Nouvel An, vers le 19 juillet, quand tout à la fois fleuve, soleil et défunts reprennent vie.  

 

     Toute cette symbolique perdura d'ailleurs bien au-delà de l’Égypte pharaonique : ainsi  dans l'Alexandrie ptolémaïque, au sein de la nécropole de Gabarri, furent exhumées de nombreuses lampes à huile agrémentées de figurations de grenouilles. 

 

    Et ne connaît-on pas, datant de l'époque chrétienne, une lampe à huile où se lisent ces mots, en grec : "Je suis la résurrection

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE 

 

 

DERCHAIN Philippe

A propos d’une grenouille, RdE 30, Paris, Klincksieck, 1978, pp. 65-6.

 

 

MALAISE Michel,

La perception du monde animal dans l'Égypte ancienne, dans Anthropozoologica n° 7,  1987, p. 36.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article

commentaires

jamot 06/03/2015 07:58

un point de detail: sur l'antienne classique page blanche , sur celle d'overblog le lendemain l(article est present.a+Avez vous pu regler vos differents? Bien cordialement

Richard LEJEUNE 06/03/2015 15:01

En réponse à certains commentaires reçus depuis qu'Overblog a effectué le transfert de mes articles sur la nouvelle version, je ne me suis pas privé d'écrire tout le bien que j'en pensais.
Aucun différend entre Obverblog et moi, rassurez-vous, Monsieur Jamot.

Nonobstant, il faut que mon "nouveau" blog et moi apprenions à mieux nous connaître.
En effet, j'ai parfois avancé la date de parution des brouillons d'articles que j'avais préparés,de sorte que n'en tenant pas compte pour une raison que j'ignore encore, Overblog en a publiés erronément avec page blanche à l'appui.
Petit inconvénient auquel j'ai appris maintenant à remédier en ne datant plus préalablement mes brouillons !

Merci de ce retour et du regard attentif qui a été vôtre en la matière.

christiana 05/03/2015 18:18

Ton article est tout à fait d'actualité Richard.
C'est la saison de reproduction des grenouilles.
Derrière chez moi, le bois de la Vecquée compte une zone humide, c'est la fameuse mare aux joncs, un écosystème où viennent se reproduire des milliers de batraciens. Mais avant les galipettes, ils doivent traverser une route mortelle. Protection Nature Seraing compte désormais une dizaine de membres actifs rejoints par de nombreux autres sympathisants de toute la région liégeoise lorsqu'il s'agit de sauver les batraciens, à la fin de chaque hiver. Car lors des migrations de fraie, ces animaux doivent traverser la très fréquentée avenue du Ban. Cette chaussée constituait un obstacle quasi infranchissable pour les batraciens. Aujourd'hui, grâce à leur action, des barrages guident les grenouillent vers un tunnel qui leur permet de franchir la voirie.
Et je peux te dire que ça grouille d'œufs dans la mare!

Richard LEJEUNE 07/03/2015 10:28

Merci pour cette précision sémantique, Christiana, qui, en portant l'éclairage sur une autre des acceptions du terme "ban", annihile mon jeu de mots précédent.

Sniff ... :)

christiana 07/03/2015 10:22

Non, non, les grenouilles ne sont pas mises au ban de la société... au contraire! Il s'agit d'un ban dans le sens d'une ovation! Et un passage souterrain creusé sous la route rien que pour elles!

Richard LEJEUNE 06/03/2015 14:51

C'est évidemment un hasard si cette mise en lumière des batraciens égyptiens intervient dans un contexte chronologique aussi précis, Christiana.
C'est tout aussi un hasard si l'avenue à laquelle tu fais ici allusion et dont le trafic empêche un passage sécurisé pour les grenouilles de ton quartier, - comme chantait Brel à propos des singes !) -, s'appelle "du Ban". Les voilà donc refoulées, ces pauvres bêtes, les voilà mises au ban de la société ...
Merci pour cette bien sympathique évocation d'une tranche de vie des grenouilles sérésiennes ...

FAN 05/03/2015 17:15

Cher Richard, merci de nous présenter ces charmantes grenouilles, qui, elles, ne semblent pas faire partie de sacrifices rituels!! On ne mangeait pas encore leur cuisses!! J'aime aussi les grenouilles pour en faire des objets décoratifs et la petit "turquoise" est ravissante, je vais sans doute une modeler une!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 06/03/2015 14:43

Toujours ce regard d'artiste ! Merci Fan ...
Quand nous exposerez-vous vos oeuvres ?

Il semblerait en effet que les grenouilles n'aient pas connu ces sacrifices dont beaucoup d'autres animaux ont été victimes !
Je n'ai pas plus retrouvé de traces d'un quelconque plat de cuisses de grenouilles

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages