Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 00:00

     - Vers Hradcany ?, vous étonnerez-vous, amis lecteurs, après avoir pris connaissance du titre de cet article. Mais en ayant  traversé Mala Strana, ajouterez-vous, et gravi Nerudova ulice samedi dernier tout en admirant les maisons baroques et les enseignes si typiques de cette rue, 


nous devrions tout naturellement arriver sur la place du château, non ?
Et vous nous aviez promis ...

     - Certes, certes, vous avez entièrement raison : je l'avais ainsi annoncé, oui. Mais, tout bien réfléchi, c'eût été trop simple ; et tellement convenu. Cette remarquable "voie royale" qu'arpentent les milliers de touristes qui découvrent Prague à longueur d'années ne constitue fort heureusement pas l'unique possibilité d'arriver au château : aussi ai-je pensé qu'il vous serait peut-être plus agréable d'éviter la foule - nous aurons toujours bien l'occasion de la retrouver devant et à l'intérieur de l'enceinte castrale, soyez-en assurés -, et d'accéder à l'éperon rocheux, que chapeaute la prestigieuse résidence royale, par l'arrière, par les jardins aménagés au début des années trente du XVIème siècle sur les instances de Ferdinand Ier de Habsbourg, empereur du Saint-Empire romain germanique.

     Aussi, plutôt qu'emprunter le très encombré pont Charles, je vous emmène aujourd'hui un peu plus au nord, par ce pont Cech qu'ornent des allégories de la "Victoire" brandissant flambeaux,


superbe ouvrage métallique typé "Art nouveau" que nous avions déjà découvert le 5 décembre dernier et qui nous permettra d'atteindre tout à notre aise le pied de la colline de Letna et son métronome.

 

     D'aucuns, parmi vous, se souviendront certainement que j'avais alors expliqué qu'oeuvre de David Cerny, l'imposant engin fut érigé sur ce piédestal après la Révolution de velours de 1991 qui, comme son nom l'indique poétiquement, vit Tchéquie et Slovaquie définitivement se séparer dans une harmonie peu commune. Se voulant la prégnante métaphore de la faculté qu'eut la ville de survivre au balancement des différents pouvoirs politiques qui s'y étaient succédé tout au long des siècles et peut-être plus particulièrement au XXème, le métronome prit
aux yeux des Pragois avantageusement la place d'une statue géante de Staline, ce "petit père des peuples" comme le définissaient jadis les thuriféraires du communime, que Khrouchtchev, après avoir en 1962 vigoureusement dénoncé les crimes de ce sanglant prédécesseur, fit dynamiter.  

     Ensuite, par une bien agréable promenade à travers parcs et frondaisons surplombant la Vltava et contournant Mala Strana dominée par l'église Saint-Nicolas, 


vue superbe, vous en conviendrez, dont je ne voulais en aucune manière vous priver, nous aurons l'occasion d'admirer quelques bijoux architecturaux, tel ce toit qui, de loin, m'intrigue déjà :


c'est celui du pavillon Hanavsky, conçu pour l'exposition de 1891 dans un pseudo style néo-baroque assez fantaisiste et qui, de nos jours, abrite un restaurant relativement réputé ...
 


     Mais aussi, à la limite des jardins royaux, le palais d'été,
actuellement en réfection, de la reine Anne Jagellon, épouse précisément de ce même Ferdinand Ier que j'évoquais à l'instant.



     Edifié au milieu du XVIème siècle, dans le plus pur style Renaissance italienne, tant apprécié en Bohême, par l'architecte et sculpteur Paolo della Stella, il se caractérise essentiellement par sa toiture carénée en cuivre : elle figure en effet une coque de bateau renversée.

     Ou encore ce bâtiment du "Jeu de paume", actuellement salle d'exposition et de concerts,


dont la particularité, aisément remarquable, réside dans la façade entièrement recouverte de sgraffites très différents, vous en conviendrez, de ceux que nous avons rencontrés au palais Schwarzenberg en décembre dernier.

     Cette superbe et reposante promenade - nous ne croiseron
s, vous verrez, que quelques personnes qui, venant du château, déambulent comme nous dans ces jardins d'agrément, nous serons en réalité les seuls à l'effectuer en venant de l'esplanade du métronome, sur la colline de Letna -, nous permettra de découvrir la cathédrale Saint-Guy sous un angle quelque peu bucolique tout à fait inhabituel : fugace impression que les flèches du bâtiment ne sont que la prolongation, dans la pierre, de celles des conifères environnants ...


 
     A l'intérieur de son enceinte fortifiée, Saint-Guy


semble encore protégée par la vieille tour Mihulka, haute de 44 mètres, jadis tour poudrière et abritant, par la suite, l'atelier d'un fondeur qui réalisa la plus grosse cloche de Prague, destinée à la cathédrale elle-même ; puis devint le laboratoire des alchimistes de l'empereur Rodolphe II qui tant rêva de pierre philosophale, avant d'être, de nos jours, aménagée en musée consacré à la Garde du château.
   

      "Satisfait ou remboursé", assène fréquemment la publicité.

     Me créditerez-vous, amis lecteurs, d'un satisfecit pour vous avoir amenés paisiblement par le chemin des écoliers, à travers ce parc,


vers la foule grouillante - eh oui, sous couvert d'Histoire, il nous faut bien rejoindre la "civilisation" ... -, qui, devant l'entrée du château, immortalise la fin de la cérémonie de relève de la Garde ?


 

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 00:00
     Il existe, depuis mon adolescence, une émission ludique devenue quotidienne, une des meilleures, une des plus anciennes assurément puisque toujours proposée par la télévision française et heureusement relayée par TV 5, créée au milieu des années soixante par Armand Jammot et aujourd'hui encore appelée "Des chiffres et des lettres".

     C'est ce titre plutôt que le jeu qu'il recouvre qui m'est revenu à l'esprit au moment de rédiger ce deuxième volet consacré aux événements de Mégiddo.

     Souvenez-vous, amis lecteurs, la semaine dernière, dans mon article de rentrée, après vous en avoir donné les prémices les trois mardis successifs qui clôturèrent l'année 2009, - les 1er, 8 et 15 décembre -, j'ai abondamment relaté sous un jour spécifique les événements qui se déroulèrent au pied de la place forte de Mégiddo, actuellement Tell el-Mutteselim, à quelque quatre cents kilomètres des frontières égyptiennes : là, sans trop de peine et après toutefois un siège de sept mois, le jeune roi Thoutmosis III, inaugurant la première de ses dix-sept campagnes successives au Proche-Orient, contraignit les troupes coalisées sous la direction du prince de Qadesh à reconnaître la toute-puissance de l'Egypte sur ces régions asiatiques.


     Des événements, je vous donnai en quelque sorte les lettres en  faisant uniquement référence à une partie d'un texte connu
dans le landerneau égyptologique sous l'appellation de "Mur des Annales" gravé, entre autres endroits, sur les parois du sanctuaire de la barque d'Amon, dans le temple de Karnak ; et promis, avant de prendre congé, d'aujourd'hui vous en proposer un semblant de bilan : les chiffres, donc.    

      En effet, si la relation de cette incursion thoutmoside en Syro-Palestine, oeuvre apologétique s'il en est, constitue pratiquement la seule de toutes les percées que mena le souverain en terres étrangères qui, de manière chronologique et détaillée, fit l'objet d'un minutieux compte rendu, elle présente comme la majorité des autres campagnes d'ailleurs, l'inestimable avantage de fournir, tout aussi minutieusement, une liste du butin dont s'empara l'armée égyptienne quand, devant la charge de ses archers, les coalisés n'eurent d'autres recours que celui de s'enfuir, escomptant se réfugier à l'intérieur des fortifications de Mégiddo, après avoir tout abandonné dans la plaine.
Butin, ne le perdons jamais de vue, retrocédé au dieu Amon aux fins de le remercier d'avoir non seulement armé le bras royal mais, surtout, de l'avoir rendu victorieux.

     Ceci étant, je vous rassure tout de suite, amis lecteurs, je vous en épargnerai ce qui pourrait être considéré comme une fastidieuse nomenclature et n'épinglerai que quelques points me permettant d'aborder avec vous deux ou trois notions nouvelles.

     En évoquant ici à plusieurs reprises l'attachante personnalité de Jean-François Champollion (1790-1832), notamment par le truchement de certains articles publiés en septembre 2008 ressortissant à la rubrique "L'Egypte en France", j'ai eu l'opportunité d'indiquer que, lors de son voyage en Egypte,
très peu de temps avant son décès, dans le but premier de vérifier in situ la bonne application de la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes qu'il avait mise au point quasiment sa vie durant, il  prit d'abondantes notes et dessina tout ce qui lui sembla digne d'intérêt pour la science égyptologique qu'il contribuait à faire naître.  

     Il visita forcément Thèbes, de part et d'autre du Nil et, sur la rive droite, l'incontournable temple d'Amon-Rê : "Là m'apparut toute la magnificence pharaonique, tout ce que les hommes ont imaginé et exécuté de plus grand.
     Tout ce que j'avais vu à Thèbes, tout ce que j'avais admiré avec enthousiasme sur la rive gauche, me parut misérable en comparaison des conceptions gigantesques dont j'étais entouré
(...)
     Il suffira d'ajouter, pour en finir, que nous ne sommes en Europe que des Lilliputiens et qu'aucun peuple ancien ni moderne n'a conçu l'art de l'architecture sur une échelle aussi sublime, aussi large, aussi grandiose, que le firent les vieux Egyptiens ...", écrit-il à son frère Jacques-Joseph dans une lettre du 24 novembre 1828.


    
Quelques années après la disparition du savant découvreur des arcanes de l'écriture égyptienne, de l' "inventeur" comme dit le Droit, c'est précisément ce frère et mentor qui publia les deux volumes des "Monuments de l'Egypte et de la Nubie. Notices descriptives conformes aux manuscrits autographes rédigés sur les lieux", dans le second desquels j'ai pris, pour illustrer mes propos à venir, un cliché de la page 156 :


Megiddo---Champollion---p.-156.jpg  

      il s'agit en fait de la transcription que fit Champollion devant le "Mur des Annales" et, plus précisément, du début de la liste de ce qu'emporta l'armée de Thoutmosis III en guise de butin en provenance de Mégiddo.

     Vous avez bien lu "du début de la liste" : en effet, comme précisé d'emblée, mon objectif aujourd'hui consistant
à mettre en exergue quelques données nouvelles plutôt que vous lasser par souci d'exaustivité, je ne compte pas passer au crible tout ce dont la soldatesque s'empara sans peine aucune.

     Vous m'autoriserez, dès lors, à ne pas m'attarder sur les 924 chars plaqués d'or ou non, enlevés à l'ennemi, sur les cuirasses en bronze de l'un ou l'autre prince "vaincu", ou en cuir portées par les simples "combattants", sur le mobilier, sur les statues en argent ou en ébène recouvert d'or, sur les cruches et autres vases divers ... Maints ouvrages s'épanchent à l'envi sur cette provende rapidement acquise, alignant comme dans un livre de comptes les quantités des différentes pièces triomphalement ramenées à Amon.

     J'ai préféré - toujours mon côté viscéralement didactique ! - arguer de cet inventaire pour, dans un premier temps, très simplement vous initier aux premiers rudiments de la mathématique égyptienne. Et, consubtantiellement, évoquer l'une ou l'autre coutume inhérente aux pratiques guerrières.  
      
     Commençons par tout logiquement analyser les deux premières colonnes de droite, - le texte original se lit de droite à gauche, rappelez-vous -, dans l'agrandissement d'une partie de la transcription réalisée à Karnak par Champollion que je vous soumets ci-dessous.

Prisonniers-et-chevaux---Champollion--p.-156.jpg

      La première d'entre elles nous propose un ensemble de cinq hiéroglyphes suivis du dessin d'un personnage agenouillé, les mains entravées derrière le dos : il constitue le déterminatif du terme égyptien seqer, que nous traduisons par "prisonnier, captif étranger". La croix ansée qui le précède signifie que l'homme est bien vivant, tandis que les trois petits traits verticaux, placés juste en dessous, vous ne l'ignorez plus maintenant depuis un certain temps déjà, figurent  ici la marque du pluriel.

     Ici, parce que vous retiendrez que ces barres verticales, prises séparément, pourraient tout aussi bien représenter la notion mathématique d'unité : un, deux, trois ... Mais comme, à l'opposé de nos pratiques actuelles, les Egyptiens écrivaient leurs nombres en commençant par les chiffres les plus grands, il serait totalement impossible que ce "trois" apparaisse avant d'autres.  


     Venons-en, précisément, à ces nombres qui en deux lignes clôturent la colonne : vous remarquerez qu'est répété trois fois le hiéroglyphe de la corde enroulée (V 1, dans la liste de Gardiner)  surmontant quatre fois celui du
petit arceau (V 20 de la même liste).

     La corde définissant la notion de centaine et l'arceau celle de la dizaine, il nous faut donc ici comprendre  3 x 100, suivi de 4 x 10 :  donc, 300 + 40 ; ce qui, au total, nous donne un nombre de 340 prisonniers vivants que Thoutmosis III ramena en Egypte.

     J'ajouterai que la formulation adoptée par l'écriture égyptienne diffère de la lecture que nous en faisons dans la mesure où il n'est pas écrit "340 prisonniers vivants", mais bien "prisonniers vivants 340". Le plus souvent, d'ailleurs, à la différence de notre présent exemple, le substantif précédant l'adjectif numéral cardinal garde la marque du singulier. Ce qui, traduit en français, s'écrirait "prisonnier vivant : 340".


     A la gauche de cet ensemble, la deuxième colonne fait état d'une situation quelque peu plus problématique. Qu'y voyons-nous en réalité ? Une main, suivie de deux hiéroglyphes qui nous permettent de lire le mot djéret, en égyptien. Puis, d'un nombre qu'avec facilité vous aurez très vite traduit : huit fois l'arceau que nous connaissons déjà, donc 8 x 10, et  les trois traits verticaux qui, ici,  doivent être considérés comme représentant chacun une unité : donc 80 + 3.
Quatre-vingt-trois mains.
Qu'est-ce à dire exactement ?

     Et oui ... vous l'aurez certainement compris : les Egyptiens pratiquèrent cet acte inutilement barbare de procéder à l'ablation de la main droite des ennemis tués permettant à un scribe comptable d'ainsi les dénombrer en vue d'établir ce que nous pourrions appeler aujourd'hui des statistiques !


Mains coupées - Qadech (Obsomer)

    
C'est précisément cette scène de macabre comptabilité que propose le  relief en creux ci-dessus,  document que j'ai emprunté à un remarquable dossier consacré à la bataille de Qadesh qui, au XIIIème siècle avant notre ère, vit s'opposer Ramsès II aux forces armées hittites, et que l'égyptologue belge, le Professeur Claude Obsomer propose sur le Net : sur un bloc du mur nord du temple du souverain en Abydos, nous distinguons l'amoncellement de mains ainsi tranchées que compte et note sur ses tablettes le fonctionnaire royal préposé à cet exercice particulier.

     (
Qu'il me soit permis d'ouvrir cette parenthèse afin de vivement remercier pour l'extrême cordialité avec laquelle il m'a autorisé à importer ici son cliché d'Abydos, le Professeur Claude Obsomer, de l'Université catholique de Louvain. Belgique.)

      Parfois aussi, plutôt qu'en tas, le lapicide représentait les mains tranchées en une sorte de bouquet ...

      Pis ! Comme si cette première mutilation ne suffisait pas !
     Nous lisons en effet, toujours chez Champollion, une autre lettre également destinée à son frère, rédigée depuis Medinet Habou où, 
le 30 juin 1829, il visite le temple de Ramsès III. Missive dans laquelle, décrivant les tableaux d'une bataille contre des ennemis également asiatiques, il traduit les hiéroglyphes qu'il découvre se rapportant à une scène précise :

    
"Conduite des prisonniers en présence de Sa Majesté : ceux-ci sont au nombre de mille ; mains coupées, trois mille ; phallus, trois mille ..."

     Indéniablement donc, à en  croire le texte,  les soldats égyptiens ne se contentaient pas des seules mains droites pour exciper de leur bonne foi de vainqueurs : ils sectionnaient également les parties génitales des adversaires tués !
       

     Ceci étant, et pour revenir à Mégiddo, les plus optimistes d'entre vous pourront toujours estimer que 83 victimes ne représentent pas vraiment un nombre démesurément important. Bien sûr, si je compare avec d'autres guerres de l'époque antique, cela peut paraître ridiculement dérisoire ; il n'en demeure pas moins vrai que pour les familles de ces 83 malheureux, ce fut assurément une catastrophe humaine ... 

     Poursuivons à présent notre lecture des renseignements fournis par Champollion en abordant la troisième colonne. Quelques éléments connus, parmi les hiéroglyphes, mais aussi un nouveau.

     Les plus assidus d'entre vous se souviendront peut-être de l'article que j'avais publié voici deux mois en guise d'introduction à l'étude des derniers ostraca figurés qu'il me restait à vous proposer  de la vitrine 1 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre : ceux concernant les chevaux. J'y avais en effet fait allusion à la graphie du terme "cheval", sesemet en égyptien, en reprenant un extrait de l'ouvrage de l'égyptologue allemand Kurt Sethe qui avait lui aussi colligé le texte des "Annales" de Thoutmosis III : ce jour-là, en fait, commençait la longue digression 
à propos des différentes campagnes militaires du souverain dont j'étais loin d'imaginer qu'elle nous occuperait toujours aujourd'hui ...

     Vous m'autoriserez, amis lecteurs, à ne point ici reprendre le processus d'explication sémantique développé dans ce billet du 10 novembre 2009 pour, immédiatement, porter mon regard sur ce qui apparaît sous le déterminatif du cheval dans la colonne centrale de l'agrandissement ci-dessus.

     Vous retrouvez les arceaux notifiant les dizaines, 4 en tout, et un seul trait vertical pour l'unité : de sorte que sans la moindre difficulté, vous lisez 41. Rien là que du connu !

     Toutefois, vous aurez noté qu'à l'avant-dernière ligne, à deux reprises, un nouveau signe hiéroglyphique a été esquissé, plutôt que correctement dessiné, par Champollion : il s'agit de la tige de la fleur de lotus (M 12 de la liste de Gardiner) qui correspond à l'adjectif numéral 1 000.

     Et donc, l'armée pharaonique s'en revint chez elle avec, nombre considérable, 2 041 chevaux pris à l'ennemi ; auxquels il faut ajouter, quatrième colonne, des poulains : 191 et, dans la dernière, tout à la gauche du cliché, 6 étalons, très prisés dans les haras des souverains égyptiens de l'époque. Vous remarquerez également que quels que soient les termes choisis pour différencier  tous ces équidés, c'est bien tout naturellement la représentation du cheval lui-même qui toujours sert de déterminatif.     
   
      Les troupes capturèrent aussi du bétail appartenant à la ville de Mégiddo. C'est, dans le premier cliché de la page 156 que je vous ai montré au tout début de notre présent entretien, ce que nous prouvent les colonnes 14, pour les bovins, 15, pour les chèvres et 16, pour les moutons.

     Je faisais aussi d'entrée allusion aujourd'hui au célèbre jeu de la télévision française.
Pratiquons-en une mouture particulière, voulez-vous ? Je vous ai en quelque sorte fourni les lettres, avec les catégories animales ci-dessus évoquées dans chacune des trois dernières colonnes ; à vous, maintenant de me proposer les chiffres afférents : sachant qu'au bas de la colonne 16, Champollion a (relativement mal) dessiné le pouce dressé (hiéroglyphe D 50 de la liste de Gardiner) qui matérialise la notion de dizaine de milliers, je vous convie donc à me donner le nombre exact de bovidés, de chèvres et de moutons qui, selon le texte des "Annales", firent ainsi connaissance avec les rives du Nil dès le retour triomphal de l'armée égyptienne sept mois après son départ le 25 du quatrième mois de la saison "peret" de l'an 22 de Thoutmosis III, soit fin mars 1458 avant notre ère.

     Retrouvons-nous mardi prochain, le 19 janvier, pour la solution de ce jeu, reconnaissez-le, d'une déconcertante facilité ... 
 

 
   

  (Champollion : 1974, 156 ; id. : 1987, 160-1 et 360 ; Grandet : 2008, 90-4 et 301-3 ; Grandet/Mathieu : 1990, 265-7 ; Sethe : 1984, 704 ; Valbelle : 1990, 138)




Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 00:00

     Vous souvenez-vous, amis lecteurs, qu'en décembre, le dernier samedi précédant immédiatement les vacances scolaires de fin d'année, je vous avais présenté Mala Strana, véritable perle architecturale à l'ouest de la Vltava, essentiellement sous son aspect historique en vous proposant un très rapide résumé de son évolution à travers le temps ?

     J'aimerais avec vous, aujourd'hui, pénétrer plus intimement dans ses rues, et plus spécifiquement l'une d'entre elles, la plus connue des touristes parce que la plus typée, celle qui offre l'opportunité de mieux appréhender tout ce qu'a de baroque ce "Petit Côté" par rapport à la Vieille Ville proprement dite, celle qui nous permettra, samedi prochain, d'accéder au sommet de l'éperon rocheux
de Hradcany  et de découvrir son château séculaire : la très étroite, très escarpée et très fréquentée Nerudova ulice, la rue Nerudova ou plutôt, si je veux l'écrire en français, la rue Neruda.



      A Vysehrad, à l'extrême sud de Prague, nous avons un jour visité le cimetière national. Vous vous rappelez, je présume, que je vous y avais fait découvrir les tombes de Dvorak et de Smetana. Plus simple encore que cette dernière, celle d'un certain Jan Neruda que j'avais délibérément occultée à l'époque, préférant la réserver pour la présente visite.



     Au passage, j'attire une nouvelle fois votre attention sur cette particularité qui consiste à indiquer, un peu comme une fraction, le jour et le mois, intercalés au milieu des dates de la naissance et du décès.

- Qui fut ce Neruda ?

- Un très grand écrivain. Un très grand conteur ...

- Effectivement, oui. Vous avez raison : j'en ai déjà entendu parler.
Et il s'agit d'un poète,  LE poète chilien par excellence !
Mais pour quelles raisons est-il enterré à Prague ?
Et pourquoi une rue - et non la moindre, ici, à
Mala Strana -, lui rend-elle un aussi vibrant hommage en portant son nom ?
Mais ... en y réfléchissant bien, il s'appelait Pablo, non ? Pablo Neruda ; et pas Jan !
J'ai la nette impression de m'embrouiller, là ...
A moins que ... comme Kafka, l'autre jour en ce même cimetière de Vysehrad ...
N'y aurait-il pas deux Neruda par hasard ? Deux écrivains qui auraient le même patronyme ?

- Tout à fait exact. Ou presque ...

     En réalité, l'un, le Chilien, s'appelait originellement Neftali Ricardo Reyes Basoalto ; ce que quasiment tout le monde a oublié. Et, apparemment, il fut tellement impressionné par l'oeuvre et notamment les Contes de Mala Strana de l'autre, le Tchèque, celui qui vécut dans la seconde moitié du XIXème siècle - et non, comme on le lit pratiquement partout sur le Net, du XXème !!! -, qu'il décida très tôt dans sa carrière d'écrivain de choisir ce nom de Neruda en guise de pseudonyme. Comme une immense et perpétuelle reconnaissance de son talent ...

     Quant à Jan Neruda,  ce grand auteur tchèque nettement moins connu en francophonie, il faut bien l'admettre, c'est parce qu'il est né et a passé une partie de son enfance dans cette maison n° 47, dite "Aux deux soleils"


et dont une plaque en commémore dorénavant le souvenir


que la rue, jadis "des Luthiers", s'appelle désormais rue Neruda.

     Indépendamment de cette référence précise à une célébrité, bien d'autres bâtisses bourgeoises s'égrènent tout au long de cette rue qui, grimpant jusqu'au château, prend naissance sur la place de Mala Strana que dominent le dôme et la tour


de l'église baroque Saint-Nicolas, réalisée à la demande des Jésuites, par différents maîtres d'oeuvres de la famille Lurago, des Italiens très prolixes et très prisés en Bohême.



    
Avec leur enseigne colorée, la plupart des maisons de la rue Neruda, les unes parfois beaucoup plus étroites que d'autres, revêtent incontestablement un cachet tout à fait particulier qui ne peut que retenir notre attention : que ce soit, parmi tant d'autres, celle du n° 6, dite "A l'aigle rouge" ou du n° 12, "Aux trois petits violons"



ou du n° 14, ou encore du n° 43, "Au homard vert" ...







     Comme j'ai déjà eu l'opportunité de le mentionner précédemment, d'autres demeures, en fait des anciens palais, abritent de nos jours des ambassades. Ainsi, nouvel exemple ci-dessous, le palais Thun-Hohenstein, datant de 1725 et devenu celle d'Italie.

 
     De l'esplanade du château quand, à l'avant plan, votre regard embrasse les toits rouges de Mala Strana,



où rues et places se croisent et s'entrecroisent à flanc de colline
, pouvez-vous imaginer un seul instant, amis lecteurs, que cette architecture qui paraît aujourd'hui si homogène, si paisible représente en réalité le dernier avatar - car pratiquement plus rien n'a été construit depuis la fin du XVIIIème siècle ! -, de bien de vicissitudes, de bien de drames humains ? 

     Que de sang versé, que de larmes répandues pendant ces conflits politico-religieux de jadis pour, aujourd'hui, grandement ravir les amateurs de monuments historiques, les touristes curieux du passé que nous sommes ...

     Qui, parmi tous ceux qui ont donné tout ou partie de leur vie pour que Prague devienne le joyau architectural unanimement apprécié, au point d'être inscrite, depuis 1992, au Patrimoine culturel et naturel mondial de l'Unesco, eût  alors escompté semblable engouement pour sa ville, semblable reconnaissance universelle ?

 

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 00:00

 

      Depuis le 24 novembre dernier, je vous ai obligés, amis lecteurs, à complètement bousculer le déroulement classique de nos déambulations dans le Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre pour, un temps, quitter la salle 5, dont nous avions à peine entamé la découverte en nous penchant sur la première de ses vitrines, et nous rendre tout de go dans la salle 12, la grande Galerie Henri-IV, entièrement consacrée au temple égyptien.

Mes-images-4N5059.jpg

     En dirigeant immédiatement nos pas vers la gauche, dans la partie médiane, nous avions rapidement admiré une infime portion de ce que les égyptologues appellent le " Mur des Annales" de Thoutmosis III avec une petite quarantaine d'imposants fragments de grès d'une vingtaine de centimètres d'épaisseur provenant d'une des parois du temple d'Amon-Rê, à Karnak, relatant quelques-unes de ses incursions militaires au Proche-Orient.

      Rapidement parce que je n'avais quasiment fait aucun commentaire à leur sujet, préférant le 1er décembre, brosser un rapide historique des conditions dans lesquelles l'inscription fut rédigée, le mardi suivant, évoquer la personnalité du  souverain  lui-même et le 15 décembre, avant de prendre congé de vous, de tenter d'établir une sorte de grille de lecture permettant de mieux interpréter ce grand ensemble.

     Aujourd'hui, je vous propose d'entrer dans le vif du sujet et d'accorder toute notre attention à la première des 17 campagnes que le jeune roi - il avait  alors une petite trentaine d'années - mena dans cette Asie toute proche : celle de l'an 23.

     Probablement dû à un scribe royal du nom de Tjanouny,
ce texte gravé sur le contre-parement que Thoutmosis III avait ajouté afin de masquer la paroi des salles d'offrandes érigées au nord du sanctuaire de la barque d'Amon par la reine Hatchepsout, relate la défaite des coalisés de Mégiddo, place forte cananéenne située au nord-ouest de la Samarie, actuellement Tell el-Mutteselim, à quelque quatre cents kilomètres des frontières égyptiennes ; une sorte de verrou entre le sud du couloir syro-palestinien et la côte phénicienne.



Carte-Syrie-Palestine--Valbelle-.jpg

      Loin de moi l'idée d'en rédiger ici une classique hypotypose en empruntant une plume trempée dans l'encre stendhalienne pour, tel le jeune Fabrice del Dongo de la Chartreuse de Parme à la bataille de Waterloo, vous imposer des détails militaires et les descriptions plus que minutieuses aux fins d'espérer vous "donner à voir" l'événement d'une manière spectaculaire.


     Et ceci, d'abord pour une raison très simple : pour autant que je me tienne au sens littéral du terme, et n'en déplaise à la majorité des historiens, il n'y eut pas de bataille véritable à Mégiddo !

     Vous aurez beau triturer les textes, beau essayer de leur faire dire ce que jamais ils n'affirment : s'il y eut un grand nombre de vaincus, il n'y eut que fort peu de victimes (83) car pas de réel combat mutuel. C'est, vous l'aurez deviné, la raison pour laquelle, dans le titre chapeautant cet article, j'ai assorti le terme "bataille" de guillemets...

     Mais n'anticipons pas et reprenons le cours des événements dans l'ordre purement chronologique que nous offre l'inscription dont vous avez, sur le cliché ci-après qu'amicalement m'a permis d'exploiter le Dr. Dimitri Laboury, chargé de cours adjoint à l'Université de Liège, les toutes premières colonnes, en dessous de la scène du registre supérieur que j'ai déjà eu l'occasion  d'évoquer dans une précédente intervention.



     Comme plusieurs des expéditions futures de Thoutmosis III, sa première
en terre proche-orientale débuta réellement dans la dernière quinzaine de ce qui correspond à notre mois de mars : à cette date en effet,  - nous sommes, selon la formulation égyptienne, le 25 du quatrième mois de la saison "peret" de l'an 22 -, l'armée levée par Pharaon quitte le sol proprement égyptien au départ de Silè (Tcharou), poste frontière à l'est du Delta.

     
Attardons-nous un instant, si vous le permettez, pour quelque peu analyser les débuts du texte que je vous propose dans l'agrandissement ci-après.



     Première constatation : les deux dernières colonnes de droite présentent des signes hiéroglyphiques tournés vers la gauche, tandis que dans toutes les autres, ils sont dirigés vers la droite. Selon le principe de base que j'ai eu déjà l'occasion de décrire, pour déterminer le sens de lecture de l'écriture égyptienne, il suffit de porter son regard dans la direction des visages humains ou, à défaut, des têtes des animaux représentés. En outre, quand comme ici, ils servent en quelque sorte de phylactère nous donnant les paroles des personnages en présence, ils épousent toujours le même sens que ceux-ci.

     Si, parallèlement à cet agrandissement, vous examinez attentivement le cliché précédent, vous constaterez sans peine qu'en dessous d'Amon assis, à droite, les animaux des signes hiéroglyphiques regardent dans la même direction que le dieu thébain, alors que dans les autres colonnes de ce mur, c'est l'inverse : ils correspondent à la direction que prend Thoutmosis III lui-même.

     Ce qui m'amène à énoncer un autre principe : puisque l'on sait que les textes égyptiens qui concernent une personne sont dirigés dans le même sens qu'elle, il est facile de reconnaître, quand deux êtres se font face, où débutent les paroles attribuées à l'un et celles de l'autre.

     D'où une seconde constatation : sur l'agrandissement photographique ci-dessus, avec les deux colonnes du bout à droite commencent les propos d'Amon qui se lisent donc de gauche vers la droite  : colonnes 2, puis 1 (→); et, à la troisième colonne commencent celles de Thoutmosis III, qui se lisent inévitablement de droite vers la gauche : colonnes 3, 4, 5 et ainsi de suite... (←).

     Après avoir décliné son identité - vous retrouvez effectivement en milieu de quatrième colonne (toujours en partant de la droite de l'agrandissement photographique) le cartouche de Menkheperrê que j'avais évoqué le 8 décembre dernier -, en une courte exergue gravée de la cinquième à la moitié de la huitième colonne, le souverain nous donne la raison d'être des inscriptions, la raison d'être des Annales :

     "Sa Majesté ordonna que l'on fasse établir les victoires que son père [Amon] lui avait données sur une paroi de pierre dans le temple que Sa Majesté a fait à neuf pour [son père Amon]".

     Ensuite, à partir de la fin de la huitième colonne s'ébauche véritablement la relation de la campagne de Mégiddo avec, la date -
le 25 du quatrième mois de la saison "peret" de l'an 22 - et, neuvième colonne, la notification du passage de la frontière entre l'Egypte et le couloir syro-palestinien, à Silè, comme je viens de le préciser ci-avant.

     Neuf à dix jours plus tard, le
4 du premier mois de la saison "shemou" de l'an 23, après avoir parcouru quelque 200 kilomètres dans le désert du Nord-Sinaï, Thoutmosis III et ses troupes arrivent à hauteur de Gaza.

     C'est le
jour de la fête de l'apparition du roi, précise le texte, c'est à dire le jour anniversaire de son couronnement ; d'où, vous l'aurez remarqué, amis lecteurs, un changement de formulation notoire : nous passons en quelques jours du dernier mois de l'an 22 au premier de l'an 23 puisque, j'ai déjà eu aussi maintes fois l'occasion de l'indiquer, les Egyptiens de cette époque comptabilisaient les années (douze mois subdivisés en trois saisons de quatre mois chacune), à partir de l'intronisation royale.  
      
     Le lendemain, Thoutmosis III et ses hommes lèvent le camp en direction de la ville de Yéhem qu'ils atteignent le
16ème jour du mois de "shemou" et dans laquelle, selon les colonnes 18 à 56 du texte de Karnak, se tient une réunion d'état-major, sorte de conseil de guerre destiné à mettre au point la stratégie à adopter avant d'engager l'armée vers la place forte de Mégiddo.

     Trois possibilités s'offrent en fait  alors, trois "routes" bien distinctes ; et le souverain, contre l'avis  général mais néanmoins sous l'égide divine, décide d'emprunter la plus centrale d'entre elles, la plus directe surtout, la plus imprévisible aux yeux des membres de son Conseil et, indubitablement, la plus improbable à ceux des coalisés qui, de pied ferme, attendaient ailleurs l'armée égyptienne :  à l'extrémité du très étroit défilé d'Arouna.

   
     Aussi vrai que vit pour moi et m'aime Rê, que me loue mon père Amon et que mon souffle fleurit de vie et de puissance, Ma Majesté marchera par ce chemin d'Arouna.
(Colonnes 39 à 43)

     Les militaires n'ont alors d'autre alternative que celle d'acquiescer, d'entériner les propos royaux, même s'ils ne correspondent nullement à leur choix préalable :

      Ton père Amon, Seigneur des trônes du Double Pays, qui préside à Ipet-Sout (= Karnak) fera ta volonté ! Et nous, nous serons à la suite de Ta Majesté en tout lieu où marchera Ta Majesté, car le serviteur va à la suite de son maître.
(Colonnes 47 à 49)

     Avec les colonnes 56 à 85, nous prenons connaissance de l'avancée, dans l'exigu passage d'Arouna, de Pharaon à la tête d'une interminable théorie de chars et de soldats disposés en file indienne :  ce détail pose d'ailleurs problème à l'égyptologue belge Claude Vandersleyen qui juge matériellement impossible que des chars "attelés à deux chevaux de front" puissent ainsi s'engouffrer dans semblable goulot ...

     Quoiqu'il en soit, ils débouchent bien dans la plaine en face de la cité fortifiée de Mégiddo, perchée sur son promontoire et devant laquelle s'installent les troupes, déroutant ainsi complètement l'ennemi qui avait divisé les siennes pour les concentrer soit au nord, soit au sud : en fait, au sortir des deux autres routes possibles.

     C'est  précisément ce choix, cette tactique de pénétration en territoire ennemi à laquelle personne n'avait véritablement songé que,
avec la campagne de l'an 33 à laquelle je ferai  plus tard allusion, bien après "l'aède" égyptien qui rédigea ce texte de propagande, mettent  aujourd'hui à l'honneur les égyptologues dans leur plus grande majorité pour  parer Thoutmosis III de toutes les épithètes vantant ses hautes qualités de stratège.

     Permettez-moi, amis lecteurs, ici et maintenant, d'à nouveau  insister sur le fait qu'avec
cette longue inscription pariétale, nous sommes en présence d'un patent éloge à la gloire du jeune roi, d'un vrai dithyrambe très certainement sinon "dicté", à tout le moins supervisé, entériné par le monarque lui-même : ses qualités de réflexion deviennent  alors des vertus ayant force quasi divine ; et ses faits et gestes rapportés à l'envi prennent valeur d'exploits quasi surhumains.
    
     Oserais-je ajouter qu'à mes yeux, nous tutoyons ici la notion de Surhomme, d'
Übermensch si chère à la pensée nietzschéenne ?

     Ce point me paraît en effet capital à garder en mémoire pour bien comprendre un réquisit qu'avait déjà, en 1922, suggéré l'égyptologue italien Giuseppe Botti (1889-1968) et qu'avait repris en le mettant en valeur le savant belge Jean Capart cinq années plus tard, à savoir que les récits des événements de Mégiddo, - mais aussi ceux de Qadesh
qui opposèrent Ramsès II aux Hittites, connus notamment par des scènes présentes dans différents temples ramessides dont Abou Simbel est certainement le plus célèbre, ainsi que par le Poème de Pentaour dont on peut lire des passages à Karnak ou au Ramesseum -, ont été mis en oeuvre selon un schéma parfaitement identique qui pourrait même bien être originaire de l'époque des heurts avec les Hyksos dans le Delta du Nil, à la fin de le Deuxième Période intermédiaire.

      C'est donc en toute pertinence que le Professeur Nicolas Grimal s'autorise à mettre l'accent, lui qui depuis quelques années étudie minutieusement cette inscription des Annales au Collège de France, sur la très forte parenté, tant lexicale que stylistique, existant entre certains pans des campagnes de Mégiddo et de Qadesh .

     Irais-je toutefois, comme Giuseppe Botti le fit à l'époque, jusqu'à supputer un plagiat avant la lettre ? Je ne sais trop ; mais il appert que la ressemblance évidente caractérisant l'un ou l'autre thème évoqué, l'une ou l'autre situation décrite, ainsi que l'emploi de formulations identiques ne peuvent que laisser perplexe, voire même ouvrir la porte à la suspicion quant à la pleine véracité de l'événement historique lui-même. Car je dois à la vérité scientifique d'ajouter que, de ces événements de Mégiddo, il n'existe de source pour l'instant connue que celle des seuls textes apologétiques égyptiens. 


     A Mégiddo donc, si l'on en croit l'historiographe thoutmoside, l'effet de surprise sur l'ennemi fut de taille : les archers égyptiens bondirent en force, déroutant immanquablement les coalisés qui ne virent dans une retraite précipitée que l'unique solution de salut :

     An 23, premier mois de shémou, le 21, jour exact de la fête de la nouvelle lune. Apparition du roi à la prime aube. Lorqu'on eut informé l'armée entière de se déployer, Sa Majesté se mit en route sur le char d'électrum, parée de ses ornements de combat tel Horus au bras tendu, seigneur omnipotent comme Montou le Thébain, son père Amon donnant force à ses bras.

    L'aile sud de l'armée de Sa Majesté se trouvait à une colline au sud du ruisseau Qina, l'aile nord au nord-ouest de Mégiddo, et Sa Majesté au milieu, Amon protégeant son corps au combat, la force de Seth irriguant ses membres. Alors, devant son armée, Sa Majesté triompha d'eux. Et lorsqu'ils eurent constaté que Sa Majesté triomphait d'eux, ils se mirent à fuir vers Mégiddo à corps perdu, le visage terrifié, après avoir abandonné leurs attelages et leurs chars d'or et d'argent, tandis qu'on les tirait jusque dans cette ville en les hissant par leurs vêtements.


     La seule première charge de l'armée égyptienne, l'unique avancée de sa charrerie eut pour conséquence l'abandon immédiat de toute velléité de combat de la part des troupes ennemies. Il nous faut garder à l'esprit, pour évaluer cette situation de débandade, que nous sommes ici en présence d'une "armée" de coalisés : 330 chefs en effet, précise le texte, sont à la tête de leurs propres effectifs militaires. Et même si, théoriquement, ils sont tous sous le commandement du prince de Qadesh, ces soldats doivent d'évidence manquer d'ordre, d'unité, d'esprit de groupe.  

     Un événement intervient alors - que, par parenthèses,  je m'étonne de trouver ainsi mentionné dans cet immense panégyrique royal -, qui, selon les historiens, va contraindre Thoutmosis III à complètement changer de tactique : une véritable curée !

     En effet, plutôt que poursuivre les adversaires jusqu'au pied des murailles de Mégiddo et profiter, pour les anéantir définitivement, que les portes de la cité leur soient closes, les hommes de Pharaon, de soldats, deviennent prédateurs : 

     Ah ! si seulement alors l'armée de Sa Majesté ne s'était pas occupée à piller les biens de ces vaincus, elle aurait mis à sac Mégiddo, à l'heure où, justement, on hissait le misérable vaincu de Qadesh et le vil vaincu de cette ville (Mégiddo), en hâte pour les faire entrer dans leur cité !

          De sorte qu'au lieu de combattre, Thoutmosis III, craignant vraisemblablement les dimensions de l'ensemble des fortifications, préféra initier un siège en bonne et due forme : il fit creuser un fossé et ériger un mur de circonvallation tout autour de la ville ; enceinte à laquelle il fut donné le très éloquent nom
- toujours la puissance des mots ! -, de : "C'est Menkheperrê qui encercle les Asiatiques". 
     Enfin, à l'est, le souverain aménagea son propre quartier général.

      Envisagea-t-il, à ce moment-là, une action rapide ou s'éternisant ? Le texte semble peu disert.
     A l'intérieur de la citadelle cananéenne, les assiégés connurent-ils cette fièvre obsidionale que mentionnent souvent les historiens en semblable situation ? Nulle trace évidemment dans l'inscription des Annales.

     Quoiqu'il en soit, un siège de sept mois s'ensuivit jusqu'à ce que, comme indiqué au début des colonnes 88 à 103 :

     ... les princes de ce pays étaient venus (rampant) sur leur ventres pour se prosterner devant la puissance de Sa Majesté et demander le souffle de vie pour leur nez, tant son bras était grand, et tant était grande la puissance d'Amon sur chaque pays étranger. 

     Nonobstant l'évidente volonté de gonfler le trait dans le chef du lapicide commandité par Thoutmosis III pour rédiger ses Annales - propagande et auto-célébration obligent ! -, force est de reconnaître en cette circonstance précise sa supériorité et celle de ses hommes sur les forces en présence, dont la cohésion qui dut régner au sein de l'armée égyptienne ne fut certes pas la moindre des raisons.

     Plus de trois cent princes coalisés pour initialement défier et annihiler la suprématie égyptienne durent ainsi  capituler et s'incliner devant Pharaon à la seule fin de sauver leur vie !


     Cette section relatant la première des dix-sept campagnes asiatiques du souverain qui inaugure l'inscription des Annales, se termine, après l'évocation de la reddition de la cité, par une très longue énumération du butin pris à ce vil ennemi vaincu de Mégiddo.

     De cette comptabilité d'une extrême précision, je vous entretiendrai, ami lecteur,  mardi 12 janvier prochain, car à présent, afin de boucler la boucle, il me paraît opportun de conclure en ramenant à l'avant-scène la notion assénée au tout début de la présente intervention :
il n'y eut pas de bataille véritable à Mégiddo !
        
      Un de mes correspondants français, Michel Sancho, ancien ingénieur général de l'Armement qui consacre avec passion une partie de sa retraite à étudier les armes des différentes époques de l'histoire de l'Egypte antique, a publié en 2008 un article extrêmement pointu à propos du char égyptien dans lequel il emploie judicieusement l'expression de "non-bataille" pour qualifier les événements de Mégiddo que je viens de brièvement résumer pour vous.

     Et peut me chaut, en définitive, s'il commence toutefois sa phrase par : "Mégiddo est la première grande bataille dans laquelle les chars sont cités ..." Malgré ce que j'estime, sauf mauvaise interprétation de ma part, constituer une sorte de léger contresens, je lui sais gré, au travers de son "non-bataille", d'avoir ainsi  pertinemment mis l'accent sur ce qui me semble être une évidence : à cause du repli quasiment immédiat des troupes ennemies qu'ils constatèrent les  Egyptiens n'eurent à proprement parler pas à sa battre au pied de la forteresse cananéenne ; de sorte qu'à  mon humble avis, je le répète au risque de lasser, il n'y eut pas véritablement de combats mutuels à Mégiddo en 1458 avant notre ère ...
 

     C'est en réalité cette assertion qu'indépendamment de quelques faits marquants de la première campagne que mena Thoutmosis III au Proche-Orient dès la disparition de sa tante et néanmoins belle-mère la reine Hatchepsout, j'avais à coeur, amis lecteurs, en tablant essentiellement sur le compte rendu pariétal que nous pouvons en lire dans le temple d'Amon-Rê, à Karnak, de vous démontrer aujourd'hui.

     Ai-je été probant à vos yeux ? Je ne sais ; même si, d'évidence, je l'espère.
Ceci posé, le débat, premier de l'année 2010, est donc ouvert ...   






Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 00:01
11.-Hi-roglyphe-1000.jpg  11.-Hi-roglyphe-1000.jpg





2010



     Nonobstant le fait que, pour comptabiliser les années, les Egyptiens de l'Antiquité n'eussent jamais pu atteindre semblable date dans la mesure où ils recommençaient le comput en l'an 1, à chaque fois qu'un pharaon était intronisé, au Nouvel Empire à tout le moins ;
le fait aussi que le 1er janvier, s'il avait ainsi été dénommé, n'eût correspondu à aucun événement particulier puisque le calendrier en usage étant essentiellement basé sur le cycle des saisons, trois en tout, c'était le début de la crue du Nil, conjointement à l'apparition de l'étoile Sothis dans le ciel, aux environs de notre 19 juillet actuel qui, pour eux, marquait le commencement d'une nouvelle année ;
malgré ces deux restrictions donc, je tenais aujourd'hui, amis lecteurs - et ici, vous remarquerez que, pour la première fois depuis la création de ce blog le 18 mars 2008, il m'a plu d'ajouter la marque du pluriel de manière à tous vous associer dans la fidélité de vos visites réitérées qui lui assurent son petit succès croissant -, à vous présenter mes voeux les plus cordiaux pour 2010.


     La formulation que les Egyptiens utilisaient ainsi à la mi-juillet pour se souhaiter une bonne nouvelle année, par rapport évidemment à la perspective d'une crue du fleuve nourricier qui ne les décevrait pas quant à la quantité de nourriture qu'en fin de parcours elle leur permettrait d'obtenir, correspondait plus ou moins à :


"Que s'ouvre pour vous une belle année ...



     Vous m'autoriserez, je présume, la reprise à mon compte de cette expression aux fins de formuler le souhait que l'an neuf - qui sera en fait l'an dix  de ce XXIème siècle  -, concrétise non seulement les plus quotidiennes, les plus anodines, et (surtout ?) les plus folles de vos envies mais aussi, égoïstement, qu'il me permette de poursuivre nos déambulations hebdomadaires de salle en salle dans le Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre ; voire même de vous convier, au gré d'escapades estivales ou autres, à la découverte de l'un quelconque nouveau coin de notre si riche patrimoine ...


     Aussi, comme annoncé quand j'ai pris congé de vous le 19 décembre dernier, je vous propose d'ores et déjà les deux premiers rendez-vous de 2010 : au pied du Mur des Annales, ce prochain mardi, le 5, devant lequel j'évoquerai la campagne de Thoutmosis III à Mégiddo ; et au-delà du pont Charles, à Prague, le samedi 9 janvier où de conserve nous continuerons notre pérégrination dans Mala Strana pour nous diriger vers Hradcany, jusqu'aux grilles du château royal.

     A tout bientôt, donc ; et heureux réveillon à chacun d'entre vous ...  

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 00:00

     Après avoir, la semaine dernière, traversé le Pont Charles, nous voici donc arrivés, vous et moi, ami lecteur, dans ce quartier ouest de Prague, Mala Strana, le "Petit côté", sur la rive gauche de la Vltava, en contrebas de la résidence royale et de la cathédrale Saint-Guy perchées sur la colline de Hradcany que je vous proposerai de découvrir dans le courant du mois de janvier.
 
205.-Pont-Charles--06-08-2009-.jpg

     Dès le XIIème siècle, déjà, des marchands inévitablement attirés par la cour décident de s'installer à la périphérie du château ; de nombreux colons allemands les suivent peu après. Le pont Judith autorisant un passage moins précaire que l'ancien pont de bois qu'il vient judicieusement remplacer permettra un trafic  commercial reliant ainsi de manière plus aisée la vieille ville de Staré Mesto à Mala Strana proprement dit.

     Malheureusement, ce quartier en pleine expansion sera  régulièrement l'objet d'incessants coups du sort : dans le premier tiers du XVème siècle, il est ravagé par les combats qui opposent les hussites, partisans du réformateur Jan Hus aux troupes royales : il est loin l'âge d'or du règne de Charles IV, l'empereur du Saint Empire romain germanique !

     Les habitants se ressaisissent néanmoins et rénovent leur quartier. Malheureusement, en 1541, un incendie le détruit à nouveau. Reconstruction oblige : les anciens édifices gothiques font alors place à des bâtiments de style "Renaissance".

     Le plus exceptionnel d'entre eux, un des chefs-d'oeuvre de l'architecture tchèque de cette époque, édifié entre 1555 et 1576 dans le plus pur style florentin, le mieux conservé aussi, devenu depuis peu Musée national de l'Art baroque de Bohême, est sans conteste le Palais Schwarzenberg, sur les hauteurs de Mala Strana, proche du château royal.


     Vous remarquerez, ami lecteur, qu'il présente la particularité d'avoir ses murs de façade



 
mais aussi ceux de la cour intérieure


décorés de sgraffites noirs et blancs de type nord-italien et vénitien datant, quant à eux, de 1567,


semblant répéter ad nauseam des bossages en pointes de diamants.

     En réalité, il s'agit d'un remarquable effet d'optique, d'un immense trompe-l'oeil fruit d'une décoration obtenue par application
d'un enduit de couleur claire sur un fond de stuc sombre que l'on gratte ensuite (sgraffia = gratter, en italien) afin d'obtenir le dessin recherché.
     Bluffé, j'ai évidemment passé la main sur l'un d'entre eux pour constater - déçu ? - que le mur était bien parfaitement plat.


     Si la technique du sgraffite - ou sgraffito (des sgraffiti, au pluriel) - fut un procédé artistique fort en vogue à la "Renaissance", il faut savoir qu'il fut remis au goût du jour au début du siècle dernier par les maîtres de l' "Art nouveau". De sorte que les exemples que j'ai pu dénicher dans mes pérégrinations pragoises - je prendrai d'ailleurs peut-être un jour le temps de vous en présenter quelques-uns -, n'ont nullement occulté ceux qui m'ont toujours émerveillé sur les façades de beaux et nombreux édifices bruxellois ; voire même liégeois, comme je viens de le découvrir tout récemment sur le bien intéressant blog d'une compatriote.
    
     Merci à Véronique pour la célérité avec laquelle elle m'a transmis l'autorisation d'importer l'exemple récemment rénové ci-dessous, vaguement égyptisant de surcroît !, qu'elle a "immortalisé" quai van Beneden, à Liège. 

 

     Après cette petite digression en terres belges, revenons, voulez-vous, à Mala Strana.

     En 1620, nouveau coup dur :  la bataille de la "Montagne blanche" ravage elle aussi le quartier. Nécessité donc, au sortir du conflit, de réaménager à la mode du temps, c'est-à-dire baroque.

     Cette fois, enfin, c'est la bonne : le "Petit côté" reprend vie, retrouve un essor perdu qui entraîne la construction de nombreux palais par quelques grandes familles nobles qui viennent s'installer à proximité ou en contrebas du château.



     Certains d'entre eux, comme ci-dessus déjà, ont de nos jours été dévolus aux services d'ambassades  étrangères : ainsi, le palais Buquoy, du nom d'une famille wallonne qui acheta le bâtiment en 1748 (Charles Bonaventure de Longueval, comte de Buquoy, fut le commandant en chef des troupes impériales durant la bataille de la "Montagne blanche")
et dont les descendants le revendirent à la France qui en fit son ambassade à partir de 1919.



     Mais le plus prestigieux, peut-être, fut celui qu'Albrecht de Wallenstein,
noble tchèque, commandant en chef des armées de Ferdinand II de Habsbourg durant la Guerre de Trente Ans,

  
se fit construire dans un style évidemment baroque entre 1623 et 1630 : encadrant de superbes jardins,  l'ensemble mesure 340 mètres de long et 172 de large.

     Derrière cette façade, la Tchéquie a décidé en 1992 d'abriter son Sénat.



     C'est par la visite des jardins intérieurs que je vous propose de terminer aujourd'hui, ami lecteur, notre première déambulation dans Mala Strana


      Vous noterez, sur le cliché ci-dessus, à l'arrière-plan de cette partie du palais Wallenstein, l'extrême fin des bâtiments du domaine royal, sur la colline de Hradcany, avec la tristement célèbre tour Daliborka, ou plutôt le donjon carcéral, qui doit son nom à son tout premier prisonnier, Dalibor de Kozojedy, dont la légende fut notamment chantée dans un opéra éponyme qu'écrivit Smetana.

     Promenons-nous à présent dans les jardins pour, notamment, admirer un resplendissant décor d'art topiaire que mettent encore plus en valeur les sculptures en bronze d'un style tout à fait maniériste, puisque nous nous trouvons alors à la charnière entre la Renaissance et le Baroque, d'Adrian de Vries (1556-1626), sculpteur originaire des Pays-Bas et ayant à l'époque ses entrées à la cour (pragoise) de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg.
 
244.-Sala-Terrana--05-08-2009-.jpg

      Pour rendre à César ce qui appartient à César ou, plutôt, à Wallenstein ce qui lui est dû, je me dois d'attirer votre attention sur le fait que toutes ces sculptures sont en réalité des copies d'une remarquable fidélité ; et la cause n'en est nullement ici les conditions climatiques qui obligèrent la municipalité à mettre à l'abri, vous vous en souvenez, les statues baroques du pont Charles que nous avons traversé samedi dernier !

     Il faut en effet savoir que la ville se vit spoliée du Laocoon, du Bacchus, du Neptune et de maints autres Apollons par la soldatesque suédoise qui, en se retirant à la fin de la Guerre de Trente Ans (1648), emporta sans scrupule aucun toutes les oeuvres de de Vries. Elles agrémentent depuis le parc du château Drottningholm, à Stockholm.

     A Prague, aujourd'hui, nous devrons donc nous satisfaire des ersatz :


 




     Ce jardin, ces sculptures semblent en réalité constituer une sorte d'indispensable haie d'honneur à ceux qui, dans la perspective de l'allée centrale, se dirigent tout naturellement vers la construction ouverte par trois monumentales arcades : la Sala Terrana, sorte d'espace de transition entre l'intérieur du palais,  actuellement le Sénat, et l'extérieur, les jardins.

246.Jardins-Wallenstein---Sala-Terrana--05-08-2009-.jpg
  



     Sala Terrana, espace ouvert sur les jardins où guirlandes de fleurs et de fruits, anges porteurs et autres arabesques en stuc encadrent de manière grandiloquente des scènes mythologiques peintes à fresque sur les murs



mais aussi à même l'impressionnante voûte, le tout célébrant à l'envi la gloire et les vertus guerrières du comte de Wallenstein ...



      C'est là, dans ce décor aux antipodes de mes propres goûts esthétiques, que je prends congé de vous,  ami lecteur, non sans préalablement vous donner rendez-vous en janvier prochain et, surtout, sans vous avoir souhaité d'excellentes fêtes de fin d'année agrémentant ce congé scolaire bienvenu.

     Pour ceux qui, parmi vous, désirent me retrouver au Louvre, je fixe d'ores et déjà notre prochaine rencontre au mardi  5 janvier 2010 ; et au samedi 9 si vous entendez ici poursuivre la visite de Mala Strana ...

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 00:00

 

     Avec vous aujourd'hui, ami lecteur, après avoir mardi dernier rapidement brossé les raisons qui unirent - ne devrais-je pas plutôt écrire : qui désunirent ? - le jeune Thoutmosis III et sa tante et belle-mère, la reine Hatchepsout, je voudrais, comme je vous l'avais promis en clôturant mon intervention, tenter de décoder la longue inscription que les égyptologues définissent sous le nom d' Annales.


      Si son grand-père, Thoutmosis Ier, avait déjà considérablement repoussé les frontières de l'Egypte, au sud, en Nubie donc, jusqu'à la quatrième cataracte et au nord-est, au Proche-Orient, jusqu'à l'Euphrate mésopotamien, Thoutmosis III, pour sa part, dès son accession à la tête du pays en tant que monarque unique, n'a pas d'autre choix, s'il veut prouver à la face du monde qu'il est le "seul maître à bord", que de faire face aux velléités contestataires qui commencent à sourdre chez les princes mitanniens et leurs alliés par rapport à la domination égyptienne en menant une série d'incursions, dix-sept en tout, dans cette Asie grosse de richesses qui font cruellement défaut à son pays.

     C'est la narration de ses campagnes militaires, mais surtout du butin qu'elles lui rapportèrent, que le  souverain - il approchait de la cinquantaine -, fit graver,
à partir de l'an 42 de son règne, sur certains murs de l'espace compris entre le VIème pylône et le sanctuaire de la barque dans le temple d'Amon-Rê, à Karnak.




    (Je rappelle que je dois ce cliché du début du "Mur des Annales" à l'obligeante amitié du Dr. Dimitri
Laboury, de l'Université de Liège.)
 

     Lors de son séjour en Egypte afin de vérifier de visu le bien-fondé du système de déchiffrement des hiéroglyphes qu'il avait mis au point quelques années auparavant, Jean-François Champollion avait croqué un nombre considérable de monuments inscrits ; dessins qu'après son décès prématuré publia son frère dans un ouvrage d'importance intitulé Monuments de l'Egypte et de la Nubie.

     Les deux documents ci-dessous proviennent du quatrième volume de planches de ce précieux ensemble : je les ai réalisés afin de vous permettre de visualiser avec précision le tableau figuratif qui surplombe les premières colonnes du texte des "Annales" de la photographie précédente : c'est là et avec cette scène séparée en deux registres que commence véritablement le récit que nous découvrirons ensemble le premier mardi du mois de janvier.

Mur-des---Annales---1---Champollion-copie-1.jpg

Mur-des---Annales---2---Champollion-copie-1.jpg

     A Karnak, donc, comme vous l'aurez constaté sur la photo originale, les deux planches ci-dessus reprises de l'ouvrage du célèbre Figeacois ne constituent qu'une seule scène : à gauche, Thoutmosis III, représenté debout, en taille héroïque, portant pagne traditionnel et double couronne l'instituant roi de Haute et Basse-Egypte, entouré de signes hiéroglyphiques dont certains, dans des cartouches, faisant partie des noms de sa titulature officielle, agissent comme une sorte de "carte d'identité", tandis que d'autres, devant lui, énoncent ses intentions de faire construire des monuments pour son père Amon.

     Le roi brandit le sceptre de consécration en direction des nombreuses offrandes répertoriées sur neuf  niveaux et disposées devant le dieu thébain, assis à droite, sur un siège cubique des plus simples posé sur un piédestal à allure vaguement trapézoïdale : il s'agit en réalité de ce que les égyptologues nomment le "socle maât" parce qu'il prend la forme d'un hiéroglyphe (
Aa15) correspondant à notre M et avec lequel peut s'écrire le nom du concept de justice ...

     Parmi ces biens offerts à Amon-Rê, après deux obélisques, vous remarquerez notamment des coffrets en bois précieux, des colliers, des miroirs, des autels portatifs, des statuettes, des vases aux formes très variées, le tout mêlant or, argent, électrum, cuivre, albâtre, turquoise et lapis-lazuli ...

     Précisant tous ces trésors issus des tributs livrés par les pays soumis à l'hégémonie égyptienne, de  simples signes hiéroglyphiques en indiquent le plus souvent la quantité :
le "∩" comptabilisant les dizaines et la petite barre verticale, les unités.




     En dessous, à droite, sous le siège d'Amon-Rê, parfaitement visibles sur la première photo, mais non dessinées par Champollion, débutent donc les toutes premières colonnes du texte des "Annales", pas toujours en excellent état de conservation mais néanmoins copiées et recopiées, translittérées, traduites
en différentes langues et abondamment étudiées, disséquées, minutieusement analysées et commentées par la communauté égyptologique depuis près de quatre-vingts ans.  

 

     D'emblée, fondant une partie de la suite de mon intervention sur la magistrale étude que l'égyptologue français Pierre Grandet a consacrée en 2008 à la "pensée stratégique" des pharaons du Nouvel Empire, je voudrais quelque peu - pour au moins justifier le titre complet de cet article - couper les ailes au canard. Certes pas à celui qui vous accueille en chapeau de ce blog à chacun de vos passages, ami lecteur,  mais plutôt à tous ceux qui, historiens ou simples amateurs comme votre serviteur, se contenteraient d'inlassablement véhiculer, sans rien remettre en question, des idées, des poncifs, des notions péremptoirement assénées de longue date.

     Pour volontairement dépoussiérer l'Histoire, pour la dégager d'une gangue devenue trop étroite, il est bon, - c'est presque une lapalissade ! - de revenir aux sources chères à tout philologue : le texte original. Mais une interprétation de document constituant immanquablement le produit d'une époque et d'une société données - c'est ce que, d'une certaine manière le sociologue Pierre Bourdieu appelait l'habitus -, il est nécessaire, pour en évaluer toutes les composantes, de confronter les différentes sources littéraires non seulement entre elles, mais aussi avec les découvertes les plus récentes de l'archéologie.

     Ainsi, pour ce qui concerne les "Annales" de Thoutmosis III, les savants qui ont traduit le texte colligé par Kurt Sethe ont souvent répété que ce récit excipait d'une Egypte traumatisée par la récente "domination" des Hyksos afin de pouvoir créditer le souverain d'une volonté avérée d'étendre, comme son grand-père l'avait fait avant lui, son emprise sur tout le Proche-Orient jusqu'à l'Euphrate en vue d'y instaurer une sorte de zone tampon, un "glacis défensif", pour reprendre les termes mêmes de Pierre Grandet, "visant à la protéger de toute nouvelle tentative d'invasion." Et qu'après cela, après cela seulement, une exploitation économique des pays conquis aurait été mise en place.

     Deux points doivent à ce niveau être pris en considération : les artistes scribes convoqués par Pharaon  pour graver ici et là narration de ses faits et gestes se devaient de rédiger une oeuvre de propagande exaltant ses  exploits et, comme l'Histoire, malheureusement, en fournira tout au long des siècles des preuves parfois bien plus dramatiques, étaient amenés à en proposer une vision obligatoirement partiale dans la mesure où il était impératif que l'image de force, de puissance, d'invincibilité véhiculée ainsi par le souverain corresponde parfaitement à ce qu'en attendait la population égyptienne.

     Conscients de cet état de fait, il nous faut donc lire les "Annales" avec circonspection et, surtout, ne pas prendre tout ce qui y est écrit au pied de la lettre. 

     Historiquement parlant, et là réside le second point auquel il  importe d'être attentif : depuis les temps les plus anciens, l'Egypte, totalement dénuée de certaines ressources, s'était toujours tournée vers ses plus proches voisins pour y obtenir ce dont elle avait besoin par l'entremise d'une politique d'échanges commerciaux qui, jusqu'au règne de Thoutmosis Ier, n'avait posé aucun problème relationnel. Et c'était tout à fait pacifiquement qu'au Liban, elle se procurait le bois lui permettant, notamment, la confection des embarcations bien nécessaires aux déplacements sur le Nil ; mais aussi dans d'autres régions le cuivre et l'étain dont l'alliage donnait ce bronze que quasiment toutes les premières civilisations - l'Egypte ne dérogeant pas à la règle -, utilisèrent comme métal de base pour l'élaboration de leur outillage et de leur armement. 

     Mais à l'aube du Nouvel Empire, deux puissances prennent position dominante sur l'échiquier proche-oriental et entendent bien en découdre avec la mainmise égyptienne : le royaume du Mitanni, en Haute-Mésopotamie, entre Tigre et Euphrate donc, et celui du Hatti, des Hittites, en Anatolie, dans la Turquie actuelle.

     L'Egypte éprouve dès lors l'obligation de persuader, voire même de contraindre ces  potentats étrangers à partager l'exploitation de leurs ressources naturelles : la guerre que, pour la première fois, Thoutmosis Ier, choisira comme l'une des cordes à l'arc de sa politique étrangère, le disputera en tactique avec la diplomatie.

     Nonobstant, ne vous méprenez pas sur mes propos : si je devais additionner noir sur blanc les années pendant lesquelles l'Egypte du Nouvel Empire eut des rapports bellicistes avec l'un quelconque de ses voisins, j'obtiendrais un nombre tellement peu élevé qu'il faudrait immanquablement que soient reconsidérées des expressions telles que "Empire des Conquérants" ou "Expansionnisme guerrier" qui, certes, connurent leur heure de gloire mais qui, à la lumière d'une analyse textuelle plus précise, ne sont plus de mise.

     Ne me faites néanmoins pas dire ce que je n'ai pas écrit ! L'Egypte thoutmoside et ramesside connut de sanglants conflits : ils furent abondamment relatés par l'image et le texte sur les parois des plus grands monuments, pour les raisons idéologiques que je viens d'évoquer. Mais - et cela me semble capital à comprendre - ils ne constituèrent jamais, avec Thoutmosis III à tout le moins, un but d'occupation militaire pour elle-même : ils furent toujours la conséquence d'une volonté de s'assurer la continuité de l'accès aux ressources nécessaires à la survie du pays en se protégeant contre ceux qui, parfois, ne l'entendaient pas de cette oreille. 

     Ce qui ne signifie évidemment pas que je sois moi aussi partial et que j'exonère le pouvoir pharaonique d'une responsabilité en la matière. Mais ce que je voulais démontrer aujourd'hui c'est que les raisons invoquées pour expliquer les périodes de graves conflits égyptiens avec le Proche-Orient sont à revoir à l'aune d'une approche scientifiquement plus pointue et des textes et des représentations que nous a laissés la civilisation égyptienne.
                

     C'est donc en ayant cette grille de lecture nouvelle à l'esprit que je me propose, le mardi  5 janvier prochain, de vous présenter la première section des "Annales" de Thoutmosis III, celle donc qui relate la campagne de l'an 23 à Mégiddo.


    Mais avant de prendre définitivement congé de vous, ami lecteur, à la veille de ces vacances scolaires et des fêtes de fin d'année qui approchent, je vous convie, une dernière fois en 2009, à ensemble déambuler dans Mala Strana, samedi 19 décembre prochain. 



     

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 00:00


« Je me suis souvent demandé quel était le centre symbolique de Prague.
(...) pour moi, le centre physique et spirituel de la ville est un pont, un pont vieux de presque sept cents ans, qui relie l’ouest à l’est de la ville. Le pont Charles est l’emblème même de la place qu’occupe la ville en Europe, ce continent dont les deux moitiés se sont cherchées si longtemps (...)
Il représente aussi l’invulnérabilité propre à la ville, sa capacité à se relever de tous les désastres.
»

Ivan  KLIMA , Esprit de Prague
Editions du Rocher, 2002




      Avec l'horloge astronomique que nous avions détaillée ensemble, vous souvenez-vous, ami lecteur ?, le pont Charles, le plus vieux pont de Prague enjambant la rivière Vltava, représente un des endroits de la ville qui attirent le plus de badauds. Certes, depuis sa rénovation en 1974, il est le seul qui soit réservé aux piétons pour se rendre dans ce typique quartier de Mala Strana, berceau de la Prague baroque, ainsi qu'au château sur la colline de Hradcany ; mais il ne constitue évidemment pas l'unique voie de communication entre rives droite et gauche.

     Précédemment en effet, et sans avoir eu la prétention d'épuiser les possibilités offertes à quiconque de traverser la Moldau - c'est l'appellation, j'ai déjà dans ces articles sur la capitale tchèque eu maintes fois l'opportunité de le souligner, que lui donnent les Allemands -, je vous avais proposé de rapidement découvrir l'un ou l'autre des nombreux ouvrages de ce type que la configuration même de la ville nécessita.

     Aujourd'hui, comme je vous en ai fait la promesse au moment de nous quitter samedi dernier, nous allons donc emprunter le plus célèbre d'entre eux pour accéder à ce quartier que nous visiterons ensemble prochainement, le plus typique aussi par la conception qui est sienne : le pont Charles.




     Il doit en fait son nom, vous ne l'ignorez plus maintenant, au comte de Luxembourg, devenu au milieu du XIVème siècle le dirigeant du Saint Empire romain germanique sous le patronyme de Charles IV.




     Sa statue, oeuvre de l'artiste originaire de Dresde, Arnost Händel, se trouve d'ailleurs érigée, depuis 1848, sur la petite place à droite avant d'emprunter le pont : rendant évidemment hommage à l'empereur qui
n'eut de cesse de transformer la ville en prestigieuse capitale d'empire, elle visait également à l'époque à commémorer le demi-millénaire de l'Université qu'il avait créée. Et la présence de ces allégories féminines assises sur le pourtour du piédestal sur lequel, majestueux, pose Charles IV, symbolise en réalité les différentes facultés universitaires.



  
     S'appuyant sur les vestiges du pont Judith, ouvrage en pierre réalisé deux siècles plus tôt aux fins de remplacer une ancienne passerelle en bois, un peu en aval, qui n'avait pas résisté aux fréquentes et sévères crues de la rivière, le pont Charles, constitué de blocs de grès, mesure 515 mètres de long pour seulement 9, 50 de large.

     
Devenu en quelque sorte un des monuments emblématiques de Prague, il est dû à un architecte et sculpteur allemand lui aussi, à peine âgé de 23 ans quand il arriva à la cour impériale pragoise, Peter Parler ; artiste qui fut également mandé par l'empereur mécène pour réaliser le choeur de la cathédrale Saint-Guy, dans l'enceinte du domaine royal, ainsi que pour imaginer la conception de Nové Mesto, le quartier de la "Nouvelle Ville".

     Deux "portes" le balisent : à l'entrée côté Staré Mesto, en cours de travaux de réfectionnement, comme d'ailleurs à certains endroits le pont lui-même, la plus belle, la mieux conservée, la Tour de la Vieille Ville, ornée de blasons encadrant sculptures et statues gothiques du même Peter Parler



avec, notamment celles de Saint-Guy, au centre, accompagné, à droite par Charles IV et, à gauche, par son fils, Venceslas.


 
    A l'autre extrémité du pont,
un demi kilomètre plus loin, s'ouvrant donc directement sur Mala Strana, plus vieilles, moins ouvragées, moins bien conservées : la tour du pont Judith, vestige du premier ouvrage de pierre et, à sa droite, plus haute, celle du "Petit Côté", semblent protéger, dans la perspective, le dôme de l'église baroque Saint-Nicolas, la première, à Prague, à porter ce nom ; la seconde étant, souvenez-vous, sur la place de la Vieille Ville, à l'entrée de Pariztska, l'avenue de Paris.




      Entre ces deux "portes", une trentaine de statues et groupes sculptés ponctuent le parapet du pont gothique depuis le début du XVIIIème : d'essence baroque, donc assez grandiloquents à mes yeux, ils sont destinés à honorer un certain nombre de saints, un peu comme, à Rome, sur le Pont Saint Ange.
Vous me permettrez de ne point les commenter mais de simplement vous donner à voir certains d'entre eux  ...





     Je ferai cependant une exception pour l'une d'elles, placée au centre, du côté du pont Manès, parce qu'elle fut en réalité la première à être installée ici et la seule à avoir été coulée en bronze, les autres étant en pierre :  il s'agit de la statue de Jean Népomucène.



     Condamné par le roi en 1393 à cause d'un différend concernant l'élection d'un abbé, selon certaines sources, ou parce que, confesseur de l'épouse du souverain soupçonneux quant à sa fidélité, il aurait refusé de trahir le secret de la confession, selon d'autres chroniques d'époque, le chanoine de la cathédrale Saint-Guy aurait dès lors été jeté pieds et poings liés de cet endroit du pont dans la Vltava.

      Son tombeau, tout aussi baroquement exubérant, se trouve précisément dans cette cathédrale.  

      Autre particularité de la statue ? La patine qui caractérise les deux scènes apposées de part et d'autre de son piédestal  :



des personnes relativement crédules viennent en effet donner corps à la légende qui, comme d'ailleurs en beaucoup d'endroits touristiques, voudrait que d'ainsi caresser la plaque en bronze permettrait au martyr devenu saint d'exaucer les voeux, quels qu'ils soient ...

     Plus sérieusement, pour terminer cette petite visite du pont Charles et avant de vous emmener, samedi prochain 19 décembre, à Mala Strana pour l'ultime déambulation de cette année 2009, je me dois de préciser que beaucoup de ces monuments de pierre ont été remplacés au XXème siècle par des copies, la pollution atmosphérique, à Prague comme partout ailleurs, ainsi que les pluies acides leur étant devenues fatales.  

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 00:00




     Mardi dernier, ami lecteur, j'avais cru bon, devant la petite quarantaine de blocs de grès exposés dans  la vitrine de gauche immédiatement en entrant dans la deuxième partie de l'immense salle 12 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, de vous entretenir de ce qu'il est convenu d'appeler, dans le landerneau égyptologique, les "Annales" de Thoutmosis III.

     Avant de poursuivre cette évocation dans les prochaines semaines, j'aimerais aujourd'hui qu'ensemble, nous nous penchions sur la personne de celui qui commanda ce qu'il est traditionnellement convenu d'appeler un monument de l'historiographie égyptienne. 




 

     La remarquable statue magnifiquement conservée ci-dessus, jambes et quelques menus détails mis à part, que certains d'entre vous ont peut-être déjà eu l'occasion d'admirer au Musée de Louxor, fut retrouvée avec près de 800 autres et quelque 17 000 bronzes divers lors de fouilles entreprises dans les premières années du XXème siècle, exactement entre 1903 et 1907, par l'égyptologue français Georges Legrain (1865-1917), dans la cour du VIIème pylône du temple d'Amon-Rê, à Karnak (voir plan) ; espace dénommé depuis "Cour de la Cachette".

     Le cartouche gravé sur la boucle de la ceinture, ainsi que les inscriptions du pilier dorsal permettent de l'attribuer sans contestation aucune à 
Thoutmosis III, volontairement représenté dans la fleur de l'âge.



     Sixième souverain de cette glorieuse XVIIIème dynastie qui vit le jour avec un Âhmosis expulsant les envahisseurs hyksos du nord du pays, Menkheperrê (= Durable est le devenir, la manifestation de Rê

Djéhoutymès (= Thot l'a mis au monde)

         
définitivement plus connu sous le nom grécisé de Thoutmosis III (± 1478 - 1425 avant notre ère), connut un début de règne pour le moins particulier.

     La présente intervention n'étant pas véritablement destinée à vous proposer sa biographie détaillée, qu'il me suffise, pour néanmoins esquisser quelques aspects de son parcours, de simplement souligner que, fils de Thoutmosis II et d'une épouse secondaire dont on ne sait pratiquement rien, il fut, à cause de son jeune âge, longtemps mis à l'écart d'un pouvoir qui eût dû lui revenir de droit, par la jeune veuve de son père, demi-soeur et grande épouse royale, Hatchepsout.

     Plus précisément, quand Thoutmosis II meurt, aux environs de 20 ans, après un règne de seulement quelque trois années, son fils, Thoutmosis III, doit probablement n'avoir que 5 ou six ans ; et sa soeur, Hatchepsout, 13 ou 14 ans. Ce sont donc ces deux enfants, tante et neveu, beau-fils et belle-mère, qui vont conjointement occuper le trône d'Egypte.

     En raison donc de la minorité de l'héritier mâle, Hatchepsout prit dans un premier temps en mains les rênes du pays en tant que régente, puis décida en l'an 7 de s'arroger les pleins pouvoirs, transformant ainsi de facto cette "corégence" en un véritable règne personnel, s'instaurant reine pharaon après avoir officiellement fait reconnaître sa pleine légitimité sur le trône et spoliant dès lors le prince héritier de ses prérogatives régaliennes.

     Il appartient toutefois à la vérité historique de reconnaître qu'apparemment la reine se fit un devoir de permettre que soit prodiguée à son neveu une éducation digne des fonctions suprêmes dont elle se doutait probablement bien qu'il serait un jour destiné à embrasser.  

     Et effectivement ; mais ce ne fut en réalité qu'au décès de cette belle-mère, aux environs de 36 ans, après 22 années de "partage" de pouvoir, - il devait alors quant à lui s'approcher de la trentaine -, que Thoutmosis III entama véritablement son règne autonome après avoir recouvré la pleine souveraineté sur la terre de ses ancêtres.
 
     Terre toutefois très menacée dans la mesure où un grave danger sourdait à l'horizon asiatique : les deux décennies qu'avait durées le règne d'Hatchepsout virent les principautés traditionnellement sous hégémonie égyptienne progressivement se détacher de la tutelle pharaonique et tenter de mener une politique indépendante.

     Parmi les plus belliqueux de tous ces peuples proche-orientaux, le royaume du Mitanni, situé entre Tigre et Euphrate n'avait de cesse de tenter d'étendre son territoire jusqu'à la Méditerranée afin bien évidemment de se constituer des débouchés maritimes : c'est dans cette optique expansionniste qu'il avait mis sur pied une coalition avec ses voisins proches pour éventuellement contrecarrer une réaction d'opposition de la part de l'Egypte, voire même, d'après certains égyptologues, d'envisager de l'attaquer.




     Refusant d'accréditer semblables visées de ceux qu'il considérait comme pays naturellement soumis à sa puissance, Thoutmosis III prit les devants et décida donc - certainement aussi pour démontrer à la face de ses voisins fournisseurs des ressources dont de tout temps l'Egypte avait besoin qu'il était devenu et  entendait bien rester le maître incontesté de la région -, de mener quelque 17 incursions successives, approximativement une chaque année à partir de l'an 23, de manière à, dans un premier temps, rétablir, puis ensuite définitivement asseoir sa main-mise économique jusqu'à l'Euphrate.

     C'est donc la relation de ces événements et surtout - j'insiste -  plus encore de ce qu'il en retire  en vue de faire offrande à Amon-Rê qu'il décida d'abondamment graver sur certains murs de Karnak

     Estimant le terme d'annales suffisamment explicite, il me semble superflu d'insister sur la forme que prit ce récit. En revanche, il me plaît à épingler, avant de mettre un point final à cet embryon de biographie historique, tout ce que, consubstantiellement à cette rédaction d'envergure, Thoutmosis fit entreprendre à partir des années 42-43, en conséquence, probablement, de sa présence plus effective et définitive sur le territoire égyptien : ce sera notamment le début de la construction, à l'extrémité du cirque rocheux de Deir el-Bahari, d'un temple funéraire dont il ne reste aujourd'hui que ruines mais qui, à l'époque, domina de part et d'autre ceux de Hatchepsout et de Mentouhotep II.

     Ce sera aussi, disposé en 48 colonnes sur la paroi sud des salles d'offrandes sud d'Hatchepsout, après le VIème pylône de Karnak, ce que les philologues appellent le "Texte de la Jeunesse" dans lequel est réécrite l'histoire de son règne, celle de son accession au trône, ainsi que celle des constructions qu'il avait ordonnées dans ce temple pendant les nombreuses années de "corégence".

     Et enfin, n'en déplaise à certains historiens qui veulent manifestement le présenter plus vindicatif qu'il ne le fut en réalité, dans ces années-là toujours commence la proscription touchant sa marâtre : il attendra en effet une vingtaine d'années après le décès de celle-ci
- exactement le "23 du premier mois de la saison peret de l'an 43", comme le précise le texte -, avant de lancer cette damnatio memoriae ordonnant que soient systématiquement martelés noms et images de celle qu'il considérait assurément comme une usurpatrice.

     Ci-dessous, un exemple de martelage de la figuration d'Hatchepsout à Karnak




(Merci à Alain Guilleux - http://alain.guilleux.free.fr/index.php - pour l'amabilité avec laquelle il m'a laissé disposer de son cliché.)


      Mardi prochain, 15 décembre, je vous propose d'ores et déjà de nous retrouver aux fins de décoder ensemble, ami lecteur, l'inscription des "Annales".


(Gabolde : 1987, 61-81 ; Grandet : 2008, 9-94 ; Laboury : 1998, 5-58 ; Maruéjol : 2007, passim ; Valbelle : 1990, 285 ; Vernus/Yoyotte : 1988, 162-3)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 00:00

     Une prestigieuse université fondée en 1348 (Univerzita Karlova), une place (Karlovo Namesti), la plus grande de la ville, une rue, un hôtel (The Charles), un restaurant, une librairie commémorent son nom : Karel, en tchèque, Charles, en français.

         

     Né Wenceslas (Vaclav),
fils de Jean, comte de Luxembourg, roi de Bohême par son mariage avec Elisabeth Premyslovna, héritière du trône, Charles (1316-1378) qui a emprunté le patronyme de son oncle et parrain, le roi de France Charles IV le Bel et épousé, à 7 ans, Blanche de Valois devient, en 1355, empereur du Saint Empire romain germanique : et de Prague, ce mécène qui pratique tout à la fois le latin, l'allemand, le tchèque, le français et l'italien décide de faire le centre politique et culturel de son empire.

     Pour les nombreux touristes qui, les yeux émerveillés, découvrent à longueur d'années ce bijou architectural qu'est la capitale de l'actuelle Tchéquie, un pont essentiellement, LE pont, évoque Charles IV : Karluv most, l'oeuvre de Peter Parler, l'architecte principal de Nové Mesto, le quartier de la "Nouvelle Ville" mais aussi des parties gothiques de la cathédrale Saint-Guy, à l'intérieur de l'enceinte du château royal de Hradcany que nous visiterons en janvier prochain.


     Réservé aux piétons,



mais
aussi aux artistes et artisans proposant qui l'agréable matérialité sonore des cartons perforés de son orgue de Barbarie,



qui les traditionnelles caricatures permettant
aux chalands de rentrer au pays avec un souvenir "typique" de leur séjour à l'étranger,



cet ouvrage d'art qui, de la Tour de la "Vieille Ville" - ci-dessous sur un set de table d'un excellent petit restaurant typiquement tchèque - relie la rive droite de la Vltava à la gauche, permettant ainsi d'accéder à Mala Strana, puis au château, ne constitue certes pas, vous vous en doutez ami lecteur, le seul pont de Prague.





     Sur tout son parcours, la Vltava - cette rivière qui scinde la ville en deux parties et que les Allemands appellent "Moldau" -, est ainsi scandée de dix-sept ponts avant de se jeter dans l'Elbe, quelque quarante kilomètres plus au nord.

     

     Mis à part Jiraskuv most,



le pont Jirasek qui, de l'aéroport de Prague-Ruzyne, à la périphérie nord-ouest de la ville, permet aux touristes fraîchement débarqués d'accéder en son centre historique en passant près de Ginger, vous souvenez-vous ?, la plupart d'entre eux ignorent quasiment les autres possibilités de traverser la rivière, le pont Charles seul rencontrant tous les suffrages.

     Et pourtant, tout au nord de la ville, après le très banal Manesuv most, le pont Manes, du nom d'un peintre paysagiste tchécoslovaque de la fin du XIXème siècle, qui permet lui aussi de rallier Mala Strana, en voiture ou en tram,  



il faut absolument que je vous fasse connaître, ami lecteur, Cechuv most, le pont Cech, le dixième qui enjambe la Vltava et qui porte, quant à lui, le nom d'un poète ayant vécu dans la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXème.

     Reliant directement l'avenue de Paris qui vient de la place de la Vieille Ville en traversant Josefov, au gigantesque métronome de David Cerny, sur la colline de Letna, symbolisant, depuis 1991, la capacité de Prague de survivre au balancement des différents pouvoirs politiques qui s'y sont succédé,

 
 
le pont Cech, construction métallique à trois arches, typiquement "Art Nouveau", terminé en 1908, outre qu'il emporte le record d'être le pont le plus court de la ville - 169 mètres -,



offre les caractéristiques d'être non seulement décoré, comme ci-dessus à droite, d'une statue en bronze perchée au sommet de deux colonnes s'élevant à plus de 17 mètres et, comme ci-dessous, de deux  allégories d
e trois mètres de hauteur, réalisées également dans le même métal par Antonin Popp et représentant des "Victoires" brandissant des flambeaux.

 



     Nous aurions donc l'embarras du choix, samedi prochain 12 décembre, d'emprunter vous et moi, l'un ou l'autre de ces quelques ouvrages sur la Moldau pour accéder au quartier ouest, à Mala Strana ; mais je pense que, comme la majorité des touristes préférant s'y rendre à pied, je vous emmènerai vers le "Petit Côté" par une élégante passerelle, le traditionnel et néanmoins si typique pont Charles ...


Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages