Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 23:01


     Après cette sorte de mise en appétit que furent et Ginger et les façades pragoises, premiers aspects, pour beaucoup d'entre vous, amis lecteurs, de cette superbe ville, je voudrais aujourd'hui, en guise d'approche globale, vous convier à m'accompagner dans la découverte de ses différentes parties : en fait, de ses cinq quartiers historiques qui, entre les collines de Vysehrad et de Hradcany sur lesquelles, en des temps différents, les monarques choisirent d'installer le siège même de leur pouvoir, correspondent pratiquement aux anciennes cités établies de part et d'autre de la rivière Vltava (la "Moldau" des Allemands); et ce, en prémices à d'autres déambulations que, dès samedi prochain, nous entreprendrons afin de vous permettre, tout en sillonnant successivement chacun d'eux, d'en découvrir leurs essentielles particularités.

     A tout seigneur, tout honneur, la Vieille Ville - Staré Mesto (prononçons "Myésto") - au coeur même de la Prague actuelle, sur la rive droite de la Vltava. Élément cardinal, manifestement fédérateur, de ce quartier  : la place principale, appelée Place de la Vieille Ville avec notamment, sur fond de façades baroques, le monument élevé à Jan Hus à l'occasion du 500ème anniversaire de sa mort. Directeur de l'Université de Prague, ce théologien réformateur qui, osant bien avant Luther et Calvin dénoncer la corruption au sein de l'Eglise catholique, fut évidemment déclaré hérétique, excommunié, condamné par le concile de Constance, arrêté et finalement  brûlé vif en 1415,




mais aussi l'Hôtel de Ville et ses horloges, dont je vous présenterai samedi prochain la plus caractéristique, la plus spectaculaire.





      Au nord de Staré Mesto, empruntons la luxueuse "Parizska", l'Avenue de Paris où les  bâtiments accueillant les vitrines de Cartier, par exemple, le disputent en magnificence à ceux hébergeant les sacs Vuitton



pour aboutir à Josefov, le fascinant ghetto juif avec ses nombreuses synagogues, et son cimetière pour le moins atypique.




 
     A l'ouest de la Vieille Ville, sur la rive opposée donc, il nous suffira de traverser le Pont Charles - Karluv Most -, que bordent une trentaine de statues baroques et sur lequel bateleurs, marchands ambulants, artistes et touristes par milliers se pressent chaque jour 

 



pour accéder au "Petit Côté" - Mala Strana - par les tours du Pont Judith




et, empruntant directement Nerudova ulice, la Rue Neruda, aux maisons étroites si particulières, comme  la n° 41, dite "Au lion rouge",

 

 



monter sur la colline dominant la ville, à Hradcany, où se situent notamment l'imposant château, siège du pouvoir de Bohême depuis le IXème siècle de notre ère

 

 




et le prestigieux édifice gothique qu'est la cathédrale Saint-Guy.

 

 




     Enfin, revenant sur la rive droite, au sud de la Vieille Ville, nous découvrirons la Nouvelle Ville - Nové Mesto -, quartier extrêmement foisonnant puisque celui des affaires, des magasins et bien évidemment des hôtels, des restaurants, des cafés, des boîtes de nuits les plus célèbres, etc.

     Son centre névralgique : Václavské námesti, la Place Venceslas, du nom de ce prince de Bohême qui, au Xème siècle, fut assassiné par les partisans anti-catholiques de son frère et devint, par là même, aux yeux des Tchèques, leur premier martyr.

 

 

 


     Préparez dès à présent, ami lecteur, vos chaussures de marche les plus confortables et retrouvons-nous samedi prochain, 24 octobre, pour ensemble commencer à découvrir Staromestské námestí, la Place de la Vieille Ville.

     Nous essaierons de nous présenter quelques minutes avant 10 heures, par exemple, devant l'Hôtel de Ville : une grande et captivante surprise nous y attendra ! 

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 23:00


    
La découverte que nous faisons depuis quelques semaines, vous et moi ami lecteur, de la vitrine 1 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre m'a conduit, dans un premier temps, à brosser un tableau succinct de ce qu'était et représentait l'élevage en terre pharaonique; ensuite, à successivement évoquer le porc, les 15 et 22 septembre, puis le veau, le 29 du même mois et mardi dernier.



     De veau, il pourrait à nouveau en être question aujourd'hui, avec cette petite coupelle en faïence siliceuse (E 27249) que vous avez aperçue entre les fragments décorés de l'avant-plan.



     Sur 4, 20 cm de hauteur, pour un diamètre de 13, 40 cm, un artiste du 8ème ou du 7ème siècle avant notre ère a réussi le tour de force de la décorer en léger relief du motif d'une jeune femme portant une palanche chargée de poissons et menant un veau.

     Mais ce qu'il m'agréerait plutôt d'envisager, de manière certes obligatoirement un peu théorique, avant de la détailler ces prochains mardis, c'est la substantielle collection de fragments de calcaire  à l'avant-plan de la vitrine, et que les savants nomment "ostraca".


     Ces éclats de pierre, ces tessons de poterie représentent en fait ce que l'égyptologue français Georges Posener, dans le Dictionnaire de la Civilisation égyptienne, qu'il cosigna avec deux  autres collègues, appelait le "papyrus du pauvre".

     En effet, il suffisait à n'importe quel Egyptien  un peu artiste, un peu lettré, d'utiliser des morceaux de calcaire qu'il lui était loisible de ramasser chaque jour à l'aplomb des rochers, dans le désert, ou des tessons de céramique dénichés ici et là dans les déblais de vaisselle d'un village.

    Souvenez-vous, ami lecteur, de la série d'articles des 25 avril, 2 et 9 mai derniers concernant le village des artisans de Deir le-Medineh, ces hommes qui avaient été requis pour construire, aménager et décorer les hypogées des souverains et de leurs épouses qui, depuis le début du Nouvel Empire, avaient choisi le site de Thèbes Ouest (Vallée des Reines, Vallée des Rois, etc.) pour se faire inhumer.

     J'avais, à l'époque, attiré votre attention, à partir des rapports des fouilles de Bernard Bruyère en personne et ce, pour l'Institut français d'Archéologie orientale du Caire (I.F.A.O.), sur ces endroits - dont le "Grand Puits" - où furent mis au jour, dans la première moitié du XXème siècle, d'énormes quantités de ces documents de première importance dans la mesure où ils permettent de mieux appréhender la vie quotidienne, les coutumes et les préoccupations des habitants.

    Car si l'on en retrouva de toutes sortes - rappelez-vous ceux qui nous ont un temps proposé l'une ou l'autre poésie, l'un ou l'autre chant d'amour rédigés soit en écriture hiéroglyphique, en hiératique ou en démotique, et que les égyptologues appelèrent "ostraca littéraires" -, des milliers d'autres, comme ceux que nous avons aujourd'hui devant nous, constituaient le support, toujours anonyme, de scènes de genre : de l'esquisse préparatoire pour la décoration d'une paroi aux simples dessins rapidement réalisés aux seules fins de se divertir, de tuer le temps, les égyptologues ont ainsi découvert des épures, des caricatures, des oeuvres parodiques, satiriques, - extrêmement rares dans l'art traditionnel -, avec des animaux souvent  - Esope et La Fontaine ne sont pas loin -, mais aussi des scènes d'intimité - naissance, allaitement, toilette -, dont certaines débordent d'humour et de gaieté; bref, des représentations qui les ont autorisés à les  nommer "ostraca figurés".

    Mais, contrairement à une croyance habituellement répandue, Deir el-Medineh fut loin d'être la source unique d'une telle provende : de l'Ancien Empire, pendant toute l'histoire égyptienne et jusqu'à l'époque arabe, semblables supports d'une créativité sans codification aucune répondant à une esthétique officielle, fruit donc d'une extraordinaire liberté et d'expression et de style de ceux qui les décoraient, furent au centre même d'une certaine vie sociale des habitants de la Vallée du Nil.

    Une simple déambulation dans les plus grands musées européens, de Londres à Turin, en passant par Berlin et Bruxelles, mais aussi bien évidemment par le Louvre, ici devant nous, et aussi à l'étage supérieur,  au fond à droite de la salle 28, dans le pupitre vitré disposé devant la deuxième fenêtre donnant sur la Cour Carrée, vous convaincra facilement, ami lecteur, du bien-fondé de mon propos.

    Une attention particulière vous permettra de vous  rendre compte que les "dessinateurs" choisissaient, dans la mesure du possible, la face la plus lisse d'un fragment de calcaire sur laquelle ils pouvaient ainsi esquisser leur sujet partant de traits légers exécutés à l'ocre rouge avant de le terminer, d'un trait ferme, à l'encre noire, les deux teintes de base de la palette d'un scribe  ...

    Mais d'autres couleurs, issues cette fois de la palette du peintre, celui que les Egyptiens, jamais en manque d'image poétique, appelaient le "scribe des contours" pouvaient être sollicitées pour mettre en évidence l'un quelconque détail de la scène.

    Toutes ces teintes, d'origine naturelle, étaient présentes dans la montagne thébaine : l'ocre rouge, oxyde naturel de fer, et l'ocre jaune, oxyde de fer hydraté, s'y trouvaient sous forme de pierre dans le Gebel; le blanc était un carbonate ou un sulfate de calcium; le noir provenait de bois calciné; le bleu était un silicate de cuivre calcique qui, mélangé à de l'ocre jaune, donnait ensuite le vert. Vert que, par ailleurs, l'artiste obtenait également à partir de la malachite broyée. Quant au jaune, indépendamment de l'ocre, il pouvait aussi être le produit de l'orpiment, sulfure naturel d'arsenic.



    Mais quelle est exactement l'origine de ce terme ostracon, (ostraca, au pluriel) ?

    Dans la Grèce antique, et plus particulièrement à Athènes, un  "ostrakon" constituait le support matériel sur lequel était noté le nom du citoyen que l'on désirait voir bannir dans la mesure où il semblait  représenter une menace pour la Cité.

 

     Groupés par tribus, les votants étaient invités à déposer dans une urne, une fois l'année, ce tesson inscrit : et celui dont le patronyme avait été le plus abondamment retenu était voué à dix années d'exil,  pour autant toutefois qu'ils fussent au moins six mille à voter, dix années d'ostracisme comme on dit en français, bénéficiant néanmoins de la conservation de ses biens et de sa qualité de citoyen qu'il pourrait recouvrer dès son retour.


     Sur le document ci-dessous - (je remercie au passage Jean-Louis, concepteur du blog Grèce antique d'avoir immédiatement accepté de me laisser disposer de son cliché) -, on peut lire le nom de Thémistocle, stratège athénien frappé d'ostracisme en 471 avant notre ère.



  

     C'est donc ce terme ostracon, eu égard à l'acception qui était la sienne dans le vocabulaire grec, et non bien sûr par rapport à sa fonctionnalité dans la démocratie athénienne, que les Egyptologues reprirent pour désigner les éclats de calcaire et tessons de poterie sur lesquels les artistes  des rives du Nil s'étaient abondamment épanchés.


     Mardi prochain, le 20 octobre, je vous propose de commencer à envisager ceux qui sont exposés ici, à l'avant-plan de cette première vitrine de la salle 5.
   

(Andreu : 2002, 168-9
; Mossé : 1992, 358-9; Posener/ Sauneron/Yoyotte : 1959, 208; Vandier d'Abbadie : 1946, passim)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 23:01

     Prague, écrivais-je récemment, ami lecteur, représente à mes yeux un fabuleux et  quasiment incroyable musée à ciel ouvert, un décor de théâtre presque, certes doté d'un richissime passé historique peu connu des Européens de l'Ouest que nous sommes, mais surtout doublé d'une époustouflante vitrine architecturale millénaire que l'on découvre à chaque pas d'une déambulation dans les différents quartiers de la ville : de l'Art roman au contemporain le plus expressif - rappelez-vous la "Dancing House" que je vous ai présentée samedi dernier -, en passant par le Gothique, le Baroque, l'Art nouveau et l'architecture cubiste, tout attire sans cesse le regard, en ce compris certains bâtiments que j'estime pourtant lourds, gris, inesthétiques en fait : manifestement le "fleuron" des années communistes, ils méritent néanmoins notre attention, ne fût-ce que sur le plan de la réflexion idéologique.

     J'aimerais, aujourd'hui, avant d'évoquer samedi prochain les différents quartiers qui constituent le "Grand Prague" né au sortir de la Première guerre mondiale, simplement vous proposer un florilège de quelques-unes des façades que vous rencontrerez, ami lecteur, si d'aventure vous décidez de visiter cette fascinante capitale d'Europe centrale.

     Vous me permettrez de ne point les commenter, préférant vous laisser goûter au seul plaisir de les admirer, ou de les rejeter ... selon vos affinités avec tel ou tel type d'architecture  ...

    


(J'avais promis, je sais, de ne rien ajouter : mais ces panneaux publicitaires ... et ces tags !!)










 

 


 

 



 



 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




     Et la dernière, je "l'offre" plus spécialement à Nat, et à toutes celles et ceux qui, comme elle, apprécient les 

 

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 23:00


     Nous nous étions complu mardi dernier, vous et moi ami lecteur, à admirer l'élégante naïveté de la statuette du tout jeune moscophore (E 14721) exposée ici devant nous, dans la première des vitrines de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, celle consacrée à l'élevage et que nous détaillons depuis maintenant la mi-septembre.   



     J'avais aussi, souvenez-vous, attiré votre attention sur le fait que ce thème avait été repris par l'art grec, sans toutefois étayer plus avant mon assertion. Ce que je fais aujourd'hui en vous proposant cet exemplaire de marbre de 96 centimètres de hauteur que d'aucuns, peut-être, ont déjà rencontré au tout nouveau Musée de l'Acropole, à Athènes, inauguré en juin dernier.



     Vous noterez, je pense, qu'étant d'évidence de facture grecque, cette oeuvre du VIème siècle avant notre ère, porte toutefois nettement l'empreinte de la statuaire des rives du Nil, à savoir ce que les historiens de l'art appellent "la posture frontale à l'égyptienne", avec la jambe gauche en avant. Et malgré cela, certains ouvrages spécialisés, ainsi qu'évidemment les manuels scolaires dont tout le monde peut se rendre compte qu'ils n'évoluent qu'extrêmement lentement, osent encore prétendre à la prééminence de l'art grec !

     Enfin, mardi dernier, j'avais terminé notre entretien de manière un peu négative en mettant l'accent sur l'inévitable finalité de l'élevage du veau (ou de tout autre animal) : l'abattage et le dépeçage destinés à nourrir les dieux, à tout le moins leur statue dans le saint des saints des temples, les défunts, ensuite la population ... 

     C'est donc ce sujet, délicat pour les "âmes sensibles", que je vais aujourd'hui plus particulièrement aborder avec vous.


     Parce que les documents font défaut, vous avais-je précisé quand dernièrement j’avais évoqué le porc, je n’avais pas eu l’opportunité de trop m’attarder sur les rites sacrificiels égyptiens concernant cet animal.
 En revanche, dans les mastabas de l’Ancien Empire, dans certains hypogées du Nouvel Empire, ainsi que dans les temples ptolémaïques extrêmement prolixes quand il s’agit d’expliquer des rituels des hautes époques pharaoniques, nombreuses sont les scènes qui ont trait au sacrifice du veau (mais aussi, d’ailleurs, des gazelles, des antilopes, des oryx, des boeufs, bien sûr, et parfois de la volaille).

      En prémices, quand d'aventure il fallait qu'on en sacrifiât un, il devait préalablement être soumis à un examen rituel : reconnaître sa pureté, c'était en effet s'assurer qu'il ne présentait pas les marques distinctives d'un futur possible taureau Apis, auquel cas il eût été interdit de le tuer.

     Ces scènes de boucherie qui accompagnent le défunt dans son dernier voyage ici-bas se présentent quasiment toutes selon un même schéma, ce qui signifie qu’elles ne rendent pas nécessairement compte d’une réalité de fait, mais plutôt qu’elles induisent une signification plutôt liturgique : l’animal, couché à même le sol, était dans un premier temps ligoté de manière à lui couper une cuisse qui serait alors immédiatement proposée au défunt en guise d’offrande alimentaire de premier ordre. Puis, seulement après, venait l’égorgement et la décapitation.

     Oui, vous avez malheureusement bien lu, ami lecteur : l’ablation de la patte antérieure se faisait (selon toutefois certains égyptologues, bien vite contestés par d’autres que le geste effraie), alors que le petit animal dont on avait pris soin de ligoter ensemble les trois autres membres était toujours vivant.

     Ainsi, grâce au dessin ci-dessous réalisé par Marcelle Baud pour l'ouvrage "Les Pleureuses dans l'Egypte antique", publié en 1938 par l'égyptologue belge Marcelle Werbrouck, collaboratrice de Jean Capart, peut-on nettement distinguer, dans une scène de la tombe mise au jour à Memphis d'un certain Ptahmès, scribe du Trésor de Ptah à l'époque ramesside, un prêtre ritualiste en train de sectionner la patte antérieure droite d’un veau regimbant, alors que la vache derrière lui, mugit également, mais d'une autre douleur : maternelle celle-là !




     On retrouve une représentation assez semblable, sinon plus explicite, dans la longue vignette chapeautant le premier chapitre d'un "Livre pour sortir au jour", traditionnellement et erronément encore appelé "Livre des Morts ", chapitre consacré aux funérailles et qui nous apprend qu’il s’agit, à ce moment précis des rites de revivification, d’offrir au défunt censé devenir un nouvel Osiris, le sang chaud et viril d’un petit veau encore vivant auquel on prélève une des pattes antérieures.  




     Vous avez immédiatement remarqué que cette scène extraite du "Livre pour sortir au jour" (British Museum  EA 10470) d'un certain Ani, scribe royal, se divise en deux registres : dans la partie supérieure, le veau vient d'être charcuté, et le sang gicle encore de la plaie récente; et c'est au second que l'on voit un personnage vêtu d'un pagne se dirigeant avec le membre mutilé vers une des tables d'offrandes du défunt.   

     Si j'avais pris la précaution de vous proposer l'intégralité des deux documents ci-dessus, vous auriez aussi tout de suite compris que, dans la décoration d’un tombeau, ces scènes de boucherie interviennent si près de celles montrant l’arrivée du cortège funèbre, si près de celles des pleureuses, mais aussi de la cérémonie d’ouverture de la bouche destinée à rendre les divers sens au défunt (parole, ouïe, odorat ...) qu’il n’y a plus de doute possible : le veau était bel et bien sacrifié de la sorte précisément lors de ce rite de l’ouverture de la bouche.

     Tous ces gestes, d’ailleurs : sa mutilation préalable, son égorgement, l’ouverture de la bouche du défunt, etc., constituaient chacune des étapes, s’articulant les unes par rapport aux autres, de l’important rituel funéraire égyptien.

     Et, par exemple, l’ablation de la cuisse du veau faisait très nettement référence aux démêlés mythiques d’Horus et de Seth : plus précisément au combat d’Horus cherchant à restaurer le pouvoir de son père, avant d’en assurer lui-même la charge; pouvoir royal que voulait s’approprier Seth !

     Je ne voudrais cependant pas terminer sur une note aussi cruelle, que contestent, je le précise à nouveau, certains égyptologues, sans vous rappeler que ces scènes ne sont fort heureusement pas les seules qui font allusion au veau. Et qu’aux côtés des sempiternels moments de sevrage d’un petit animal qui tire la langue, en sont représentées d’autres dans lesquelles on voit des troupeaux se déplacer pour passer un gué, par exemple, le plus souvent en barque réalisée avec des bottes de papyrus.

     Trois possibilités s’offrent alors : soit l’animal marche en toute liberté, soit il est, comme sur notre statuette, porté sur les épaules d’un jeune berger, soit, mais c’est plus rare, attaché à une longe qui lui passe par la mâchoire. Mais, il appert que dans tous les cas, c’est le veau qui prend la tête, c’est lui qui mène le troupeau de bovidés.

     

     On ignore malheureusement l’époque exacte à laquelle ces opérations de boucherie ont pris naissance : fin de la préhistoire ?, tout début de l’Ancien Empire ? On ignore également quand elles sont véritablement devenues rituelles, quand elles ont été codifiées pour constituer ainsi de facto un des éléments du cultuel égyptien.

     En revanche, on sait qu’à travers les Hébreux d’abord, les Musulmans ensuite, le sacrifice du veau avec Aaron et ses fils d’un côté, obéissant aux injonctions de Moïse, et Abraham de l’autre, fut envisagé, tout à la fois dans la Bible et le Coran, comme un signe expiatoire : transférer les péchés de l'Humanité sur un animal que l’on va occire aux fins de purifier l’homme de ses propres fautes.


(Desroches-Noblecourt : 1953, 30; Guilhou : 1993, 277 sqq; Vandier : 1969, V, 133-8; Werbrouck : 1938, 82, fig. 50)



     Il m'est particulièrement agréable de maintenant chaleureusement remercier les Professeurs d'égyptologie Madame Florence Doyen et Monsieur René Preys de la confiance dont ils m'honorent en m'accordant aimablement l'autorisation de reproduire ici une planche du Papyrus d'Ani, étude que l'on peut par ailleurs lire sur le site belge d'Egyptologica : 
(http://www.egyptologica.be/papyrus_ani/pa_index.htm)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 23:00


     Elle s'appelle Ginger.
    
     Ah, j'oubliais presque un détail géographique non négligeable : après les quelques amours dans le Nord que je vous ai confiées ces dernières semaines, ainsi que le petit détour par Figeac et Rachîd samedi dernier, je voudrais à partir d'aujourd'hui en évoquer d'autres, bien plus à l'Est.

     Ginger, donc. Ou plutôt, pour être tout à fait précis, Ginger et Fred, car elle aussi comme Marie, à Bruges, est accompagnée. Ginger et Fred, c'est le nom que les habitués préfèrent lui donner, en hommage évident au mythique couple de danseurs de Brodway. 

     La première fois que je la vis, elle chaloupait, manifestement fière de son élégante prestance, haut perchée au bout d'interminables jambes que cachait à peine une robe courte, très courte, que n'aurait certes pas reniée Paco Rabanne en personne : et déjà, d'un premier coup d'oeil, je remarquai que tout son corps paraissait harmonieusement se mouvoir au son d'une musique qu'indubitablement elle seule entendait.



     A l'angle de la rue Resslova et du quai Rasinovo longeant la Vltava, cette rivière qui traverse la ville avant de se perdre quelque quarante kilomètres plus loin, dans l'Elbe, et que les Allemands appellent "Moldau" - vous m'accorderez, ami lecteur, que ce dernier patronyme se révèle bien plus aisé à prononcer que le nom tchèque -, Ginger avait admirablement réussi, après toutefois quelques réticences de grincheux toujours prêts à stigmatiser l'inconnu, à définitivement imposer la sveltesse de sa présence aux Pragois médusés par tant d'élégance.




     Si, en plein jour, l'ondulation sensuelle de son corps me ravissait déjà, je dois à la vérité de vous confier que la nuit, quand d'aventure je la croisais avant de rentrer à l'hôtel de la rue Naplavni, juste à côté, la flamboyance de Ginger, ou plutôt celle des vagues imprimées à sa silhouette que poursuivaient des projecteurs avidement focalisés vers elle,  et qui semblaient en narguer d'autres en silence : celles qui venaient discrètement gifler en contre-bas les massifs pilastres de pierre du pont Jirasek, cette flamboyance, donc, me transportait immanquablement sur les scènes des comédies musicales américaines des années trente immortalisées par quelques vieux films d'époque.



                                                            
                                                                           ***

     Prague, je ne le soulignerai jamais assez, ami lecteur, constitue à mes yeux un fabuleux et presque incroyable musée à ciel ouvert dans lequel je vous invite à m'accompagner dès ce matin ...

     Incontestable joyau architectural magnifiquement serti de part et d'autre des méandres de la Vltava, cette ensorcelante capitale d'Europe centrale au richissime passé historique, dans chacun de ses cinq quartiers, à chaque coin de ses rues s'entre-coupant les unes les autres, propose à l'envi, aux nombreux touristes qui, subjugués, la découvrent pour la première fois, façades et monuments dont le style puise goulûment et avec bonheur dans tous les grands courants artistiques du dernier millénaire : de l'Art roman au contemporain le plus expressif, en passant par le Gothique, le Baroque, l'Art nouveau et l'architecture cubiste, tout attire sans cesse le regard : même certains bâtiments que je juge pourtant lourds et franchement inesthétiques, datant manifestement des années communistes, méritent que l'on s'y arrête, avec une visée critique certes, mais néanmoins intéressante sur le plan de la réflexion idéologique. 

     Nonobstant, le centre historique de Prague, - les cinq quartiers, donc - figure maintenant, tout comme Bruges d'ailleurs, au Patrimoine culturel et naturel mondial de l'Unesco. 

     C'est à la découverte de tout cet éclectisme architectural que je vous emmènerai très bientôt. Mais aujourd'hui, bousculant délibérément la chronologie historique, je voudrais qu'un instant encore nous retrouvions Ginger. Ginger et Fred.




     Oeuvre de l'architecte américano-canadien Frank Owen Gehry   à qui l'on doit également, entre autres, le Musée Guggenheim, à Bilbao et la Cinémathèque française, à Paris, ainsi que de son  associé tchèque, d'origine croate, Vlado Milunic, cette bien nommée "Dancing House" construite en 1995-96, est censée conceptuellement évoquer un dialogue chorégraphique entre un homme, Fred Astaire (c'est le bâtiment blanc plus "conventionnel" à l'arrière) et une jeune femme qu'il enlace véritablement, Ginger Rogers (la partie en verre, tout en courbes harmonieuses et sensualité trouble) qui donne l'extraordinaire impression de prendre du plaisir à danser dans ses bras.




     Plus prosaïquement toutefois, Ginger et Fred, ce sont des bureaux à pratiquement tous les étages.

     Une exception, d'envergure, au septième : Le Céleste,  luxueux restaurant gastronomique français ouvert depuis peu et qui, apparemment, a très vite acquis ses lettres de noblesse, offre une époustouflante vue sur la Vltava et le château qui domine la ville.      
  
           


     (Je dois à la stricte vérité déontologique de préciser ici que la (superbe) et dernière photo, manifestement prise de la terrasse du restaurant dominant la Dancing House, n'est, elle, à la différence de toutes les autres de cet article, malheureusement pas de mon cru, mais se trouve à disposition sur un site publicitaire traitant d'immobilier, et bizarrement non-assortie de la mention de son auteur.)


     De ce château, mais aussi de bien d'autres richesses de Prague, n'en doutez point ami lecteur, vous me permettrez de rester aujourd'hui discret, préférant vous donner rendez-vous samedi prochain 10 octobre, aux fins de vous inviter à partager les émotions que cette ville ne peut manquer de susciter.

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 23:00



     J'ai déjà eu ici l'occasion d'indiquer, ami lecteur, quand de conserve nous nous sommes penchés sur la vitrine 11 de la salle 4 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre que, dans les tombes du Moyen Empire, la coutume voulait que la famille du défunt déposât des modèles réduits de la vie quotidienne ressortissant aux domaines de la navigation, de l'agriculture ou, comme dans cette vitrine 1 de la salle 5 que nous détaillons depuis maintenant le  8 septembre, de l'élevage avec, notamment, ces trois statuettes de boeufs (AF 9169) d'une dizaine de centimètres de hauteur, trouvées dans le cimetière de Deir el-Bercheh, en Haute-Egypte.  



     Généralement réalisés en bois, puis peints, ces modèles ont exactement la même fonction  que les bas-reliefs et les peintures des chapelles des mastabas de l'Ancien Empire, - souvenez-vous de celles d'Akhethetep et d'Ounsou, toujours dans la salle précédente - : assurer, par la "magie de l'image", l'éternité des actions représentées pour le bénéfice du défunt qui, de la sorte, disposera toujours dans l'au-delà de tout ce que, sur terre, il possédait.      

     Pour ce qui concerne plus spécifiquement ces trois boeufs, vous me permettrez, je présume, de ne plus m'étendre aujourd'hui sur les caractéristiques des différents bovins connus sur les rives du Nil, que j'avais abondamment détaillées dans un article publié le 19 mai 2009, et de plutôt attirer votre attention sur un autre modèle, juste à côté : la statuette d'un jeune garçon nu portant un veau (E 14721).

 

     Représentation en ronde-bosse des bergers qui apparaissaient précédemment dans les scènes funéraires des mastabas donc, ce moscophore - c'est le terme donné par les Grecs à ce type de personnage qu'ils reprendront bien des siècles plus tard, dans leur propre thématique artistique -, d'une hauteur de 35, 5 cm pour 17, 80 cm de profondeur fut réalisé en bois de tamaris et peint de cette teinte ocre rouge que les artistes égyptiens avaient choisie par convention pour représenter la peau masculine, l'ocre jaune étant, comme j'avais déjà eu l'opportunité de le mentionner dans cet ancien article de la rubrique "Décodage de l'image" consacré à la peinture, plus spécifiquement réservée aux femmes.

     Pour seul "vêtement", le garçonnet auquel l'extrême jeunesse autorise la nudité, porte, comme d'ailleurs tous ceux qui à l'époque conduisaient des troupeaux de bovidés, une perruque : celle-ci est noire, lui couvre la nuque et les oreilles, et se caractérise par une frange sur le front, qui s'arrête légèrement au-dessus des sourcils.

     Il tient ensemble, de ses deux mains réunies sur la poitrine, les quatre pattes du petit veau gracieusement lové autour de ses épaules. Parfois, la pose diffère : l'animal est plutôt porté sur le dos, ses pattes antérieures seules passant de part et d'autre du cou du jeune moscophore. Parfois aussi, c'est une frêle gazelle, un chevreau, un faon qui sont ainsi favorisés ... 


     Depuis que nous déambulons de salle en salle, il ne fait plus de doute pour personne que fut extrêmement importante la part prise par la gent animale dans l'Egypte antique. Créatures divines à l'instar  de tout être humain,  - selon certains mythes cosmogoniques, ce serait le dieu potier Khnoum qui aurait façonné sur son tour à la fois et l'homme et la bête -, les animaux ont toujours eu la faveur des Egyptiens, à quelques exceptions près. Il suffit d'ailleurs de rappeler une nouvelle fois la quantité relativement grande de signes hiéroglyphiques (près de 25 % du corpus total) ressortissant au domaine du règne animal que détient leur écriture.

     L'art, qu'il soit gravure, dessin, peinture ou sculpture, et quelle que soit l'époque, ne fut évidemment pas en reste, qui nous donna tant à contempler la faune des rives du Nil et des déserts, sauvage ou domestiquée. Quant à la littérature, elle participa évidemment à cette exaltation générale : ne lit-on  pas, dans un texte célèbre connu sous le nom de "Enseignement de Merikârê", cette bien amicale dénomination pour caractériser les êtres humains : "petit bétail du dieu" ?

     Bref, toute cette sollicitude prend encore une connotation supplémentaire de tendresse quand il s'agit de très jeunes bêtes. Et la statuette de cet adolescent portant le fragile animal nous le confirme parfaitement : à l'encontre des troupeaux de tous les autres membres du cheptel, les petits veaux n'étaient jamais reliés entre eux lors des déplacements, mais emportés dans les bras des bergers.

     La magnanimité bien compréhensible de semblable attitude cèle pourtant une réalité quotidienne tout autre : "veaux, vaches, cochons, couvée" ... étaient un jour ou l'autre conduits à la boucherie, à l'abattoir dirions-nous actuellement, pour être inévitablement sacrifiés sur l'autel des besoins alimentaires ou celui, moins admissible aux yeux de beaucoup d'entre nous, des rites religieux.

     Et c'est précisément de cet aspect des choses, pas toujours agréable, que je voudrais vous entretenir, ami lecteur, ici même, mardi prochain 6 octobre.  


(Malaise : 1987, 28)    

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 23:00

   
     Que voilà un titre bien bizarre ! Sibyllin, de surcroît. Et qui le devient d'avantage encore quand il est complété par une parenthèse aux apocopes et allitérations pour le moins remarquées.

     Soyons pragmatique, procédons par ordre.

     Bouchard ... Bouchard ... Serait-ce un peintre, peut-être ? Pas vraiment sûr ... Je pense être abusé par la proximité onomastique avec un Boucher, ou un Bonnard, par exemple, artistes de grand talent, s'il en est ! 

     Kosuth ? Il me semble avoir dernièrement rencontré ce patronyme : ne s'agirait-il pas de cet artiste américain, pionnier de l'art conceptuel, auquel le Musée du Louvre offre, à partir d'octobre prochain, ses murs ancestraux afin qu'il y exhibe ses propres textes en lettres blanches ou lumineuses ? 

     Il me faudra probablement patienter jusqu'à la publication d'un éventuel prochain article sur l'excellent blog de Louvre-passion, lui qui nous entretient régulièrement des expositions qui se déroulent en ce musée, pour en être vraiment certain ...

     Et Pat l'expat ? Là, je sais ! J'ai remarqué ce nom depuis quelques jours dans les "Essentiels" répertoriés dans la colonne de droite du blog "EgyptoMusée" de Richard Lejeune.

     Lumière ! Et si les deux autres noms figuraient eux aussi quelque part dans ce blog ?

     Mais oui, mais c'est bien sûr : pas besoin d'attendre les cinq dernières minutes pour trouver la solution de cette petite énigme ! Dans un article où, déjà, il évoquait ses "amours estivales", ses coups de coeur en somme, mais de 2008 ceux-là, Richard avait, dans un premier temps, livré ses impressions de visite de la ville de Figeac, ainsi que du Musée Champollion. Les écritures du Monde; puis, y faisant suite, un autre billet dans lequel, je me rappelle maintenant, il avait abondamment évoqué la Pierre de Rosette, les conditions de sa découverte et les avancées gigantesques qu'entre autres monuments elle permit dans le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique égyptienne.

     Et c'est là, précisément, qu'il mentionnait et Bouchard, et Kosuth.

Rappelez-vous, c'était le 9 septembre 2008 :

     Indépendamment des reproductions de la Pierre de Rosette en miniature que l'on peut trouver dans certains magasins de la ville, voire même dans le hall du musée proprement dit qui en propose notamment une destinée à devenir tapis pour la souris de mon ordinateur, Figeac peut s'enorgueillir de posséder deux exemplaires, totalement différents quant à leur format, de ce célèbre monument.

     Le plus conforme à la réalité figure bien évidemment en bonne place dans la première salle du musée, appelée bizarrement
 " Salle 0 ",
 : il s'agit d'un moulage de la stèle de 762 kgs se trouvant au British Museum de Londres. Elle mesure 114 cm de haut, 72 cm de large et 28 cm d'épaisseur.

 

     Le plus spectaculaire se situe derrière l'espace muséal, en un endroit rebaptisé "Place des Ecritures" : il s'agit d'une immense dalle de granite noir, reproduction géante, oeuvre de l'artiste américain Joseph Kosuth, commandée par la mairie de la ville pour commémorer le bicentenaire de la naissance de Jean-François Champollion.



   
     Comme sur la pièce originale, les trois écritures ont été représentées par l'artiste :

Les hiéroglyphes, écriture des textes religieux et officiels, dans la partie supérieure,
  


l'écriture cursive démotique, écriture des communications courantes, au centre,



    
et l'écriture grecque, en lettres uniquement majuscules, dans la partie inférieure.
 



     C'est donc là que, pour la première fois, était évoqué le travail de Kosuth. 

     Quant à la Pierre de Rosette, Richard poursuivait, dans le même article : 
 

     Il s'agit d'une stèle de granodiorite, initialement cintrée, initialement d'une hauteur se situant entre 150 et 183 cm., retrouvée à Rachîd, petit village du Delta occidental, mieux connu sous le nom francisé de Rosette, à quelques kilomètres de la Méditerranée. Elle était insérée dans un vieux mur qui devait être démoli par les soldats français afin d'établir de nouvelles fondations pour agrandir le fort Julien.

    C'est au lieutenant du Génie Pierre François Xavier Bouchard que l'on doit cette précieuse découverte à la mi-juillet 1799.
 


     Et voilà pour Bouchard. On avance, on avance ...

     Il reste à comprendre Pat l'expat; et saisir la raison pour laquelle Richard a choisi d'interrompre la relation de ses amours estivales 2009 commencée, à Bruges le 12 septembre dernier, et d'à nouveau nous entretenir de cette célèbre Pierre de Rosette.

     Seul, à mon sens, un élément nouveau, et d'importance, pouvait évidemment motiver semblable choix. Et je pense comprendre : il doit s'agir de la découverte qu'il a faite du blog de ce Parisien qui, hasard de ses mutations professionnelles, s'est retrouvé en mission au Caire voici un lustre et qui avait décidé à l'époque de tenir son journal ici sur le Net (http://patrickfromparis.blogspirit.com/). 

     Outre qu'à sa lecture, on découvre un quotidien cairote et les réflexions qu'il suscite, l'intéressant de son blog réside aussi,  - voire même surtout -, dans l'excellence de la documentation iconographique qu'il recèle; et notamment, pour ce qui intéresse plus particulièrement EgyptoMusée, les clichés pris sur les sites archéologiques égyptiens et soudanais qu'il a visités. 

     Car parmi ses déambulations à travers le pays, Patrick, c'est son prénom, s'est rendu à Rachîd, dans le Delta occidental où, souvenez-vous, Richard nous précisait que fut découvert le monolithe de granodiorite qui nous occupe aujourd'hui.

    

     Et c'est donc là qu'il y a photographié l'endroit exact où il fut mis au jour.




     Comme c'était la toute première fois qu'il le voyait, Richard a cru opportun de bousculer son plan d'articles des samedis de cette rentrée pour, aujourd'hui, partager ce cliché avec nous.

   Inutile d'ajouter qu'il a grandement remercié Patrick, l'expatrié au Caire, pour l'avoir autorisé à puiser, quand bon lui semblerait, dans ses albums photographiques aux fins d'agrémenter l'un quelconque futur article d'EgyptoMusée; et celui-ci en tout premier.


     Quant à la suite de l'histoire de la Pierre de Rosette, et ce qu'elle représente en tant que pas essentiel dans le parcours de Champollion, si ce sujet vous intéresse, faites tout simplement comme moi : fouillez dans les archives d'EgyptoMusée et à la date du 9 septembre 2008, vous trouverez réponse à tout ce que vous avez toujours voulu savoir à son propos.

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 23:00



     Mardi dernier donc, derrière ces fenêtres grillagées du rez-de-chaussée de la Cour Carrée, dans la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, nous nous sommes retrouvés, vous et moi, ami lecteur, devant la première vitrine pour plus spécifiquement concentrer notre attention sur la statuette du cochon en bois (E 27248) exposée à l'arrière-plan.




     J'en avais profité pour insister sur le paradoxe qui existe à mes yeux quant à la conception qu'avaient les Egyptiens à propos de cette famille porcine : rejeté dans la mesure où il était voué à Seth, le dieu fratricide, le mâle pouvait dans le même temps être apprécié pour sa viande, son travail aux champs, ainsi que pour les vertus prophylactiques de certaines parties de son corps. 

     Au fait, vous avais-je précisé - oui, j'espère ! -, que Seth, en tant que l'un des dieux de l'ennéade héliopolitaine, était le propre frère d'Osiris ? Que Nephthys était son épouse, tout comme Isis, sa soeur, celle d'Osiris ? Qu'Isis, précisément, parvint à rendre vie au corps d'Osiris dépecé ? Qu'elle en fut alors enceinte ? Et que donc Horus, leur enfant, contre lequel Seth s'était battu, lui extirpant un oeil, était son propre neveu ? 

     Toutes ces relations familiales, tous ces mythes cosmogoniques paraissent, ainsi rapidement énoncés, quelque peu compliqués. Mais permettez-moi aujourd'hui de n'en point ajouter davantage et d'en réserver l'explication quand nous aborderons la salle 18, consacrée aux dieux, au pied de l'escalier qui un jour nous conduira au premier étage. Et revenons plutôt, non pas à nos moutons, mais à nos cochons ...

     Comme j'avais déjà eu l'occasion de le souligner voici deux semaines, c'est évidemment parmi d'autres espèces animales que, depuis la fin de la préhistoire, à l'époque néolithique plus précisément, que la famille porcine fut domestiquée sur les rives du Nil; et très probablement à partir de l'espèce sanglier sauvage que les spécialistes identifient par les termes latins "sus scrofa ferus".

     Dès cette époque, il semble certain que l'animal fait partie intégrante des repas : ainsi les égyptologues ont-ils mis au jour, sur les sites néolithiques du Fayoum et Mérimdé, pour ne citer que ces deux-là, des ossements de porcs parmi d'autres déchets culinaires, qui tendraient à prouver qu'ils avaient bien été consommés par les autochtones.

     Plus tard, bien plus tard, à la XVIIIème dynastie, de semblables reliefs de repas seront retrouvés  dans le village des artisans de Deir el-Medineh : éléments archéologiques qui corroborent des documents administratifs rédigés sur ostraca mentionnant des livraisons de porcs pour la communauté de ceux qui oeuvraient à l'aménagement et à la décoration des hypogées des souverains à partir de la XVIIIème dynastie.

     Les temples funéraires, les domaines royaux étaient semblablement concernés, qui disposaient de troupeaux de porcs pour la consommation quotidienne des administrateurs et du personnel ouvrier qui y étaient attachés; les mêmes troupeaux, probablement, que l'on voit représentés dans la tombe d'un certain Khéty, à Beni Hassan  (Moyen Empire, XIème dynastie) - c'est, par parenthèses, la première fois que des cochons apparaissent dans une tombe égyptienne -, mais aussi dans les tombes de  Djehoutihotep à el-Bercheh, de Renni à el-Kab, de Inéni et de Nebamon à Thèbes : ainsi connaît-on un texte gravé sur un monument d'Amenhotep, dit Houy, chef des administrateurs des domaines d'Aménophis III faisant état d'un don de 1000 porcs et de 1000 jeunes truies qu'il aurait effectué pour l'entretien du temple funéraire du souverain.

     L'étude des reliefs de repas mis au jour ici ou là offre en outre aux égyptologues la possibilité d'esquisser une carte sociale des différents quartiers d'une ville. En effet, et pour ne prendre que le seul exemple de Memphis, les fouilleurs ont déterminé que dans tel secteur de la ville, ce sont essentiellement des ossements de porcins qui ont été abondamment retrouvés, alors que dans un autre, ce furent plutôt  des restes de bovidés que l'on mit au jour. Et donc sachant que le porc était essentiellement consommé par les plus humbles, et le boeuf, par les plus favorisés, se dessine avec de plus en plus de précision, grâce à cette science en pleine expansion qu'est l'archéozoologie, un plan de localisation des différentes classes sociales en fonction, simplement, des habitudes alimentaires.

     Le porc, donc, comme source de protéines, je viens de l'évoquer, fut aussi un animal prisé pour le travail aux champs : en effet, souvenez-vous, ami lecteur, quand en décembre dernier, nous nous étions arrêtés devant les fragments peints de la chapelle d'Ounsou, dans la salle 4,  derrière nous, j'avais eu déjà l'occasion d'indiquer que l'animal, comme le mouton d'ailleurs, pouvait être requis pour enfoncer les semences dans les sols encore humides après le retrait des eaux du Nil.

     En outre, et ce n'est peut-être pas le moins paradoxal pour une bête tout à la fois honnie et amie, il fut partie prenante, à l'instar de beaucoup d'autres mammifères, pour constituer l'un des ingrédients de la pharmacopée égyptienne antique qui, à nos yeux peut paraître empreinte de sous-entendus magico-religieux mais qui, à ceux des Egyptiens, était destinée à, sinon définitivement guérir les malades, au moins atténuer les maux dont ils souffraient.

     Un certain nombre de papyri, désormais connus sous les appellations Papyrus Ebers, Hearst, Papyrus de Londres, de Berlin ..., ont en fait été retrouvés citant quantité de remèdes, d'onguents, de décoctions ou de pansements dans lesquels entrait l'une quelconque partie du porc.

     Ainsi, sa canine, broyée finement et placée à l'intérieur de quatre gâteaux que l'on mangeait quatre jours consécutivement, était censée éliminer la toux. Le produit obtenu par le mélange d'une dent de porc écrasée avec des excréments de chien et de chat devait, appliqué sur un pansement, détruire des substances rongeant un endroit du corps. Le fiel du cochon, animal voué à ce Seth qui, je l'ai rappelé tout à l'heure, s'était jadis emparé de l'oeil d'Horus, servit à guérir certaines maladies des yeux : une première moitié de ce fiel, mélangée à du miel, était destinée à farder le soir l'oeil du patient, et l'autre moitié, séchée et finement broyée, à être appliquée chaque matin.

     Se servir de l'oeil de porc, animal séthien, pour soigner des infections oculaires pourrait nous paraître quelque peu bizarre. En fait, cela relève de la notion de "réparation", étape essentielle, dans la conception égyptienne du mal, qui est à la base d'une amélioration : il y a récupération du mal dans un but apotropaïque. Ici, l'oeil du porc est utilisé pour "réparer" l'ablation qu'il a subie dans le mythe d'Horus, le Bien, et de Seth, le Mal.  
     

     Mais revenons à nos remèdes : pour tenter de chasser la mort, toujours susceptible de s'emparer d'un malade, il était fréquent d'enduire le corps avec un mélange de graisse de porc et d'urine de jeune fille. De la graisse de truie avec un lézard fendu sur le côté et cuit servait d'onguent favorisant une guérison ou, à tout le moins, empêchant toute récidive possible.

     La cervelle de l'animal, mêlée à des dattes fraîches et de l'eau, tentait de guérir une femme rongée par des abcès à l'utérus :  la substance reposait obligatoirement une nuit, à la rosée, puis était versée dans le vagin de la malade. Quant aux excréments du porc, ils pouvaient, entre autres applications, remédier à l'éjaculation précoce.

     Je pourrais, vous vous en doutez, ami lecteur, poursuivre à l'envi cette énumération si je n'avais décidé de clore cette présentation par un aspect relativement peu connu de l'utilisation de l'animal, ressortissant au domaine cultuel : il s'agit du sacrifice d'un porc mâle et adulte, un verrat en fait, lors de fêtes se déroulant chaque année à la pleine lune du mois de Pachôn (de la mi-juin à la mi-juillet).

     Si l'on trouve encore référence de cette fête sacrificielle gravée sur les murs du temple d'Edfou, à l'époque gréco-romaine  donc, il est évident que l'événement originel remonte à bien des siècles antérieurs. Plutarque, le mentionnant, n'hésite d'ailleurs pas à le mettre en relation avec le mythe d'Osiris découpé par Seth. Une sorte de rituel immuable présidait à ce sacrifice : l'animal était égorgé par un boucher sacrificateur, probablement un prêtre, à l'aide d'un couteau courbe.

     A la différence des textes qui fourmillent de précisions quand il s'agit de relater les sacrifices de bovins, par exemple, les égyptologues disposent de bien peu d'informations pour ce qui concerne celui des cochons : nous ne savons pas où ils étaient officiellement abattus, ni quel était le processus employé, ni son déroulement. La seule connaissance que nous en ayons  se réfère à ce qui a précédé le geste solennel : l'animal était soumis à une sorte d'examen rituel préalable, de sorte que ceux estimés aptes à être sacrifiés étaient reconnaissables entre tous grâce à la guirlande de fleurs qui ceignait soit leur ventre, soit leur tête.
     (Après notre entretien, vous pourrez, si vous le désirez ami lecteur, monter admirer certaines terres cuites de l'Egypte ptolémaïque représentant semblables porcs "garnis", conservées ici, au Louvre, au Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, juste au-dessus de nous, dans la même aile Sully, au premier étage donc, immédiatement après la trentième et dernière salle égyptienne.)

     Le cheminement des morceaux depecés lors de ces cérémonies sacrificielles, lors de ces fêtes, populaires ne l'oublions pas, suivait un schéma bien établi duquel la hiérarchie n'était pas absente : après l'offrande de ce qui devait obligatoirement et en premier lieu être dévolu aux temples et au(x) dieu(x) auxquels ils étaient voués, l'Etat pharaonique  permettait la vente d'un certain quota; puis, enfin, ce qui subsistait, tous ces prélèvements effectués, était sur le champ consommé par la population, dans un contexte festif et néanmoins religieux.

     A l'instar de l'hippopotame pour lequel les Egyptiens estimaient le mâle dangereux et la femelle bénéfique, chez les porcins, la truie, pour autant qu'elle fût blanche, était vouée à Isis.



     Parfois, comme avec la petite statuette de faïence siliceuse (E 14357) exposée dans la première vitrine de la salle 18, au pied de l'escalier menant au circuit chronologique du premier étage, la truie, par assimilation, figurait Nout, déesse de la voûte céleste, mère des astres qui, chaque soir, avalait le soleil pour, le matin, s'empresser de l'expulser d'entre ses cuisses. Elle ingurgitait pareillement, le matin cette fois, les étoiles et les remettait au monde à la tombée du jour, les rendant ainsi à nouveau visibles par tous. C'est donc cette particularité de manger sa progéniture qui explique la figurine ci-dessus : une truie allaitant ses porcelets, certes, mais aussi capable, et cela, les Egyptiens l'avaient indéniablement remarqué, de dévorer ses petits.

     Vous aurez évidemment compris, ami lecteur, en prenant note de ce dernier mythe et de la différence sexuelle que les Egyptiens établissaient dans la famille porcine, qu'il était hors de question pour eux, de sacrifier une truie, fût-ce même pour une fête religieuse, dans la mesure où elle était révérée comme symbole de fécondité; et cela, déjà aux temps préhistoriques.

     Je terminerai simplement en ajoutant, sorte de conclusion à mes deux interventions de mardi dernier et d'aujourd'hui, que s'il y eut interdiction de manger du porc, nous devons être conscients que, tout comme d'ailleurs le poisson que j'avais évoqué en juin 2008, elle ne fut pas totale, n'exista pas à toutes les époques ni dans tous les nomes du pays.

     Ce qui accroît d'autant, comme si besoin en était encore, l'ambiguïté qui, aux yeux des Egyptiens, planait sur cet animal ...              



(Bardinet : 1995, passim; Bonneau : 1991, 330-40 ; Moreno Garcia : 1999, 251-4 ; Nachtergael : 1995, 207 ; Sarr : 2008, passim ; Yoyotte : 1959, 228)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 23:00

     Il est certes maints lieux par le monde qui valent la peine d'être  connus, et visités. Mais vous comprendrez aisément, ami lecteur, que quand l'opportunité s'en présente, je ne vais pas bouder mon bonheur de vous faire découvrir certains d'entre eux qui se situent en Belgique.

     Si, en ma province de Liège, l'un ou l'autre trésor mérite incontestablement le détour (un jour, très sûrement, je vous y emmènerai ...), je crois qu'à l'évidence, architecturalement  et historiquement parlant, quelques villes du nord du pays, se doivent de faire l'objet d'un séjour pour tous ceux que l'art, sous toutes ses formes, intéresse : 
ainsi, et en passant très vite, ce magasin de dentelles, sur la  superbe Grand-Place de Bruxelles qui fut, le temps d'un exil forcé au milieu du XIXème siècle, la maison dans laquelle vécut Victor Hugo, ne mérite-il pas déjà notre attention ?



     
Et si bien évidemment, je pense plus particulièrement à Bruxelles,  notre capitale, devenue aussi celle de l'Europe, à Gand ou à Anvers, c'est avant tout, et sans hésitation aucune, vers Bruges que vont mes préférences. Avis subjectif, me rétorquerez-vous ? Peut-être, oui. Et là, je n'ai qu'un seul argument, ou plutôt qu'un seul conseil à vous prodiguer : choisissez de venir passer trois jours à Bruges, de découvrir la ville médiévale, à pied, en calèche ou sur les canaux. Ensuite, nous en discuterons ...


     Bruges, et vous l'avez découvert samedi dernier, qui fut le théâtre d'une de mes très grandes émotions amoureuses de ces toutes récentes vacances 2009, représente à mes yeux une ville absolument hors du temps quand on s'octroie le plaisir de la vivre intensément, profondément, quand on souhaite, du regard, la caresser, s'en imprégner, la découvrir autrement : c'est-à-dire en déambulant loin du traditionnel, sempiternel et incontournable circuit touristique des familles qui, à cause des homardisants coups de soleil à répétition qu'elles viennent de stoïquement supporter, juillet oblige, sur les plages de la Mer du Nord, de Dunkerke à  Knokke, en passant par Ostende ou Blankenberge, - en fait, sur les quelques centimètres de sable que les autres familles  tout aussi rubicondes ont consenti, de mauvaise grâce évidemment, à leur concéder, papiers et menus déchets  en prime -, décident de s'offrir une journée à l'intérieur des terres, manière de ne pas mourir idiotes ou de rentrer au bureau bronzées, mais cultivées, et les arpentent au pas de charge, traînant avec eux deux  ou trois "charmantes" petites têtes blondes à qui, déjà, l'eau et le sable manquent affreusement et qui, en guise de point d'orgue à cette bien déroutante obligation familiale, renversent systématiquement en pleurant une des boules - de préférence au chocolat - de l'énorme cornet de glace qu'on leur avait offert pour qu'en réalité ils se taisent ("on ne parle pas la bouche pleine" !) et cessent de regimber.

     Hors du temps ? Hors de notre temps, assurément. La Bruges dans laquelle, après les quelques clichés inévitables, je voudrais aujourd'hui vous emmener, ami lecteur, c'est celle des quartiers excentrés, celle des ruelles médiévales désormais vidées des marchands hanséatiques qui les peuplèrent à l'époque :


car, il ne vous faut point l'ignorer, la ville des nombreux canaux connut dans la seconde moitié du Moyen Âge, aux XIIème et XIIIème siècles notamment, un apogée tel qu'elle devint, pour un temps, la plaque tournante de tout le commerce international qui, descendant de la Baltique, se dirigeait jusqu'en Orient, en cabotant par la Méditerranée.

     Pour un temps seulement : quatre ou cinq cents ans, en fait. Car, au milieu du XVIème siècle, l'heure sonne pour la célèbre cité drapière de passer la main : Anvers qui, profitant de l'inéluctable ensablement freinant, puis stoppant définitivement les activités portuaires de Bruges, deviendra le seul port important où débarqueront désormais les produits de toutes sortes, en ce compris les richesses tout nouvellement découvertes et ramenées des Amériques.

     Mais loin de moi l'idée de tout rejeter sur la seule Nature. Les facteurs économiques et industriels auront également leur incontestable part de responsabilités : ainsi la concurrence de la draperie anglaise, plus moderne, s'opposant alors à nos tissages plus que traditionnels, sonnera le glas d'un artisanat qui avait considérablement permis la puissance économique, partant politique (car, jamais, l'un n'alla sans l'autre !) de la Flandre en général, et de Bruges en particulier. 

     Saviez-vous, ami lecteur, qu'à Bruges, dans cet incontournable carrefour commercial, vinrent s'établir de puissantes familles de banquiers et d'agents de  change (de "changeurs", pour employer le terme de l'époque) ? Que des Lombards y côtoyaient quotidiennement des Florentins ou des Siennois ? Que les Médicis avaient à Bruges pignon sur rue grâce à leur propre banque dirigée par les membres de la célèbre famille des Peruzzi, de Florence ?   

     Saviez-vous, petit coquerico bien légitime au passage, que c'est néanmoins une famille de banquiers du terroir, les Van der Beurze, qui laissèrent leur patronyme à une institution financière que l'on a maintenant coutume d'appeler la Bourse ?

     J'évoquais à l'instant l'Economique, le Politique ...
     Saviez-vous que, suite au mariage de Marguerite de Maele avec Philippe le Hardi, nos régions entrèrent de plain-pied dans le duché de Bourgogne ? Et que c'est à partir de cette époque que les relations commerciales, au départ de Bruges, s'intensifièrent avec cette région viticole; de sorte que, délaissant la voie maritime traditionnelle qui se dirigeait vers la Méditerranée en descendant par les côtes de Gascogne, faisant inévitablement escale à Bordeaux, elles nous permettront désormais de découvrir et d'apprécier de nouveaux et précieux nectars ? Ceux de mes amis proches qui liront ces lignes comprendront combien je suis grandement redevable de cette union, moi qui ne jure que par les crus que l'on déguste en Côte d'Or, de Marsannay à Santenay ... 

     Saviez-vous enfin, que c'est à Bruges, dans l'église Notre-Dame où je tombai amoureux de Marie, que se trouvent les splendides mausolées et les gisants de Charles le Téméraire, quatrième descendant de ce Philippe le Hardi qui vint jusqu'à nous chercher épouse, et de sa fille, Marie de Bourgogne ? 

     Et saviez-vous aussi que ... 
    Non, là je m'arrête. La suite, vous la découvrirez un jour quand, d'aventure, vous déambulerez, ébahi, dans cette ambiance de cité médiévale que Bruges a magistralement pu conserver bien au-delà des siècles ...
  
     Je préfère maintenant, ami lecteur, vous emmener visiter la ville. Je ne m'attarderai pas, je l'ai précisé, sur le centre historique. Pour enfin nous retrouver dans les tranquilles petites ruelles qui fleurent bon le lointain passé, je vous propose de tout de suite quitter la Grand-Place, ses halles et son beffroi,


de traverser le "Burg", cette autre place sur laquelle la façade de l'Hôtel de ville le dispute en dentelles de pierre


avec celle de la Basilique du Saint-Sang :


pour enfin découvrir les quartiers excentrés, loin de la foule : 


où tout n'est que calme et beauté ...

 
harmonie et sérénité ...


esthétisme et tranquillité.
    




     C'est de cette Bruges-là, à l'architecture flamande  si caractéristique 


que j'aimerais qu'un jour, ami lecteur, vous m'écriviez :

     "Tu avais raison de nous conter ton admiration, Richard ! J'y suis allé, et je reviens d'un incomparable voyage dans le temps ..."  

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 23:00

 

     Comme convenu mardi dernier, nous voici donc réunis, vous et moi ami lecteur, cette matinée près de la première des vitrines de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre à une heure telle que nous pouvons agréablement profiter, pour mieux en apprécier tous les objets, de la douce luminosité automnale qui filtre par la fenêtre s’ouvrant - c’est une vue de l’esprit ! - sur le Quai François Mitterrand et la Seine, juste devant nous, plutôt qu’être aveuglés par le soleil direct qui, indiscrètement, pénétrera ici cet après-midi.



     Et je ne doute pas que d’un coup d’oeil, un seul, vous avez immédiatement remarqué qu'à l'avant-plan de ce meuble s'étale une petite collection d’ostraca peints - "figurés", dit-on plutôt dans le vocabulaire égyptologique -, que vous me permettrez de ne point détailler aujourd’hui, préférant concentrer d’abord votre attention sur une oeuvre placée tout à l’arrière et qui, par son volume, attire immédiatement et inévitablement le regard.



     Il s’agit bien évidemment de cette statuette en bois (E 27248), d’une hauteur de 23, 5 cm pour une longueur de 35, 5 cm, et datant probablement de la XVIIIème dynastie, la note sur le cartel étant assortie d’un point d’interrogation. D’une facture relativement fruste, elle représente, posé sur un socle d’un bois d’une autre essence, un porc mâle, la tête dirigée vers le sol dans l’attitude caractéristique d’un animal en quête de sa propre pitance.

     D’un premier coup d’oeil aussi, vous conviendrez avec moi que, mises à part l’extrémité du groin et la forme des oreilles, l’animal, beaucoup plus maigre, beaucoup plus haut sur pattes, offre bien peu de ressemblances avec le grassouillet congénère que nous lui connaissons de nos jours.


     Parmi les mythes qui peuplent toute civilisation antique, ceux qui, en Egypte plus particulièrement, font référence tant à Osiris qu’à Horus font souvent aussi, peu ou prou, intervenir le dieu Seth. Et que ce dernier porte la plupart du temps préjudice à l’un ou l’autre membre de sa propre famille ne fait plus aucun doute, si l’on se réfère aux textes dans lesquels ils interviennent les uns et les autres : ainsi, et pour faire simple, d’Osiris, Seth sera le meurtrier dans la mesure où il dépècera son corps, et d’Horus, le mutilateur en s’emparant d’un de ses yeux.

     Quoi qu’il en soit, considéré comme une divinité néfaste, Seth, auquel un automatisme récurrent associe la couleur rouge, celle du sang - certains papyri médicaux traitant de l’hématurie parasitaire considèrent d’ailleurs le dieu comme étant à l’origine de cette pathologie qu’ils décrivent en insistant sur la présence de sang dans les urines, rouges, du malade -, fut également allié au porc, cet animal finalement très ambigu : tantôt il constitue un des éléments primordiaux de l’alimentation de certains Egyptiens, sert à divers niveaux de leur pharmacopée, est utilisé pour différents travaux des champs, tantôt il est considéré comme totalement impur et banni, notamment, de l’environnement sacerdotal, quand ce ne sont pas les porchers eux-mêmes que l’on met au ban de la société !

     La version la plus ancienne des mythes qui évoquent Seth se trouve déjà dans les Textes des Pyramides qui, je le souligne rapidement au passage, n’apparaissent pour la première fois que dans celle du roi Ounas, à la fin de la Vème dynastie. 

     Le combat entre Seth et Horus est également relaté au chapitre 112 du "Livre pour sortir au jour" que d’aucuns continuent toujours à erronément appeler "Livre des Morts", quand Rê demande :

 

"... "Fais-moi voir ce qui est arrivé à ton oeil aujourd’hui !" Il le vit, et alors Rê dit à Horus : "Jette donc un regard sur ce porc noir !" Alors il le regarda et la blessure de son oeil devint très vive. Alors Horus dit à Rê : "Voilà que mon oeil est comme il fut lors de ce coup que Seth avait porté à mon oeil", et il perdit connaissance. Alors Rê dit à ces dieux qui le portaient sur son lit : "Qu’il reprenne ses sens !"


Il était arrivé en effet que Seth s’était transformé en porc noir, et il avait alors porté le coup brûlant qui était dans son oeil.


Alors Rê dit à ces dieux : "Abominez le porc à cause d’Horus ! Puisse-t-il donc reprendre ses sens !" Et c’est ainsi que le porc fut en abomination, à cause d’Horus, de la part des dieux de sa suite ..."


     Il est ainsi plus que probable qu’il faille précisément aller chercher dans ces mythes étiologiques l’origine de l’interdiction de consommer de la viande de porc faite aux prêtres égyptiens, ainsi que l’entrée des temples et nécropoles aux porchers eux-mêmes, si l’on en croit Hérodote (II, 47) :



"Le porc passe chez les Egyptiens pour une bête impure. Qui en frôle un au passage va aussitôt se plonger dans le fleuve tout habillé; de plus, les porchers quoique Egyptiens de naissance, sont seuls en Egypte à ne pouvoir entrer dans aucun temple; personne ne consent à donner sa fille en mariage à un porcher, ni à prendre femme chez eux : ils se marient entre eux."

 

     Et pourtant dès la constitution de l’écriture hiéroglyphique égyptienne, le signe du porc (E 12 dans la liste de Gardiner ) fit d’emblée partie d’un corpus qui n’évoluera guère jusqu’à l’époque ptolémaïque. Et ce hiéroglyphe servit notamment de déterminatif à une série de termes définissant tout à la fois le cochon, le porc en tant qu’animal domestique ou non, la truie, qu’elle soit ou non blanche (j’y reviendrai la semaine prochaine), le cochon noir que nous venons de découvrir assimilé à Seth, le verrat, etc.

     C’est sur un pan de cette étonnante ambiguïté qui frappe la famille porcine, tantôt honnie, tantôt amie, qu’en prémices à notre rencontre ici même mardi prochain pour plus particulièrement évoquer l’animal domestiqué, je voulais, ami lecteur, aujourd’hui attirer plus spécifiquement votre attention.

     A mardi, même vitrine, même heure ?


 

(Bardinet : 1995, 59 ; Barguet : 1967, 149; Hérodote : 1964, 161; Sarr : 2008, passim)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages

EgyptoMusée publie aussi sur Eklablog.