Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 23:03

 

     Nul doute donc que la puissance d'évocation des dieux de l'Égypte ancienne, qui ont atteint la force de mythes éternels, ne perdure encore longtemps, quelles que soient les métamorphoses que beaucoup leur font journellement subir.

 

 

Jean-Marcel  HUMBERT

Par Horus demeure ! ou l'éternelle fascination des dieux égyptiens

 

dans QUERTINMONT Arnaud 

Dieux, génies et démons en Égypte ancienne

 

Paris, Somogy Éditions d'Art / Morlanwelz, Musée royal de Mariemont, 2016

p. 12

 

 

 

 

 

    Après avoir longuement évoqué, la semaine dernière, la première partie de l'exposition De Stargate TM aux Ccomics. Les dieux égyptiens dans la culture geek (1975-2015) que proposent ce semestre jusqu'au 20 novembre au rez-de-chaussée du Musée royal de Mariemont, à Morlanwemz, en province de Hainaut belge, Bertrand Fédérinov, Conservateur du fonds ancien de la Réserve précieuse et Responsable de la bibliothèque documentaire et Arnaud Quertinmont, Conservateur du Département Égypte/Proche-Orient, 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 3. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Seconde partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES BANDES DESSINÉES ET DIFFÉRENTS TYPES DE JEUX ...

 

je voudrais ce matin, amis visiteurs, poursuivre nos déambulations en vous faisant découvrir la seconde partie, plus spécifiquement dédiée à la bande dessinée et aux jeux, ayant bien évidemment certains membres du Panthéon égyptien en guise de fil conducteur.

     Au rez-de-chaussée du Musée, elle est concentrée dans la salle qui jouxte la Réserve précieuse que j'eus l'heur de personnellement découvrir l'année dernière.

   

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 3. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Seconde partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES BANDES DESSINÉES ET DIFFÉRENTS TYPES DE JEUX ...

 

     Ce n'est point inutilement coqueriquer que souligner le grand déploiement que connut au XXème siècle la bande dessinée belge : je pense bien évidemment, entre autres artistes, à Frankin et à ses "Fantasio" et "Spirou" (1946) ; à Morris et à son "Lucky Luke" (1947) ; à  Peyo et à ses "Schtroumpfs" (1958).

 

     Sans en être les seuls Belges, les deux premiers d'entre eux furent même distingués au point de recevoir le "Grand Prix de la ville d'Angoulême" à son festival international annuel de la BD ; le dernier prix en date, en janvier 2016, ayant également été attribué à un compatriote, le créateur de "Jeremiah", Hermann Huppen, originaire de Bévercé, près de Malmedy, en province de Liège.

 

     Dans notre pays, il est de tradition d'admettre que la bande dessinée acquiert véritablement ses lettres de noblesse à partir de 1929, avec les albums de Hergé et son "Tintin", portant également l'éclairage sur quelques personnages devenus emblématiques comme le Capitaine Haddock et ses succulents jurons, les Dupont et Dupond professant de mêmes mots, persuadés qu'ils sont d'ainsi toujours en dire plus, le Professeur Tournesol, inventeur invétéré atteint d'une surdité suscitant le cocasse, ainsi que l'inénarable, époustouflante et emperlousée Bianca Castafiore incapable de s'empêcher jamais d'interpréter devant son miroir l'extase que lui procure sa beauté ; sans oublier Milou, l'inséparable fox-terrier blanc qui, quelles que soient les circonstances, d'office trottine aux basques, - ou, plutôt, à la culotte de golf -, de Tintin.

 

     Le patrimoine graphique belge se devait évidemment d'affûter ses crayons pour convoquer l'Égypte ancienne et ses dieux au sein même de sa production : ce fut chose faite avec les deux tomes dus au Bruxellois Edgar P. Jacobs, parus respectivement en 1954 et 1955 : "Le Mystère de la Grande Pyramide".

 
EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 3. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Seconde partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES BANDES DESSINÉES ET DIFFÉRENTS TYPES DE JEUX ...

     

     Sacrifiant inévitablement à un manichéisme récurrent dans ce genre de littérature, Jacobs créa un couple de héros, Sir Francis Blake et le Professeur Philip Mortimer, confrontés au colonel Olrik, parangon du "méchant". Les uns recherchent une chambre secrète - eh oui, déjà !! - prétendument celée au coeur de la pyramide de Chéops qui contiendrait la tombe et le trésor d'Akhenaton ; l'autre, Olrik, tentant bien évidemment de déjouer les plans des enquêteurs.

 

     Dans le premier des deux tomes, "Le papyrus de Manéthon", apparaît également le Docteur Grossgrabenstein, égyptologue allemand qui fouille sur le plateau de Guizeh, personnage haut en couleur, partiellement inspiré, j'eus déjà l'opportunité de vous l'indiquer dans cet ancien article, par le Professeur Jean Capart, "père" et sommité de l'égyptologie belge.

 

     Vous vous doutez bien, amis visiteurs, que l'exposition de Mariemont ne pouvait passer sous silence ces incontournables de la bande dessinée "égyptisante" de notre pays. 

     Concomitamment, elle fait la part plus que belle à ce qu'il est convenu d'appeler les "Comics", terme anglais pour mêmement définir le 9ème art aux États-Unis.

 

     À la fin des années '30, après les incontournables héros que sont "Superman" et "Batman", - qu'il ne faut plus présenter, je pense -, apparaissent timidement outre Atlantique quelques livres sacrifiant également à l'Égypte en tant que théâtre de leur intrigue.

 

     Toutefois, l'exploitation plus intense des divinités intrinsèques aux mythes égyptiens en corrélation étroite avec les dieux astronautes que j'évoquai la semaine dernière n'interviendra en définitive dans la bande dessinée d'Outre-Atlantique qu'à partir des années '60, pour encore de nos jours donner naissance à de nouveaux ouvrages, The Book of the dead (1999), réinterprétation du mythe osirien que Plutarque a magistralement décrit dans son De Iside et Osiride, que j'avais déjà mentionné dans ce vieil article 

© DC Comics

© DC Comics

 

ou The Mighty Thor (2012) par exemple, dont rendent compte, conjointement à d'autres documents exposés dans les vitrines, les vingt encadrements alignés sur le mur de la salle.

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 3. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Seconde partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES BANDES DESSINÉES ET DIFFÉRENTS TYPES DE JEUX ...

 

     Je m'en voudrais, amis visiteurs, avant de terminer notre tour d'horizon de cette exposition tout à fait exceptionnelle, - vers laquelle, j'espère, je vous aurai donné envie de vous précipiter avant le 20 novembre prochain -, de ne point attirer votre attention sur la perspective ludique bien présente dans la culture geek mise ici à l'honneur : les jeux vidéo, les jeux de rôle ou plus simplement de plateau.  

 

     Peut-être se peut-il que certains parmi vous, ou que vos enfants, voire vos petits-enfants, s'adonnent à ces "joutes" grâce à votre ordinateur, comme par exemple Lara Croft et le temple d'Osiris, ou grâce à divers petits écrans plus manipulables sur les genoux.

    Peut-être aussi, d'autres, - ou les mêmes -, préfèrent-ils les jeux de société que l'on pratique volontiers en famille ou entre amis, tel cet exemplaire de Kemet ici exposé, - Kemet (ou Kemi), terme que l'on traduit habituellement par "Terre noire", était le nom donné par les Égyptiens de l'Antiquité à leur pays : partie de stratégie dans laquelle les joueurs s'affrontent sur une carte représentant le territoire égyptien en sollicitant les dieux aux seules fins de complètement le dominer.   

 

 

   

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 3. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Seconde partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES BANDES DESSINÉES ET DIFFÉRENTS TYPES DE JEUX ...

 

     Si, en parcourant l'exposition de Mariemont puis, en consultant l'album édité à son occasion, j'appris déjà beaucoup, c'est aussi en conversant avec un Petit Prince de 8 ans et demi que je pus accroître mes connaissances, notamment mon vocabulaire "technologique" à propos de consoles de jeux, de WII, de DS, - qui, comme j'aurais naïvement pu le croire, n'a strictement rien à voir avec une quelconque déesse égyptienne !! -, de PS VITA et d'autres PSP aux acronymes aussi ésotériques à mon entendement qu'ils sont exotériques au sien et que je puis maintenant considérer que tous ces sigles me sont devenus, si pas familiers, à tout le moins partiellement compréhensibles.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Christiana 11/06/2016 16:16

Je n'en suis pas encore à l'étape où l'on apprend de nouvelles choses technologiques de consoles de jeux et du vocabulaire étrange à mes oreilles. Il faudra encore quelques années avant de délaisser Nounours et Kiki!
Je vais te laisser quelques temps à tes jeux ésotériques pour voir le ciel bleu d'Italie. à bientôt.

Richard LEJEUNE 12/06/2016 08:29

Excellentes vacances à vous deux.

FAN 08/06/2016 10:30

Perso, j'aimais lire "SPIROU" plutôt que la semaine de suzette!!hihi Quant à Tintin, en 1934, Hergé l'a emmené un peu en Egypte avec "les cigares du Pharaon"!! Pour les autres BD, c'est plutôt mon fils aîné que cela intéresse!! et les petits enfants aussi, surtout pour les jeux vidéos!! Bisous Fan

Richard LEJEUNE 08/06/2016 12:56

C'est le génie des concepteurs de ce semestre égyptologique à Mariemont, chère Fan, d'avoir pensé à intéresser à la fois les adultes et leurs enfants en choisissant les dieux égyptiens en guise de fil conducteur des deux expositions de prime abord si différentes.

François 07/06/2016 18:51

"Par Horus demeure"...
Voilà qui rappellera à tes lecteurs qui ont vécu leur enfance avec Blake et Mortimer bien de vieux souvenirs !
Merci pour cette visite et un petit cadeau dans le sens de l'exposition :
http://www.365escape.com/Ancient-Tomb.html
Ton petit Prince, mais toi aussi et tes lecteurs s'y amuseront...
Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 08/06/2016 08:36

Eh oui, François, la célèbre formule d'incantation ... que rappelle d'ailleurs Jean-Marcel Humbert dans l'article qui ouvre le catalogue de l'exposition de Mariemont !

Jean-Pierre 07/06/2016 15:37

Comme à peu près tous les hommes de ma génération, Tintin était le compagnon de mon adolescence !

Richard LEJEUNE 07/06/2016 16:54

De la mienne aussi, bien sûr, Jean-Pierre ; mais aussi Spirou.
Toutefois, j'ignorais qu'il avait traversé notre frontière commune !

Etienne Rémy 07/06/2016 11:59

Ah quand les bd de nos enfances se mêlent aux consoles de leurs enfances!
Richard non seulement ton petit prince va te former aux nouveaux divertissements mais il va t'aprendre des tas de choses!
Que cette expo est jouissive!
Je te sens en grande forme Richard, tout rajeuni!
L'effet porte des étoiles?

Merci pour ta jolie prose que je savoure tel un grand cru!

Amitiés!

Ps: tu as réussi à visionner Stargate le film?

Richard LEJEUNE 07/06/2016 16:52

Quand BD et jeux se mêlent, cela donne cette remarquable, très intéressante et peu banale exposition, Étienne !
Et je t'assure que les gens de mon âge y apprennent bien des choses sur un univers qui les dépasse car si d'aventure elle rappelle les origines, - ce sont deux historiens qui l'ont élaborée, ne l'oublions pas ! -, elle met surtout l'accent sur un passé récent, - les trente dernières années, ainsi que l'indique la parenthèse dans son titre !-, passé qui, pour diverses raisons, - et l'on connaît les miennes -, a pu échapper à bien des visiteurs.

Merci pour le "rajeuni" dans ton commentaire. J'aime assez le jeu de mots sous-entendu : Lejeune rajeunit !
Ce n'est certes pas l'effet "Porte des étoiles" qui pourrait en être la cause, même si mon engouement pour cette expo semble transpirer ici, ce serait plutôt l'effet "Petit Prince" car plus il avance en âge et plus nos conversations s'élèvent à un niveau autre que le sempiternel château en blocs Lego que nous avons construit et reconstruit ensemble des années durant ...
Et cela, c'est vrai, illumine ma retraite !

Non, je n'ai pas encore pris le temps de regarder "Stargate" ... mais je le ferai, c'est certain.

Merci pour ton amitié et la gentillesse de tes commentaires.

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages