Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 00:00

 

     Cette pause égyptologique que mon blog nous offre opportunément à vous et moi à l'occasion de la semaine du congé de Carnaval belge ne pouvait, vous vous en doutez, constituer à mes yeux un abandon complet. Aussi, avant de vous quitter en vue de ces quelques jours festifs, avais-je programmé pour ce jeudi 10 mars un petit rendez-vous exceptionnel aux fins de vous emmener à Liège, et plus précisément en sa cathédrale 

 


-03-03-2011--043.jpg

 

    

dans laquelle, contrastant indubitablement avec la relative sévérité des lignes environnantes, trône une  flamboyante chaire de vérité de quelque dix-sept mètres de haut, conçue dans le parfait esprit néo-gothique du milieu du XIXème siècle, faisant s'élever et tournoyer arcades, arcs-boutants, contreforts et pinacles tous plus ouvragés les uns que les autres.  

 

 

     Rassurez-vous, amis lecteurs, je n'ai pas tout à coup cessé d'amender le champ de mes conceptions agnostiques pour me convertir à quoi ou à qui que ce soit, sinon peut-être, au seul chant du Beau à l'état pur, comme déjà en septembre 2009, avec cette Marie due à l'excellence du ciseau de Michel-Ange, si peu connue du grand public et qui émeut toujours autant de sa présence les touristes visitant l'église Notre-Dame de Bruges.

 

     Après celle de Marie, c'est en fait de la beauté du diable qu'aujourd'hui, au sein de cette rubrique intitulée "RichArt",  j'aimerais vous entretenir.

 

 

 

J'ai trouvé la définition du Beau, — de mon Beau.

Cest quelque chose d'ardent et de triste  (...) 

Je ne prétends pas que la Joie ne puisse pas s'associer avec la Beauté, mais je dis que la Joie [en] est un des ornements les plus vulgaires ; — tandis que la Mélancolie en est pour ainsi dire l'illustre compagne, à ce point que je ne conçois guère (mon cerveau serait- il un miroir ensorcelé?) un type de Beauté où il n'y ait pas du Malheur. — Appuyé sur, — dautres diraient : obsédé par — ces idées, on conçoit qu'il me serait difficile de ne pas conclure que le plus parfait type de Beauté virile est Satan ...

 

 

Charles  BAUDELAIRE

Journaux intimes, Fusées, X.


 

 

     Ce remarquable ouvrage d'ébénisterie tout en chêne qu'est la chaire de vérité de la cathédrale saint Paul de Liège, symbolisant, selon le cartel qui l'accompagne, le triomphe de la Religion en thèmes et figures émanant des deux testaments, propose la vision, depuis la nef centrale comme le révèle mon cliché ci-dessus, d'imposantes statues de marbre blanc de différents saints  : deux patrons de la ville et deux apôtres, dont Paul, qui donna son nom à la collégiale elle-même, devenue officiellement cathédrale en 1803, après la destruction, par les révolutionnaires liégeois dès 1794, de celle qui occupait l'actuelle place Saint Lambert.

 

     Mais ce n'est point vers ces personnages-là que nous dirigerons nos pas ce matin, mais plutôt vers celui, qui, tout à l'opposé, apparaît quand d'aventure on prend la peine de contourner le monument  jusqu'au double escalier et d'ainsi aller le débusquer sur son rocher, baigné de la franche lumière du soleil d'une journée de mars pénétrant par une des deux fenêtres ogivales qui lui font face. 

 

     Quand, voici bien des années, encore jeune étudiant, sur les instances de notre professeur d'Histoire de l'Art qui s'était bien gardé de nous en préciser l'emplacement exact et nous avait simplement cité le nom de son créateur,

 

-03-03-2011--051.jpg

 

 

il me fallut le découvrir, je pense que vous aurez compris que, planté au milieu du vaisseau central, je ne le vis pas d'un premier regard circulaire. Je me dirigeai jusqu'au choeur, cherchai vainement dans ses chapelles latérales avant d'avoir la présence d'esprit de circuler dans le collatéral de droite, derrière la chaire de vérité entièrement sculptée par ce même grand artiste.

 

     Né dans la région d'Anvers, Guillaume Geefs (1805-1883) eut la chance d'être remarqué par Léopold Ier, duc de Saxe-Cobourg-Gotha devenu roi de la toute jeune Belgique qui en fit son statuaire attitré. Si nombre de ses oeuvres se retrouvent dans notre pays - je pense, par exemple, au monument élevé à la gloire des Révolutionnaires de 1830 qui furent à l'origine de notre indépendance, sur la petite place des Martyrs, à Bruxelles ; à diverses statues du souverain lui-même dont celle couronnant la Colonne du Congrès, à Bruxelles également ; sans oublier, on le sait peut-être un peu moins, le tombeau de la célèbre cantatrice d'origine espagnole Maria Malibran, au cimetière de Laeken -, deux d'entre elles sont bien connues des Liégeois puisque l'une, en bronze, datant de 1842,  située devant l'Opéra royal de Wallonie place de la République française honore notre grand compositeur André Modeste Grétry dont elle contient le coeur et l'autre, de 1848, que je vous propose de découvrir dans un court instant. 


 

     Il faut savoir qu'au point de départ, c'est à son propre frère, Joseph Geefs (1808-1885), lui aussi artiste de grand renom, que fut passé commande d'une statue personnifiant Lucifer, le Génie du Mal.


     Cette oeuvre mettant en scène un adonis dans la plus pure tradition de l'époque romantique attirée par la beauté de l'ange déchu choqua dès son installation dans la cathédrale en 1843, un peu comme au XVIème siècle, un saint Sébastien nu, oeuvre aujourd'hui perdue du peintre Fra Bartolomeo qui, raconte Vasari à la page 97 du volume 4 de ses Vies des plus illustres peintres, sculpteurs et architectes italiens, obligea les frères à le retirer de l'église après avoir reçu la confession de certaines pénitentes avouant que le talent de l'artiste qui avait donné vie à la beauté lascive du modèle les portait au péché.

 

 

     A Liège, la juvénilité du corps de cet éphèbe, trop beau, trop nu aussi peut-être dans cet écrin ailé, surtout de dos, contemplant, songeur, un serpent à ses pieds, déplut au Conseil de fabrique. De sorte que la statue fut elle aussi soustraite aux regards concupiscents des paroissiennes et fut quelque cinq années plus tard remplacée par  une autre, demandée cette fois à Guillaume.

 

     Actuellement, le marbre de Joseph se trouve exposé dans la salle des sculptures des Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles alors que celui de son frère a bel et bien été conservé dans la cathédrale de Liège.

 

     L'étonnant, dans toutes ces péripéties, c'est que l'oeuvre de Guillaume Geefs, acceptée sans problème et désormais placée au pied de l'escalier à double volée de la chaire de vérité

 

 

-03-03-2011--015.jpg

 

 

figure un jeune homme à mes yeux d'une beauté encore plus séduisante que celui qui avait été précédemment refusé.


     Il a gardé les ailes de chauve-souris qui l'encadrent admirablement mettant  notamment en valeur un torse au rendu plus vrai que nature.

 

-03-03-2011--010.jpg

 

 

     Il est resté un éphèbe, mais un éphèbe particulièrement musclé dont la nudité est simplement un peu plus couverte de draperie...

 

     Les ondulations d'une chevelure que le vent a quelque peu ébouriffée accroissent d'autant le superbe visage tourmenté, crispé, à l'instar de ceux des héros romantiques imprégnés de douleur et de tristesse qui, me semble-t-il, n'aurait en rien dû plaire aux esprits étriqués du temps : car, avec un peu d'imagination, l'on pourrait par exemple trouver une certaine ressemblance avec les boucles que présentent les portraits statufiés d'Antinoüs, le jeune amant de l'empereur romain Hadrien, voire même ceux d'un saint Sébastien, donnant ainsi à l'oeuvre une vague connotation homo-érotique que le clergé ne pouvait que réprouver et combattre ... 


 

-03-03-2011--014.jpg

 

 

     Et pourtant ...

 

     A la différence de celui de son frère, le Génie du Mal de Guillaume correspondit plus à la symbolique satanique que désiraient les commanditaires grâce, notamment, aux deux petites excroissances cornues émergeant discrètement des cheveux  mi-longs ; grâce aussi au geste de protection que ce beau Lucifer s'autorise en plaçant la main droite au-dessus de sa tête en vue d'échapper à un probable châtiment divin ; grâce également à la présence d'une chaîne qui, de la taille à la cheville droite, l'arrime définitivement au rocher sur lequel il est installé ;

 

 

-03-03-2011--036.jpg  

grâce enfin à des détails comme les ongles crochus de ses orteils, le fruit défendu et le sceptre brisé à ses pieds ...

 

 

-03-03-2011--032.jpg


 

     Si ce sont vraisemblablement ces ajouts particuliers qui ont mieux convenu aux membres de la congrégation religieuse d'alors et lui ont fait préférer cette statue-ci plutôt que l'autre, il n'en demeure pas moins que je reconnais à ce nouvel ange déchu  - pas vraiment diabolique, d'ailleurs - réalisé par Guillaume Geefs, bien plus de grâce, de virilité musculairement suggérée, bien plus de volupté, de sensualité mâle  affirmée que l'adolescent un peu fluet, presque efféminé, qu'avait sculpté dans le marbre son frère Joseph.

 

 

     Mais au-delà de la beauté fulgurante de ces deux oeuvres, indéniable, mon avis quant à la comparaison entre elles n'est et ne doit rester que le reflet d'une sensibilité éminemment personnelle ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

Liegeinside 28/02/2016 12:39

Merci pour ces jolis textes et ces précisions https://round.me/tour/16344/view/40296/

Richard LEJEUNE 28/02/2016 12:50

Merci à vous, Monsieur Lechanteur, pour ces aimables propos mais surtout pour m'avoir indiqué votre lien aux fins de parcourir la cathédrale et de "retrouver" cette statue de grande beauté grâce à l'excellence de votre travail technique.

Sushi 18/03/2011 00:41


Richard, vous savez en écrivant cet article que vous touchez un point sensible chez moi ! Aussi, je ne puis vous entendre parler "d'adolescent un peu fluet, presque efféminé" à propos de
l'original, actuellement aux musées royaux des Beau-Arts de Belgique et qui est d'une sensualité exceptionnelle (les femmes y sont sans doute plus sensibles); ce n'est d'ailleurs pas par hasard si
elle a été retirée de l'église de Liège, puisque les paroissiennes s'oubliaient un peu trop en la regardant. Maintenant, pourquoi avoir gardé la version de Guillaume ? Je doute qu'elle ait beaucoup
calmé les ardeurs des fidèles...


Richard LEJEUNE 18/03/2011 09:01



     A propos de la sensualité à fleur de peau qui sourd de ces deux marbres, personne, je pense, ne vous contredira, Suchi, et certainement pas
moi.


Mais vous autoriserez-moi à estimer l'oeuvre de Guillaume actuellement en la cathédrale de Liège bien plus virile que celle de son frère Joseph, à Bruxelles.


Cet avis personnel n'engage évidemment que ma propre sensibilité.


Et à bien y réfléchir, je suis persuadé que si j'avais été porté sur les amours masculines, c'eût été vers des corps tels que celui de la statue de Liège que je me
serais avancé ...


Oula ! Tonton Sigmund n'est pas loin !


 


     Quant aux raisons pour lesquelles le second fut choisi plutôt que l'autre par les membres du Conseil de fabrique de l'époque, je pense,
comme je l'ai d'ailleurs indiqué dans mon article, qu'elles doivent ressortir au domaine des détails symboliques que Guillaume a ajoutés par rapport à la première statue, comme par exemple les
cornes de Lucifer, l'enchaînement au rocher, le fruit défendu, etc. 



TIFET 15/03/2011 13:52


Non Richard je n'ai jamais travaillé le marbre mais je suis toujours en admiration devant une oeuvre taillée dans ce matériau noble, j'aimerais bien essayer un jour.......


Richard LEJEUNE 16/03/2011 07:41



Que je vous comprends !



Louvre-passion 14/03/2011 21:06


Sur Bélial j'avais lu un texte, mais comme toi je n'ai pas connaissance d'une image ou d'une sculpture.


Richard LEJEUNE 15/03/2011 07:33



     Dommage : j'avais espéré que toi qui connais tous les recoins du Louvre mieux que personne, tu allais m'en sortir une de ton chapeau
...



Louvre-passion 13/03/2011 15:30


Ce serait une erreur de considérer que les démons étaient tous représentés comme des êtres monstrueux. Lucifer est un ange déchu, il a donc gardé sa beauté. Il y avait aussi Belial qui avait un
aspect séduisant, c'est lui qui aurait poussé les anges à la révolte.


Richard LEJEUNE 14/03/2011 08:13



     Je suis entièrement d'accord avec ta remarque : la littérature et le cinéma - rappelle-toi le superbe "Théorème", de Pasolini - se
sont à maintes reprises efforcées de nous présenter le Mal sous des aspects très attrirants ...


 


     Cela posé, dans le domaine de la sculpture, je ne connais personnellement aucune représentation avérée de Belial, qu'il soit d'ailleurs beau
ou laid. 


Et toi ?   



Pérégrinations culturelles 12/03/2011 22:06


Merci pour cette description, ces sculptures ont l'air tout à fait étonnantes!


Richard LEJEUNE 14/03/2011 08:08



     Et je vous assure que ce n'est pas que l'air ...


 


     Qui que vous soyez, où que vous soyez, je vous convie, si l'art vous intéresse, à venir les admirer de visu ... Ainsi, d'ailleurs,
que ce que l'on appelle le "Trésor de la cathédrale" qui, dans tous les sens de l'expression, vaut son pesant d'or !



Alain 12/03/2011 10:47


La statue et la chaire sont superbes. Ce Lucifer est vraiment trop beau avec ses étonnantes ailes de chauve-souris. Les femmes semblent apprécier… Il est vrai que le mal se cache souvent derrière
une façade trompeuse.


Richard LEJEUNE 14/03/2011 08:04



     Ce sont effectivement des oeuvres dont Liège peut s'enorgueillir ... Et ce ne sont pas les seules ! Connais-tu la ville ?


Plus généralement, as-tu déjà séjourné en Belgique ? Il y a tant de merveilles à découvrir sur un très petit territoire !



FAN 11/03/2011 08:59


Merci Richard pour ce cours d'histoire de l'art!!Je ne connaissais ni la cathédrale de Liège ni les auteurs frères de Satan le magnifique ange déchu!! Bien sûr, Je pense aussi, que celui de
Guillaume représente mieux la détresse del'ange rejeté!!J'ai admiré également la splendeur de la chaire où, avec tant de flamboyance, comment ne pas croire ,aux paroles d'évangiles!!lol!! Encore
des cours d'histoires de l'art Richard!!j'en redemande!!BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 14/03/2011 08:01



     Je vous laisse, Fan, l'entière responsabilité des propos quant à l'évangile ...


 


     En revanche, je vous suis entièrement sur le plan de l'esthétisme et du remarquable travail de Guillaume Geefs : un peu comme certains
artistes polyvalents de la Renaissance,  il fut aussi doué dans le travail du bois que dans celui du marbre.


Sans oublier le bronze, notamment pour la statue de Grétry à Liège.


 


     Je ne sais où vous demeurez, mais il est vrai qu'une petite escapade dans notre pays vaut son pesant d'or quand elle est placée sous le
signe de l'art ...


Profitez-en avant une éventuelle révolution, faute d'un gouvernement ...



un voyageur qui passe 10/03/2011 21:05


Superbe statue ! Superbe ange déchu... je tombe amoureuse !


Richard LEJEUNE 14/03/2011 07:54



     Je constate qu'elle ne vous laisse pas de marbre ...



J-P. Silvestre 10/03/2011 16:53


Force m'est de constater, cher Richard, qu'à quatre reprises, vous nommez "chaire de vérité" une tribune d'où les orateurs ne prononçaient pas que des paroles sensées.
P.S : Je compte sur votre sens de l'humour pour ne pas m'en vouloir de cette réflexion...


Richard LEJEUNE 14/03/2011 07:53



     Eh oui, cher Jean-Pierre : je suis pris la main dans le sac
d'être redondant dans un article (ô horreur !) quant à l'emploi d'un terme spécifique et, en outre, ressortissant au domaine religieux.


(Au-delà d'une leçon de vocabulaire, j'ai goûté l'humour de vos substantifs "tribune" et "orateur" dans ce contexte précis ...)


 


     Et votre intervention que je découvre à mon retour sur le blog me remet en mémoire un des cours de philosophie suivi jadis à l'Université de
Liège dans lequel notre professeur nous avait à plusieurs reprises démontré qu'aussi grands penseurs athées fussent-ils, bien des auteurs anciens ne s'étaient jamais départis de ce passé
judéo-chrétien qui est obligatoirement le nôtre jusques et y compris dans le vocabulaire ...


On ne s'en rend pas toujours compte !


 


 



N@n 10/03/2011 15:17


Sublime en effet ! ! !

Oserais-je dire que, si le diable existe et qu'il ressemble à cette superbe statue, je voudrais bien le rencontrer ?
Bon allez, j'ai osé ! Est-ce grave ?

Merci pour cette découverte, cher Richard ;-)
Bises,
N@n


Richard LEJEUNE 14/03/2011 07:40



     Personnellement, chère Nan, je n'y trouve rien à redire ... Mais je ne suis pas ton époux !


 


     Tu emploies le terme "découverte". Cela signifie-til que tu ne connaissais pas le "jumeau" à Bruxelles ?



TIFET 10/03/2011 10:26


Sublime !!....les frêres Geefs étaient sans conteste des génies, Satan dans toute sa splendeur, la sensualité du marbre blanc, les rondeurs, on se sent si humble devant tant de beauté......


Richard LEJEUNE 14/03/2011 07:37



     Vous qui êtes si douée, Tifet, travaillez-vous également le marbre ?



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages